ATHIA NU DEM CONNEXIONS

Rencontre avec Athia Nu Dem Connexions durant les Rencontres d’Etudes Africaines en France, Marseille, juillet 2018…

ATHIA NU DEM CONNEXIONS avait installé une exposition sonore et visuelle.  Il y avait une revue de presse autour de la situation de la pêche, de l’agriculture et des mobilisations contre les symboles coloniaux au Sénégal en 2017-2018. Il y avait aussi des photos du Sénégal et du Burkina Faso.

Les recherches sonores diffusées ont été réalisées à partir de témoignages enregistrés au Sénégal. Ces discussions ont souvent été déclenchées par l’écoute d’un jeune Sénégalais de Marseille qui parlait de sa situation, de ses liens avec son quartier d’origine de Thiaroye-Sur Mer ( dans la banlieue de Dakar) et qui donnait des conseils pour les jeunes restés au pays.

Les discussions nées de ces écoutes ont été riches et font écho aux nombreuses productions artistiques, journalistiques et politiques qui sensibilisent sur les dangers de la migration clandestine en modifiant et instrumentalisant les parcours et visions des migrants.

Avec un dictaphone et une borne d’écoute, le son permet de créer un dialogue croisé avec des paroles situées entre des gens qui n’ont pas les mêmes possibilités de mobilité.

Ces témoignages enregistrés au Sénégal nous paraissent importants car ils permettent de comprendre des situations que vivent des jeunes au Sénégal, des conditions de travail dans des entreprises françaises et de la difficulté à voir des perspectives d’avenir. (Voir descriptions des sons diffusés ci-dessous)

Ces travaux sur ces entretiens croisés nous ont donné envie de relayer d’autres registres de langue, plus théoriques notamment, et tenter de raconter la complexité et les injustices de ces politiques migratoires. Sur Internet, nous avons découpé des extraits de films, de discours et de discussions sur des plateaux télévisions.

Obscur Jaffar dans son Studio Kolondjo à Marseille a réalisé les samples, compositions musicales et les mixages de ses morceaux pour en faire des oeuvres diffusables largement.

Nous voulons continuer à faire circuler des témoignages, analyses, expériences, sons, d’Afrique, d’Europe, des diasporas pour encourager ce travail sonore en mouvement.

Les morceaux de l’exposition sonore (plus d’une quinzaine) vont être diffusés sur notre site ( https://athianudemconnexions.com/) et dans un album CD et ils tournent déjà sur les téléphones par whatsapp et autres outils de communication qui permettent de s’entendre instantanément au delà des frontières.

Histoire des dynamiques collectives:

Obscur Jaffar s’est installé en 2012 à Marseille. Après plus de 20 ans dans le mouvement hip-hop et dans la production musicale au Burkina Faso, il continue ses rencontres à Marseille.

Après un album sorti en 2014 qui réunit des musiciens du Burkina Faso et de Marseille, il chante à Marseille avec Gangla Band, même si ces musiciens du Burkina Faso n’ont pas encore pu le rejoindre pour compléter la formation.

Avec Gilles, qui joue du saxophone dans son groupe, il partage musicalement et aussi des réflexions, notamment sur les rôles et possibilités de la diaspora, de s’investir à distance pour soutenir des ami-es resté-es en Afrique. Gilles a grandi au Sénégal et continue à entretenir des liens par des recherches de sciences humaines et engagements associatifs.

Obscur Jaffar et Joel Ghivalla, batteur de Gangla Band,  se rencontrent en 2014 à l’Institut Musical de Formation Professionnelle à Salon de Provence  et vont continuer à s’équiper, se former, pour pérenniser le Studio Kolondjo, et continuer à produire des morceaux entre le Burkina Faso et Marseille.

En 2017, après un voyage à Dalifort, dans la banlieue de Dakar au Sénégal, de Gilles et des amis de Marseille, animateurs de l’émission radio Hip-Hop «la Turbine» sur Radio Galère (http://www.radiogalere.org/audio/user/133 ), l’envie est là de consolider les ponts et de s’organiser collectivement.

A partir d’octobre 2017, plusieurs cantines à base de légumes cultivés au jardin de la Maronne, sont organisées à Marseille pour soutenir un départ collectif en février 2018 à Dalifort. Un appel à financement participatif est lancé sur Internet. Obscur Jaffar vient ainsi 10 jours au Sénégal, rejoint par Fousseini Diarra qui arrive en bus de Ouagadougou. Les rencontres humaines, artistiques et politiques seront denses, où le studio Kolondjo a déplacé une partie de son matériel. Des répétions, des enregistrements, des moments d’écritures collectives, des interviews radios et témoignages de vie, des photos, clips et concerts seront réalisés.

Ces démarches s’appuient sur des envies personnelles liées à nos parcours de vie et aussi à des désirs collectifs de s’exprimer, se faire entendre, se donner de la force et imaginer des alternatives pour la construction de futurs vivables en Afrique comme en Europe.


Nous remercions tous les soutiens qui nous aident à construire des formes de collectif, à continuer à tisser des connexions ici et là, entre les deux rives, entre les villes et les campagnes. Toutes ces personnes ont mis leurs énergies et savoirs sans être payés pour cela.

Visions et positionnements:

Il apparaît plus qu’urgent de relayer et donner de la force à des contres-discours aux politiques européennes de migrations et à l’Office International des Migrations qui font entendre que les jeunes africains doivent rester chez eux, pour développer leur pays.

