Des femmes contre des fraises

A partir d’une approche qualitative, une quarantaine d’entretiens semi-directifs entre l’Espagne et le Maroc (femmes, acteurs institutionnels et associatifs), de l’observation participante et 65 questionnaires entre 2000 et 2017, le livre  raconte l’histoire migratoire des Dames de fraises, ces saisonnières agricoles marocaines qui chaque année, partent quelques mois vers l’Espagne pour cueillir ce fruit. Les parcours de ces femmes se résument par des histoires de vies faits de ruptures, de mobilités, de fractures, de désir de s’en sortir, de capacités à innover pour se rendre mobile, d’envie d’améliorer ses conditions de vie, par le travail et la migration. Car toutes ces histoires individuelles ont deux points communs, deux conditions sine qua non au départ et qui sont au cœur de cette politique migratoire marocaine et espagnole : elles sont femmes et elles ont des enfants.

Elles partent faire ce travail car elles n’ont pas d’autres choix. Les recruteurs espagnols, eux, s’assurent avec elles d’une main d’œuvre malléable et docile. Dans les années 1950 et 1960, Mora, un militaire français, allait recruter et choisir des hommes pour leurs muscles dans le sud du Maroc, pour travailler l’or noir dans les mines de charbon du Nord Pas-de-Calais en France.

Aujourd’hui, ce sont les femmes qui sont à leur tour choisies, car leurs doigts perçus comme doux et dociles, des doigts de fée, leur permettraient de cueillir cette fois-ci l’or rouge de la province de Huelva. Beaucoup de similitudes existent : le choix avec des conditions, le fait que des Marocains accompagnent la sélection ou l’encadrement d’institutions officielles marocaines, la recherche de la docilité et des compétences requises pour le travail, la discrimination par le sexe, le physique, la race, l’âge, l’annonce du recrutement par le ticket ou le tampon rouge ou vert, etc.

Ces dames de fraises, originaires de toutes les régions du Maroc ont pris leur rôle très au sérieux pour pouvoir revenir l’année suivante. Leur travail est la condition de leur retour.

Heureuses élues ou victimes d’un système migratoire bien réfléchi entre le Maroc et l’Espagne ? Ces femmes se sacrifient et doivent réussir et revenir en héroïne. Car cette migration circulaire leur impose de rentrer au Maroc, sans leur garantir le retour en Espagne. Selon la conjoncture économique et agricole, les Espagnols et l’ANAPEC font le choix de faire revenir telle Marocaine plutôt qu’une autre, car elle a mieux travaillé, car elle a été plus docile que les autres, car elle a su mettre en confiance son patron, etc. Les facteurs de ces choix sont parfois subjectifs. Or, d’années en années, le gouffre s’est creusé, entre la volonté de femmes de travailler et de continuer à circuler et celle des acteurs espagnols subissant une crise qui les contraint à diminuer drastiquement le nombre de Marocaines pour recruter des nationaux. En théorie, la politique migratoire se voulait circulaire, juste et solidaire. La convention imaginait un système qui prétendait être gagnant-gagnant entre le Maroc et l’Espagne. Mais en 2017, à Cartaya, les anciens médiateurs marocains qui assuraient l’accompagnement des saisonnières avant 2013 en Espagne nous ont dit que les véritables perdantes dans cette histoire, c’étaient les femmes.

L’ouvrage revient sur la genèse du « programme de gestion éthique l’immigration saisonnière entre le Maroc (ANAPEC) et la province de Huelva (mairie de Cartaya). Cette migration circulaire a permis à des milliers de Marocaines de se rendre en Espagne pour travailler pendant quelques mois à la cueillette de la fraise. Ces dames de fraises sont sorties transformées par cette migration circulaire inattendue et imprévue. Car avant même qu’on vienne les chercher, elles n’avaient jamais pensé à migrer. On les a choisies car elles étaient censées rentrer ensuite. Ce système migratoire circulaire et temporaire, a été théoriquement réfléchi en amont par deux États qui y trouvent leur compte : l’Espagne et le Maroc. Être femme et avoir des enfants sont les deux conditions principales de cette migration. Avoir des attaches, des racines qui permettent, obligent et imposent à ces femmes le retour.

Les dames de fraises cumulent aussi souvent des traits de fragilité : précaires, analphabètes, pauvres, rurales. Mais ce sont aussi des femmes courageuses, battantes, capables, et même drôles. Souvent lorsqu’elles racontaient leur parcours de vie, bien que ce qu’elles ont traversé ait été dur, elles en riaient. Elles riaient de certaines situations délicates, elles riaient d’elles-mêmes. Elles sont marquées par des vies difficiles (divorce, décès du mari, obligation d’aller travailler…) parfois des vies multiples (avant 35 ans, elles ont été « bonnes », maltraitées, marquées par la pauvreté, mariées puis divorcées, parfois prostituées, etc.). Pour la plupart d’entre elles, la migration a été plutôt bénéfique sur leurs conditions de vie et a constitué une certaine forme d’ascension sociale. Ceci les a changées à jamais au plus profond d’elles-mêmes.

