Sur les routes de l’exil syrien

Depuis 2011, le conflit qui déchire la Syrie a poussé plus 5,5 millions de personnes sur les routes de l’exil. Si plus de 80% d’entre elles se sont installées dans les pays limitrophes, cet exode concerne aussi d’autres régions du globe telles que l’Europe, l’Afrique ou encore le continent américain. L’ampleur de ce phénomène mondialisé questionne les modalités d’un tel déplacement de population. En effet, autour de quelles échelles géographiques et temporelles s’ancrent, se structurent et se déploient ces mouvements de réfugiés ? Quels facteurs influencent les Syriennes et les Syriens dans leur prise de décision migratoire et le choix de leur lieu d’installation ? Pourquoi ces personnes empruntent-elles certains chemins plutôt que d’autres ? Comment accèdent-elles à la mobilité dans un pays en guerre et comment circulent-elles ensuite au sein d’espaces soumis à des politiques migratoires coercitives ?

Lors de la prochaine séance de l’atelier Tukkiman, David Lagarde se propose d’éclairer ces questionnements à partir de l’exemple des parcours migratoires des exilés de la bourgade syrienne de Deir Mqaren, auxquels il a consacré sa thèse de doctorat en géographie, soutenue en juillet 2018 à l’université de Toulouse.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.