Le droit à la liberté de circulation, au voyage, à l’aventure ne peut pas être nié même si les gens ont les moyens de rester chez eux.

Les entreprises françaises et politiques économiques mondiales continuent d’exploiter les ressources à travers le monde. Les politiques capitalistes et impérialistes installent des frontières en fonction de leurs intérêts et décident de qui seraient de «bons migrants».  

Contre ces politiques individualisantes et paralysantes, il nous apparaît urgent de redistribuer les richesses, de partager des outils de production, de s’entraider pour favoriser nos indépendances. Des Au Burkina Faso, au Sénégal et partout ailleurs en Afrique, de nombreuses œuvres et richesses sont produites localement. En vivant en Europe, il nous semble essentiel d’essayer de valoriser, relayer toutes ces personnes qui se mobilisent, loin des feux des lampadaires et projecteurs, les premier-es concerné-es qui parlent de leurs situations. Tout en dénonçant les tentatives d’instrumentalisation des migrants et des artistes par les politiques internationales des migrations, il nous est alors vital de soutenir des projets de jardins, cantines populaires, ateliers de menuiseries, studios de musique qui participent de ces dynamiques d’autoproduction et qui aident à sortir de la précarité structurelle.

Le Hip Hop partout dans le monde et en Afrique de l’Ouest dégage une force qui permet à des gens de s’identifier, prendre la parole et s’organiser collectivement sans attendre. Les mouvements Y’en a Marre au Sénégal ou le Balai Citoyen au Burkina Faso ont montré leurs capacités à investir le débat public et politique et à mobiliser largement. Les productions et paroles incarnées issues de ces musiques sont pour nous souvent plus riches que de nombreux articles journalistiques et de savoirs d’experts. Aussi, souvent les modes d’organisations mis en place nous semblent être plus émancipatrices que les formats institutionnels et commerciaux ( Voir traduction du discours de Kocc Barma «Rap et Politique»).

Perspectives d’Athia Nu Dem Connexions

En aout 2018, Obscur Jaffar était au Burkina Faso pour continuer les enregistrements et enrichir les projets sonores déjà à l’œuvre

Ces prochains mois à Marseille et dans la région, nous allons multiplier les espaces de rencontres, par des repas, expositions et discussions, émissions de radios et concerts (voir les dates à la fin de l’article)

A partir de février 2019, nous espérons retourner au Sénégal pour partager les productions sonores, les évolutions de nos démarches et co-construire les suites possibles.

En effet, en plus de ces recherches sonores, un album hip-hop avec des instrumentaux de musique live est en cours. Des rappeurs et rappeuses du Sénégal, Burkina Faso et artistes autour de Marseille, originaires de différentes parties du monde, chantent sur les mêmes morceaux et se répondent. Les thèmes abordés sont larges, de la situation dans les quartiers populaires, dans les prisons, du travail, du mouvement d’auto-organisation par le hip hop, de la culture de la terre, de la fierté d’être soi-même, du panafricanisme, d’aller à la rencontre des autres malgré des blocages politiques et politiciens. Même si nous ne pouvons pas tous nous rencontrer physiquement, le son et la musique nous permettent d’échanger et partager nos discours, analyses, opinions et sensibilités. Cet album en format CD sera accompagné d’un livret avec des traductions des paroles chantées en dioula, wolof, peul, mooré, anglais, arabe et français.

Le studio Kolondjo qui a mis à disposition son matériel et ses talents continue à investir pour pérenniser les démarches d’auto-production, avec notamment l’achat d’une machine pour graver et imprimer les cds.

Si vous souhaitez soutenir financièrement les dynamiques, un lien existe et nous garantit des formes d’indépendance même avec nos petits moyens:

https://www.helloasso.com/associations/a-l-unisson/collectes/athia-nu-dem-connexions-allez-c-est-parti-on-y-va-en-wolof

A retrouver tous les mardis dans l’émission La Turbine de 19h à 20h sur Radio Galère, 88.4 FM, à la friche de la Belle de Mai à Marseille. ( http://www.radiogalere.org/audio/user/133 )

Contacts:

– athianudemconnexions@gmail.com

– Facebook: NuDem Athia/ Obscur Jaffar/ Gillou Balou

-Téléphone: 0033-627237035 / 0033 -777048677

– Site: http://athianudemconnexions.com/

Pour écouter quelques sons de l’exposition sonore:

Moustapha Diouf, président de l’Association des Jeunes Rapatriés de Thiaroye Sur Mer, parle de sa situation et de celle de son association, plus de 10 ans après leur rapatriement dans leur quartier et au moment de la visite de Macron au Sénégal.

Hamidou Fall raconte ici ses conditions de travail dans les stations essences Total du Sénégal. Il est question de licenciements sans explications, de profits sans partages des richesses et de salaires qui ne permettent pas d’envisager des perspectives et de construire l’avenir. Il reste optimiste et voulait faire passer ses messages pour continuer à se rencontrer et avoir de l’espoir.

Morceau composé par le Studio Kolondjo avec des paroles de Fatou Diome, Léonora Miano et Bruno Gaccio. Extraits de l’émission télévision sur France 2, «Ce soir ou Jamais»,du 24/04/2015 et 9/11/2013.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.