« Politiques migratoires et sécuritaires européennes : réceptions, perceptions et tactiques africaines »

Proposition d’un numéro thématique Anthropologie & Développement, coordonné par Marie Deridder, Laboratoire d’anthropologie prospective, UCLouvain, Belgique & Lotte Pelckmans, Advanced Migration Studies, University of Copenhagen, Denmark

Depuis une dizaine d’années, l’Union européenne (UE) vît ce qu’elle perçoit comme une  » crise migratoire  » liée à l’afflux de migrants du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Asie. Au cours des dernières décennies, les enjeux migratoires sont devenus un élément central des négociations entre les pays européens et africains, y compris dans des domaines n’étant pas historiquement liés aux politiques migratoires comme le commerce, le développement et la sécurité (Gabrielli 2007 ; Dedieu 2018). L’UE aborde la migration et le « dialogue » avec les pays tiers avec une approche technocratique guidée par un principe de « partenariat » qui dépolitise et masque artificiellement les relations historiques d’interdépendance profondément asymétriques entre les pays du Nord et du Sud (Geiger et Pécoud 2012 ; Pécoud 2015 ; Kunz 2013 ; Lavenex et Kunz, 2008). Les budgets et les instruments de développement de l’UE sont utilisés pour freiner et immobiliser les « flux » migratoires, fixer les populations subsahariennes et prévenir les départs de migrants « à la source ». Paradoxalement, et tout en soulignant la nécessité « innocente » de freiner les « flux » migratoires vers l’Europe, des quantités très importante d’argent sont investies en présence militaire et en armement. Les articulations entre développement et migration sont redéfinies par ces politiques sécuritaires. De plus, les Etats-Unis et l’UE ont intégré l’Afrique de l’Ouest dans leur « guerre mondiale contre le terrorisme », amorcée par l’administration Bush après les attentats du 11 septembre 2001 à New York. La « menace terroriste » perçue en Afrique du Nord et de l’Ouest est construite principalement à partir, d’une part, du stéréotype de l’États africain faible, failli ou défaillant, et d’autre part, des « groupes terroristes djihadistes radicalisés » circulant dans ces régions. Les États d’Afrique du Nord, de l’Ouest et plusieurs États d’Afrique de l’Est ont ainsi été cooptés dans une approche sécuritaire et militarisée transnationale promue par les États-Unis et l’UE. Cela implique une coopération militaire plus étroite entre les États d’Afrique du Nord, de l’Ouest et de l’Est, l’UE et les États-Unis, avec un accent particulier sur la sécurisation des frontières et la création de réseaux de renseignement et de bases militaires. Ainsi, en l’espace d’une décennie, non seulement le développement et les droits de l’homme, mais aussi la sécurité sont invoqués pour justifier et légitimer l’imposition massive de politiques américaines et européennes violant la souveraineté des Etats africains.

Ces registres de « crise » justifient la mise en oeuvre de politiques liant migration, développement et sécurité sur le continent africain. Entre-temps, ce vocabulaire de crise semble avoir gagné du terrain en Afrique, où de nombreux gouvernements acceptent de mettre à rude épreuve leur souveraineté, en échange d’opportunités de financements et de formations pour renforcer la sécurité. En effet, les enjeux de migration, de développement et de sécurité sont devenus les principaux problèmes politiques, suscitant des discours, des politiques et des « dispositifs » de crise (Bonnecasse & Brachet 2013), sapant souvent les responsabilités des gouvernements nationaux.


Calendrier de publication :

  • Les propositions d’articles sont à soumettre pour le 15 février 2019, aux coordinatrices, Marie Deridder : marie.deridder@uclouvain.be, Lotte Pelckmans : pelckmans@hum.ku.dk et la rédaction de la revue : revue@apad-association.org
  • Les propositions d’articles peuvent être écrits en français ou en anglais et présentent un projet d’article d’environ 4.000 signes (espaces compris), soit environ 500 mots (environ une page).
  • La proposition doit comprendre : – un titre – un résumé détaillant la question de recherché, le cadre théorique, le terrain étudié et les principaux résultats – des jalons bibliographiques (hors du décompte des signes).
  • Chaque proposition doit inclure les noms et prénoms des auteurs, leur statut et leur rattachement institutionnel, ainsi que leur adresse électronique


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.