Autorickshaw : émergence et recomposition d’une filière entre l’Inde, l’Égypte et le Congo

Yann Philippe Tastevin est anthropologue au CNRS depuis 2015, LISST Toulouse (Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires), Unité Mixte de Recherche en Sciences Humaines et Sociales à large couverture thématique qui relève des sections 36, 38 et 39 du CNRS). Ses travaux portent sur les processus d’innovation au Sud et les circulations globalisées des technologies.

Il explore évolution des technologies de transport (rickshaw, tacots, camions) hors de l’espace et du temps où celles-ci ont été produites. Ces technologies réinventées dans des ateliers polyvalents, assemblées sur des chaînes de montage à ciel ouvert, entretenues au coin de la rue par des artisans, des ingénieurs, des mécaniciens circulent dans le monde entier à l’initiative d’entrepreneurs transnationaux. Tout l’enjeu d’une démarche résolument ethnographique est alors de combiner une anthropologie des techniques et une anthropologie économique des dynamiques commerciales transnationales qui sous-tendent les logiques d’usage de ces technologies.

Modes d’assemblage, circulation et imprévisibilité

On peut être frappé par l’éclectisme des modes de composition expérimentés de par le monde, mais aussi des connexions qui s’opèrent dans et par la circulation des composants, la fragmentation des chaînes d’assemblage et leur redistribution. Si de nombreux exemples invitent à rompre avec une vision un peu trop linéaire des filières (conception, fabrication, distribution, usage) au profit d’autres modes de partage et de distribution de l’acte de composition lui-même, des modèles alternatifs impliquant d’autres durées, doivent être envisagés et notamment celui de la maintenance généralisée.

Maintenir est le geste low tech par excellence. Et une anthropologie de la low tech ne peut qu’accorder une place centrale à tout ce qui s’assemble et se réassemble dans les activités de réparation et de maintenance, mais aussi à tout ce qui vient faire filière à nouveau ou se remet en circulation autrement, dans d’autres états, loin de leurs lieux d’origine, souvent sous-estimé dans les approches partant des inventions pour aller vers les usages. Designers, artisans réparateurs, ingénieurs, paysans, mais aussi simples usagers ou amateurs replacent la chose-en-usage en état de genèse perpétuelle. Ici et ailleurs, des communautés de pratique expérimentent, détournent des objets techniques réputés fermés ou clos, qui ne peuvent plus être modifiés, en objets techniques ouverts, qui peuvent être réactualisés, réparés, et transformés dans le but d’en prolonger l’usage. C’est dans la modularité des pièces détachées et la résilience du réseau qu’il faut chercher la réponse à l’obsolescence. Dans l’ère industrielle, contrairement à l’ère artisanale, la totalité n’est plus au niveau de l’objet mais se condense au niveau de la pièce détachée et se dilate dans un immense réseau mondial. Et ce à de multiples échelles.

La circulation des composants, des matériaux, des savoir-faire contribue fortement et de manière originale à la constitution de parcs technologiques, d’amoncellements de pièces détachées, voire de cimetières disséminés dans des lieux insolites. Ils constituent le point de départ de nouvelles filières.

A Dakar, sur l’ancienne piste de l’aéroport en friche, ou dans les ateliers de Médina, les clientèles pauvres retournent dans les garages, où les vieux moteurs sont cannibalisés, où les pièces rejetées par l’organisation industrielle de l’obsolescence sont les plus ingénieusement « revitalisées », renouvelant l’usage d’un parc roulant qui serait ailleurs déjà mort.

Avec la low tech, ce ne sont pas seulement une autre lecture des techniques et d’autres façons de concevoir qui se donnent à voir, mais des populations entières d’hommes et de procédés, dont le rôle a bien souvent été sous-estimé, de l’Inde à l’Afrique de l’ouest en passant par l’Asie. Tous n’accordent pas au low tech la même puissance de reconfiguration, mais le choix de modèles plus adaptés, s’impose désormais comme une question centrale. Et aucun champ du faire ne semble échapper à cette nécessité de refondation. L’économie de gestes et de moyens, tout comme les politiques de recyclage, de réemploi à l’œuvre, même si elles sont une nécessité, ne pourraient bien être que des solutions de courte durée. D’autres chemins productifs doivent être explorés.

A Dakar, d’étonnantes recombinaisons agencent de nouvelles formes d’innovation, qui apparaissent comme autant d’alternatives, qui sont plus que jamais à débusquer, inventorier et documenter.

Aux quatre coins de la planète, l’expérimentation, l’intelligence d’adaptation et l’ingéniosité du détournement pour répondre à divers besoins ou motivations, sont les valeurs les plus partagées. Qu’ils relèvent de la low tech ou qu’ils bifurquent vers des formes difficiles à classer. Peut-on entreprendre une topologie des formes de l’innovation technique qui reposerait non plus sur des critères de sophistication ou de « traditionalité » des chaînes opératoires ou des processus de fabrication ; mais sur leur capacité de recomposition dans des contextes marqués par l’hétérogénéité des besoins et des enjeux ?

Il est l’auteur d’ Autorickshaw : émergence et recomposition d’une filière entre l’Inde, l’Égypte et le Congo, à paraître aux éditions Karthala, collection « Terre et gens d’Islam » 

Dakar, Mermoz, Ancienne piste – Garage

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.