« Placer et déplacer ses enfants »

Intitulée « Placer et déplacer ses enfants. Stratégies transnationales de mères sénégalaises aux États-Unis, en Italie et en France », cette thèse débute par un étonnement : celui provoqué par la découverte que des enfants de migrants partent vivre en Afrique pour plusieurs années, loin de leurs parents et des opportunités supposées des pays occidentaux. Les manières de ‘faire famille’ et la reproduction des statuts sociaux au croisement de deux espaces géographiques se négocient – entre autres – par le choix du lieu où grandissent les enfants et des personnes en charge de les élever. Dans le lexique du placement auquel renvoie le titre de la thèse, il y a à la fois l’acte social de confier ses enfants à des proches et la métaphore économique d’un placement, parce que la valeur sociale et les conditions de vie des enfants peuvent être, en fait, plus avantageuses au Sénégal qu’en migration. Ensuite, le déplacement géographique des enfants représente une migration à rebours et contre-intuitive, dans le sens inverse de leurs parents et du sens habituel des études sur les migrations internationales. Cette pratique, incongrue du point de vue des pays de migration, est pourtant loin d’être négligeable. Alors que dans les pays occidentaux, l’idéal de la famille nucléaire et co-habitante représente la base des politiques publiques et des normes d’éducation, au Sénégal les longues périodes de séparation entre conjoints, entre parents et enfants, sont à la fois courantes et banales. Quand des enfants naissent aux Etats-Unis, en France ou en Italie et sont élevés au Sénégal, par et avec d’autres membres de leur famille, des transferts d’argent et des relations à distance sont activés, sous-tendus par des stratégies individuelles mais aussi collectives. Grâce à une ethnographie multi-sites au long cours (12 mois de présence sur le terrain : dont 9 mois au Sénégal et 3 mois dans les pays de migration) ainsi que des analyses statistiques de données administratives et d’enquêtes, ce travail de thèse permet d’analyser comment cette organisation familiale (envoyer ses enfants grandir à Dakar) reflète des modes de lutte contre le déclassement social, ethno-racial et statutaire subi en migration.

Le focus de la thèse est mis sur les stratégies des mères car ce sont elles qui ont la charge du soin quotidien des enfants en migration, mais aussi parce que les enfants rencontrés sont, pour la plupart, accueillis par des membres de leur parenté utérine à Dakar (tantes, oncles, grands-parents, cousins et cousines maternels). Les parents migrants de cette enquête, issus de différentes fractions des classes moyennes dakaroises, évaluent les quartiers ségrégués, populaires et immigrés où ils résident dans les pays de migration comme risqués pour la socialisation de leurs enfants. L’incertitude qui pèse sur le devenir des enfants nés en migration (carrières déviantes, échec scolaire) met en danger la reproduction sociale des groupes de parenté transnationaux et les projets de mobilité sociale ascendante des parents. Ainsi ces derniers luttent-ils pour transmettre à leurs enfants à la fois les ressources de l’autochtonie (normes, relations, écoles privées, environnement protégé) et les ressources internationales (travail, études supérieures, langues, droit de circulation) par des stratégies de relocalisation provisoire de leurs enfants à Dakar.

Entre projets de retour des parents (au Sénégal), investissements scolaires privés, logiques économiques et normes sociales, ce mode de prise en charge des enfants est intimement lié et contraint par le cadre juridico-administratif et le contexte économique du pays de naissance des enfants (États-Unis, France, Italie). La décision de laisser partir un enfant au Sénégal est ainsi attachée à des politiques migratoires, familiales et scolaires. Cet arrangement apparemment singulier est toutefois exemplaire d’une façon de migrer perçue comme provisoire ou du moins sans rupture, ainsi que de liens affectifs et économiques qui dépassent largement ceux d’un modèle conjugal et nucléaire de la famille.

Thèse soutenue par Amélie Grysole à l’EHESS en septembre 2018


Direction de thèse : Florence Weber (ENS) et Cris Beauchemin (INED)
Jury de soutenance : Hamidou Dia (CR, IRD), Laura Merla (PU, Université de Louvain), Swanie Potot (DR, CNRS, rapporteure), Daniel Thin (Professeur émérite, Université de Lyon 2, rapporteur), Anne-Catherine Wagner (PU, Université de Paris 1, présidente)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.