David Lagarde, géographe

En 2018, j’ai soutenu une thèse portant sur les routes de l’exil syrien. Cette recherche visait à questionner l’influence des migrations économiques antérieures au conflit sur les logiques de circulation et de polarisation des flux de réfugiés depuis le début de la crise. Je me suis également intéressé à l’impact qu’a eu le renforcement des politiques migratoires jordaniennes sur la recomposition des réseaux de lieux et d’acteurs structurant les circulations marchandes et migratoires entre la Syrie et la Jordanie. Enfin, j’ai engagé un important travail de représentation cartographique de ces dynamiques socio-spatiales ayant pour fil conducteur la mise en exergue des dimensions sensibles de l’exil syrien et des expériences vécues sur la route par les réfugiés.

Dans le cadre de mon post-doctorat, j’envisage d’élargir mes recherches vers de nouveaux terrains en Afrique méditerranéenne et d’étendre mes questionnements à d’autres populations de migrants installés ou en transit dans la région. Afin de mieux saisir le fonctionnement et la dimension réticulaire des flux humains et matériels qui parcourent cet espace, je propose de continuer à m’intéresser aux acteurs, aux routes, aux lieux, ainsi qu’aux temporalités des circulations qui l’animent, dans un contexte géopolitique de fermeture croissante des frontières.


Résumé de la thèse

En adoptant une approche qualitative et pluridisciplinaire, basée sur l’étude longitudinale des circulations de la population de Deir Mqaren – un village syrien situé entre Damas et la frontière libanaise – cette thèse interroge la dimension réticulaire des mobilités humaines. A travers les récits de vie des réfugiés de cette bourgade et l’analyse de leurs parcours migratoires vers la Jordanie et l’Allemagne, elle décrypte la mécanique des flux au départ de Syrie. Cette recherche invite ainsi le lecteur à déplacer son regard vers des réseaux de lieux et d’acteurs souvent considérés comme marginaux, mais formant pourtant l’ossature des routes de l’exil reliant la Syrie au reste du globe. En plaçant la focale sur les conditions du mouvement des individus, l’intention de cette étude est à la fois de mettre en exergue les imbrications entre les migrations économiques antérieures au conflit et la logique des mouvements actuels de réfugiés ; mais aussi de montrer de manière tangible l’évolution des mécanismes relationnels permettant aux exilés d’accéder à des ressources (informations, mobilité, logement, emploi) en dépit des contraintes structurelles auxquelles ils ne cessent d’être confrontés. Les représentations (carto)graphiques élaborées dans le cadre de cette thèse visent pour leur part à mieux rendre compte du caractère mobile, instable et particulièrement labile de ces dynamiques socio-spatiales.


Publications

– Articles dans des revues à comité de lecture

• David Lagarde & Sébastien Rayssac (à paraître au printemps 2021). « Plus on y va, plus on a envie d’y aller ! Questionner l’envie de revenir sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle » Belgeo.

• Françoise Bahoken, Laurent Jégou, David Lagarde & Nicolas Lambert (2020). « La séduction des cartes du géoweb. Le cas des flux de migrants internationaux » Cybergeo, Revue européenne de géographie, doc. 929.

• David Lagarde (2020). « From the Middle-East refuge to the global flight » Revue européenne des migrations internaionales, vol. 35, N°3.

• David Lagarde (2020). « Du refuge moyen-oriental à la dispersion mondiale. Structuration de l‘exode syrien entre 2011 et 2016 » Revue européenne des migrations internationales, vol. 35, N°3.

• David Lagarde (2019). « Syrian street vendors and globalisaton » Mappemonde, Revue trimestrielle sur l‘image géographique et les formes du territoire, n°126.

• David Lagarde (2019). « Des colporteurs syriens dans la mondialisation » Mappemonde, Revue trimestrielle sur l‘image géographique et les formes du territoire, n°126.

• David Lagarde & Mohamed Kamel Doraï (2017). « De la campagne syrienne aux villes jordaniennes. Un réseau marchand transfrontalier à l’épreuve du conflit syrien ». Espace, Populations, sociétés.

– Coordination d’ouvrages

  • Assaf Dahdah, David Lagarde et Norig Neveu (à paraître courant 2021).« Réseaux, trajectoires et représentations des migrations », Presses de l’IFPO et Open Edition Books, Beyrouth.

– Chapitres d‘ouvrages

  • David Lagarde (à paraître en 2021). « Des parcours migratoires labiles et incertains. Une ethnographie des trajectoires d’exilés syriens entre le Moyen-Orient et l’Europe. » in, Sarah Degée & Altay Manço (eds.),Dix ans d’immigration syrienne en Europe, L’Harmattan, Collection « Compétences interculturelles ».
  • David Lagarde, Kamel Doraï (à paraître en 2021).« Host State Policies and the changing role of social networks for Syrian refugees in Jordan » in, Jalal Al Husseini, Valentina Napolitano, Norig Neveu (eds.),Forced migration, reception policies and settlement strategies in Jordan, I.B. Tauris.
  • David Lagarde & Sébastien Rayssac (à paraître en 2021). «Méthodologie de construction d’un outil d’accompagnement à la gestion du patrimoine. Le cas du Bien Unesco Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France», in Quitterie Cazes & Sébastien Rayssac (eds.) Actes du colloque Patrimoine, Territoires, Historicité, Presses universitaires du Midi (PUM), Toulouse.
  • David Lagarde, (2018). « De Damas à Dortmund, le parcours d’une famille syrienne », in V. Bontemps, C. Makaremi, S. Mazouz (dir.),Entre accueil et rejet : ce que les villes font aux migrants. Le passager clandestin, Paris. 159p.

Comptes rendus


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search