Mobilité et religions en Afrique méditerranéenne

La circulation d’individus et les dynamiques religieuses associées sont au cœur des questions les plus récentes posées par l’actualité des mobilités en Afrique méditerranéenne. À travers cet atelier thématique de formation doctorale, il s’agira alors d’interroger le fait religieux et les constructions religieuses issues des mobilités qui, au cours de l’histoire, ont traversé l’Afrique du Nord, la plaçant comme interface entre la Méditerranée et l’Afrique subsaharienne ou encore le Proche-Orient. La prise en compte de la longue durée, de l’Antiquité au temps présent, permet de mesurer pleinement l’héritage de chacune des périodes de l’histoire dans les dynamiques religieuses contemporaines, et les mobilités auxquelles elles sont liées.

L’Afrique méditerranéenne a constitué un point de rencontre majeur entre les trois grandes religions. Le développement précoce du christianisme en Afrique, dont l’origine reste encore mal connue, s’est appuyé sur une circulation continue de fidèles, permettant de relier entre elles les communautés pastorales africaines et, au-delà, méditerranéennes. Les nouvelles mobilités entraînées par l’islamisation du Maghreb à l’époque médiévale, et les luttes politiques et religieuses qu’elle impliqua, ont affecté en profondeur les sociétés d’Afrique du Nord, et plus largement les relations entre le nord et le sud de l’Afrique à l’instigation des marchands missionnaires berbères ibâdites, ainsi qu’entre le nord et le sud de la Méditerranée. L’une des conséquences en fut l’installation durable de communautés juives au Maghreb. Les mobilités contemporaines qui traversent l’Afrique méditerranéenne suscitent de nouvelles dynamiques religieuses et en réactivent d’anciennes. Elles obéissent à des motivations religieuses d’ordre collectif mais également individuel, entre lesquelles il est nécessaire de faire la part lorsqu’il s’agit de cartographier la circulation d’individus. Les études anthropologiques et sociologiques menées du Maghreb à l’Égypte soulignent aussi combien la mobilité elle-même peut être l’occasion de rencontres voire parfois de conversions religieuses.

Nous mesurons en croisant les paradigmes entre mobilités et religion, le rôle joué par le religieux dans le renouvellement de la question migratoire, mais également la place de la migration dans les recompositions religieuses contemporaines entre l’Afrique subsaharienne et l’Afrique méditerranéenne. Dans la migration, la religion façonne les identités, réoriente parfois les routes, revitalise les espaces du culte, accompagne et accueille les étrangers, investit et redéfinit les territoires urbains comme elle peut également poser de nouvelles questions politiques dans les sociétés traversées. Dans la religion, les mobilités questionnent les certitudes, permettent de nouvelles rencontres, créent parfois des conflits mais sont aussi des ressources pour repenser les théologies contemporaines.


-> Télécharger le programme de l’Ecole thématique


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.