Charles Grémont, historien

Charles Grémont est historien, chercheur à l’IRD-LPED (Marseille) et chercheur associé à l’IMAf.

Membre des LMI Movida et Macoter (Mali).

Depuis les années 1990, ses travaux portent sur les sociétés pastorales des régions sahélo-sahariennes (principalement au Mali et au Niger) et sont articulés autour de plusieurs thèmes :

– Histoire des situations de crise (conquête coloniale, sécheresses, révoltes armées…)

– Histoire des liens sociaux, des relations de pouvoir, des formations politiques et des régimes fonciers

– Représentations et pratiques de l’espace, du territoire, des frontières, des mobilités.

Ces dernières années, il s’est attaché, dans une démarche de « recherche-action », à suivre la dynamique des relations intercommunautaires au Nord-Mali, dans un contexte de crise exacerbée.

Il développe également des recherches sur les lieux et les temps de rencontre entre nomades sahariens et aventuriers-migrants subsahariens, avec un volet sur la vie des objets de la mobilité, en lien avec d’autres chercheurs, des artistes et des conservateurs de musée.

Soucieux de décloisonner les espaces de production et de restitution des savoirs scientifiques, il a collaboré avec un artiste-peintre (Titouan Lamazou), sur le terrain et dans l’élaboration d’un ouvrage et de conférences. Il intervient aussi régulièrement auprès de jeunes collégiens et lycéens (en France et en Afrique).


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 05/04/2017

    […] Sénégal : pour une relecture des migrations intra-africaines». Son travail a été discuté par Charles Grémont et Marie-Laurence Flahaux, chercheurs […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.