Mobilité des Européens sur la Petite Côte, Saly, Nianing, Warang

du 10 au 20 septembre 2018 au Sénégal

Terrain partagé entre Sylvie Bredeloup et Zoubir Chattou

Ce terrain est à caractère exploratoire. A terme, il vise à comparer les processus d’établissement des Européens au Maroc et au Sénégal ainsi que leurs motivations à rejoindre le continent africain. La focale sera mise ici sur la population des « toubabs » (blancs), retraités dans leurs activités économiques, résidentielles et socioculturelles.

La visibilité de cette population à l’échelle des agglomérations de Saly, Nianing et de Warang se manifeste d’abord dans les espaces publics. Ces Européens tiennent des commerces, des structures touristiques et de restauration, des agences immobilières, des espaces de beauté, des bureaux de change quand ils n’investissent pas les activités associatives et humanitaires et les lieux cultuels.

Bien que la période du mois d’août et septembre soit considérée comme une basse saison touristique au Sénégal, entraînant la fermeture saisonnière de nombreux commerces et établissements tenus par des Européens, nous avons pu mener une vingtaine d’entretiens avec des « toubabs » établis (français, belges, néerlandais, suisses…). Ces entretiens se sont focalisés sur la reconstitution de leurs parcours individuels, professionnels et trajectoires familiales, sur leurs motivations à rejoindre le Sénégal, sur les difficultés rencontrées au quotidien, sur les relations entretenues avec la société hôte.

Si la  station balnéaire de Saly accueille depuis les années 1970 une population européenne relativement  importante, elle commence à perdre en attractivité à cause de l’érosion des plages,  résultat des pratiques d’extraction de sable irrespectueuses des équilibres écologiques en place, qui affecte le cadre de vie des riverains. En plus de ce phénomène, il y a aussi l’image de « tourisme sexuel » qui marque ce territoire et entache son image.

Plusieurs tendances semblent se dessiner :

  • Les autorités publiques travaillent sur un transfert de la station balnéaire vers Nianing après que les nouvelles infrastructures autoroutière et aéroportuaire soient devenues totalement fonctionnelles ;
  •  Plusieurs projets de lutte contre l’érosion qui vont être lancés pour viabiliser les investissements touristiques en place. Les pouvoirs publics tentent de  redéfinir pour Saly une nouvelle fonction de ville des affaires. La présence de l’aéroport à proximité contribuera au renforcement de cette orientation.

Les territoires de Warang et Nianing, situés au-delà de Mbour, se sont développés selon plusieurs logiques  :

  • Des promoteurs immobiliers y ont développé quelques résidences fermées,
  • Des Européens ont créé ou repris à leur compte des établissements touristiques de taille modeste au cœur des villages et à proximité des plages,
  • Des Européens ou des Sénégalais rentrés d’Europe ont fait construire des maisons individuelles loin des plages, avec des jardins et piscines offrant des conditions originales d’établissement.

La crise du tourisme de ces dernières années (Ébola, taxes aéroportuaires élevées, instauration d’un visa d’entrée, peur du terrorisme…) a  affecté l’attractivité de ces lieux touristiques. Plusieurs maisons sont en vente dans les résidences privées, sans compter les villas « pieds dans l’eau » qui peinent à trouver des acquéreurs. Nombre d’établissements touristiques ont changé de propriétaires. Certains de nos interlocuteurs nous ont confiés qu’ils se préparaient à quitter le Sénégal, sans pour autant envisager de rentrer dans leur pays d’origine. Ils souhaitent néanmoins se rapprocher de l’Europe. Si la destination du Maroc a été parfois citée,  c’est souvent l’Espagne ou le Portugal qui sont plébiscités

Mais ces mouvements observés ne semblent pas freiner pour autant les dynamiques de mobilité et d’établissement observées sur la petite côte.  D’autres Européens, plutôt jeunes, arrivent à leur tour pour reprendre des affaires et s’investir dans le tourisme. Les Français ne sont pas les seuls présents. La communauté belge, très visible parmi les entrepreneurs établis dans cette zone, dépasserait  les mille personnes (1100 personnes).