(c) Chadia Arab

Une migration de survie

Le premier élément d’évolution est d’ordre financier et économique. Il permet rapidement d’améliorer les conditions de vie, mais ceci de manière ponctuelle et temporaire. Tant que ces femmes partiront, elles pourront envoyer de l’argent à leur famille restée au Maroc. Mais quand elles ne pourront plus partir, qu’auront-elles gagné ? C’est ce qui s’est passé à partir de 2012 quand l’effectif a chuté à 2 500 femmes chaque année jusqu’en 2017. Cinq ans où de nombreuses femmes n’ont plus été rappelées. Cinq ans où elles ont eu l’impression qu’on a joué avec leur vie comme si elles étaient « des mouchoirs usés », des pionnes d’« une immigration jetable », des lionnes qui se battent pour une migration de survie. Car ces dames capables devaient survivre.

Ces femmes n’ont pas choisi spontanément de migrer et donc la plupart d’entre elles n’ont pas travaillé autour d’un projet migratoire qui leur permettrait de penser, lors de leur retour, à un investissement dans des activités génératrices de revenus. Dans ce cadre précis, elles ont été choisies car étant des femmes, pauvres et précaires. Pour elles, la circulation entre deux pays n’était pas un choix mais leur était imposée par un système politique et économique qu’elles étaient loin de connaître et de maîtriser, et qui les dépassait. Leur mobilité était dictée par les aléas économiques mondiaux. Si la fraise se porte bien, la migration de ces femmes connaît une bonne dynamique. Mais si la crise économique s’installe et touche le secteur agricole, la migration s’arrête. En 2017, l’économie espagnole est relancée. Cela a influé sur la composition du contingent des contrats en origine. Et l’Espagne a pu augmenter l’effectif des dames de fraises du Maroc. Les femmes subissent donc des décisions politiques en lien avec l’économie du pays. Alors même qu’elles commencent à s’habituer à un mode de vie dans la circulation, on leur interdira de revenir en Espagne.

Saskia Sassen [1] avance l’idée d’une féminisation de la survie, où le genre a pris un caractère stratégique pour remédier à des manques de main d’œuvre dans des économies de plus en plus mondialisées. Elle ajoute que les emplois à faible rémunération font précisément partie des secteurs économiques les plus avancés. Alors le secteur de la fraise en Espagne, économie mondiale puisqu’on retrouve la fraise de Huelva sur les marchés européens, une grande partie de l’année, s’inscrit dans ce processus : la main d’œuvre féminine marocaine, peu chère, permet de rentabiliser un secteur en essor. Mais pour les dames de fraises, il s’agit d’une véritable migration de survie.

Des femmes contre des fraises

Cette migration de survie permet à ces dames de fraises de saisir des opportunités d’émancipation et d’autonomie. Elle sert l’Espagne et le Maroc au travers d’un deal qui peut paraître inacceptable et pose question éthiquement : des femmes contre des fraises. On est allé chercher, pas très loin, des ouvrières dociles, avec des critères stricts pour ne pas garder ces indésirables sur le territoire espagnol. Tous ces ingrédients-là visent à éviter le moindre soulèvement, la moindre revendication, la plus minime soit-elle.

L’ouvrage revient, en 5 chapitres, sur cette migration circulaire inédite entre le Maroc et l’Espagne. D’entrée de jeu, les parcours de femmes donne le tempo au livre. Le premier chapitre est consacré à quatre parcours de Dames de fraises : Zahra, mère célibataire ; Halima, trois enfants, un mari malade ; Fatiha, divorcée d’un mari violent ; Samira, veuve, ancienne petite bonne. Le chapitre suivant décortique le fonctionnement du programme de « gestion éthique de l’immigration saisonnière ». Le troisième chapitre analyse le profil sociologique des femmes. Le quatrième chapitre apporte des éclairages sur les changements économiques et sociaux, au sein des familles, en passant par le vêtement. Enfin le dernier chapitre interroge la fabrique du hrig et la migration clandestine.

(c) Chadia Arab


Chadia Arab est géographe, chargée de recherche au CNRS, UMR ESO-Angers. Ses travaux portent principalement sur les migrations internationales et plus particulièrement sur les Marocain.e.s en France, Espagne et Italie, ainsi que dans les pays du Golfe (Émirats Arabes Unis). Elle s’intéresse également au genre dans les migrations, à la citoyenneté, aux discriminations et au rapport au corps dans les pays arabes. Elle a publié un ouvrage, tiré de sa thèse, aux Presses Universitaires de Rennes en 2009 sur la circulation migratoire des Aït Ayad en Espagne, Italie et France. Elle enseigne la géographie sociale et la géographie des migrations au sein de l’Université d’Angers.


[1] Sassen Saskia, « Mondialisation et géographie globale du travail ». In Le sexe de la mondialisation. Genre, classe, race et nouvelle division du travail. Paris, Presses de Sciences Po, 2010, pp. 27-42


 

 

 

 

 

Dames de fraises, doigts de fée, les invisibles de la migration saisonnière marocaine en Espagne 
| Chadia Arab | février 2018 | 188 pages | 75 DH / 15 € |
Éditions En Toutes Lettres

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.