Idée reçue #17 : les migrants ne sont pas des religieux radicaux

A trop agiter le flambeau identitaire, on prend le risque de créer des amalgames douteux entre la migration et la religion. Cela relève d’une vision sécuritaire des mobilités où les migrants seraient à l’initiative de réseaux religieux radicaux. Pourtant, si on s’intéresse à la question religieuse en migration, une des évidences première est qu’une partie des migrants a quitté son pays en proie à de dangereux conflits religieux. Loin de reproduire cela, ils cherchent à s’en affranchir …

Avec le renforcement des frontières de l’Europe, et faute de réelles politiques migratoires impulsées par les États du Sud, les migrants d’Afrique subsaharienne s’installent de manière plus pérenne en Afrique méditerranéenne. Face à ces nouvelles installations, de nombreuses instances religieuses ou d’origine confessionnelle – ONG, associations, lieux de cultes, instituts religieux de formation, – se sont développées. Elles sont aujourd’hui à l’origine d’un « marché » religieux autour de la vie spirituelle, l’accueil, la formation, l’accompagnement social et juridique des migrants. Elles se substituent alors aux gouvernements pour l’insertion des migrants.

Durant la migration, la foi et les pratiques religieuses se renforcent ou trouvent parfois de nouvelles directions. Face au défaut de reconnaissance juridique, aux discriminations vécues au quotidien, aux difficultés économiques dans les pays d’accueil, la reconnaissance passe souvent par l’organisation religieuse. Cela mène à un engagement religieux plus profond qui peut passer par la formation et par de nouvelles vocations, notamment autour d’une prise de responsabilités religieuses.

En Afrique du Nord, les églises catholiques et protestantes, abandonnées ou peu fréquentées depuis la fin de l’époque coloniale, se voient redynamisées. Les travaux scientifiques montrent que les questions de politique migratoire et de pluralisme religieux se posent aujourd’hui dans de nombreux pays. Les Etats du Maghreb en particulier, se vivaient jusqu’à présent comme lieu de transit et uniformément musulmans. Ils doivent aujourd’hui intégrer dans leur politique religieuse la dimension africaine, tant musulmane que chrétienne. Souvent la migration permet davantage la construction d’un discours interreligieux qu’un enfermement confessionnel. Il arrive que des théologies guerrières soient développées, mais dans la grande majorité, il s’agit d’une théologie de la migration qui mobilise les symboles de l’exil pour s’adapter au pays, et non pas une théologie plus radicale et fermée aux transformations.

Par Sophie Bava, sociologue


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.