La crise touristique a poussé les autorités sénégalaises à communiquer davantage pour sécuriser les investissements en place. Les établissements touristiques commencent ainsi à toucher une nouvelle clientèle africaine, nationale ou résidente en immigration qui développe des comportements touristiques inédits. Ce sont en majorité des migrants sénégalais ou d’Afrique subsaharienne, résidants en Europe ou aux USA qui s’ajoutent aux Sénégalais issus des classes moyennes et supérieures. Ces nouveaux touristes préfèrent, par exemple, se reposer auprès de la piscine plutôt qu’en bord de mer et présentent des exigences plus fortes en matière de connexions (télévision, wifi). Ce phénomène mériterait  une analyse approfondie.

Au-delà de l’exploration des dynamiques de mobilité et d’établissement en place, notre objectif a été de nous focaliser sur la situation des retraités européens établis sur la petite côte, dans la perspective de comparer leurs profils et pratiques avec ceux qui se sont installés au Maroc. Prendre cette option nous permet de revisiter cette catégorie « retraitée », généralement ambigüe , d’une part trop souvent mise en avant à la place de celle de migrant, et qui d’autre part, peine à elle seule à rendre compte de la pluralité des profils, des trajectoires professionnelles, des projets de vie rencontrés. Du fait de l’allongement de l’espérance de vie, les retraités interrogés se pensent comme des acteurs d’une « nouvelle vie ».  Au-delà de la quête du soleil,  des avantages fiscaux ou de la fuite du stress, ils se revendiquent créateurs d’entreprises, producteurs d’innovations, œuvrant en dehors des cadres institutionnels ou des métiers habituels, tablant sur la confiance qu’ils peuvent inspirer et leur capital social en lien avec leur longue expérience de la vie.  

Pour nombre d’entre eux, cette situation s’articule  avec leurs nouvelles attaches sentimentales ou familiales qui les contraignent aussi à s’insérer, sous des formes diverses, dans la vie active.  Des hommes arrivés célibataires au Sénégal  (après divorce, séparation ou veuvage,…)  se retrouvent mariés à de jeunes filles puis rapidement papas. Leur pension de retraite ne leur suffit plus pour vivre ; la pression familiale locale et les exigences de la vie les amènent ainsi à développer des activités économiques. D’autres encore s’ennuyant à ne rien faire préfèrent se relancer pour quelques années encore dans un commerce ou une activité de service, sans pour autant en avoir besoin financièrement, mais recherchant l' »utilité sociale ». Des femmes retraitées, veuves ou divorcées, achètent des villas, viennent les occuper quelques mois puis confient la gestion de la location à des employés sénégalais pour le reste de l’année. Toutes les classes sociales semblent donc y  être représentées.

Ces premiers constats méritent un examen socio-anthropologique plus poussé pour rendre intelligible ce phénomène selon une approche comparative entre le Maroc et le Sénégal. Le phénomène des retraités européens établis en dehors des pays d’origine au Maroc (Marrakech, Agadir, Fès et les autres grandes villes) tout en se rapprochant de celui au Sénégal, présente des spécificités importantes. Une des premières interrogations, c’est de savoir si les profils sociologiques des retraités au Maroc et au Sénégal sont comparables.

La proximité du Maroc de l’Europe, les nombreux accords institutionnels mis en place depuis les années 1960 sur les conditions de migration et de mobilité, les parcours individuels et familiaux… alimentent cette spécificité. Néanmoins, les retraités au Maroc, à l’image de  leurs compatriotes au Sénégal, se retrouvent impliqués dans des projets productifs.

La question que nous allons explorer, au-delà de leur mobilité et migration, c’est l’analyse des motivations, perceptions et parcours qui  conduisent ces « retraités » à être à nouveau des acteurs économiques et sociaux dans des économies moins formelles comme c’est le cas au Maroc et au Sénégal. Nombre de nos interlocuteurs, dans leurs discours  opposent la « rigidité » des institutions occidentales à la « flexibilité » des pays d’établissement en termes de procédures, de fiscalité,  mais aussi s’interrogent sur les perceptions  culturelles et sociales différenciées du « retraité » entre les deux continents. Se couper des réalités sociopolitiques européennes en résidant ailleurs les  incite à se construire une « nouvelle vie », souvent en rupture avec la trajectoire professionnelle d’avant. Cependant, une pluralité de comportements sont observés dans leur gestion des risques. Rares sont ceux qui envisagent une rupture totale d’avec le pays d’origine bien que des cas nous aient été rapportés.  Une large partie maintient ses avantages sociaux en Europe, continuant de bénéficier de la sécurité sociale pour éviter de se vulnérabiliser davantage en vieillissant. Ils deviennent de ce fait des « nomades » entre les deux rives.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.