Les musulmans d’origine subsaharienne et comorienne en France – Colloque

Colloque en Sciences sociales, Paris, Université Paris Diderot, 10-11 Décembre 2018. Amphithéâtre Turing, 8 place Aurélie Nemours, 75013 Paris

Institutions partenaires –

Unité de recherche Migrations et société (URMIS, unité mixte CNRS-IRD) – Université Paris Diderot (Université Sorbonne Paris Cité, USPC) – Bureau central des cultes (DLPAJ) du Ministère de l’Intérieur – Institut des Mondes Africains (IMAF) – Institut national d’études démographiques (INED) – Festival Africolor


Comité d’organisation

Mahamet Timéra, professeur de sociologie à l’université Paris-Diderot, chercheur à l’URMIS

Juliette Galonnier, docteure en sociologie, post-doctorante à l’INED

Mahamadou Cissoko, doctorant au Centre de recherche sur l’habitat (CRH)

Seydi Diamil Niane, docteur en études arabes et islamologiques, chercheur au Timbuktu Institute

Hassan Oili, doctorant en sociologie à l’université Paris-Diderot

Cheikhna Wagué, docteur en histoire, chercheur affilié à l’IMAF


Contacts juliette.galonnier@gmail.com – mahamet.timera@gmail.com

Résumé de la communication de Sophie Bava

« Partir pour se former ou rencontrer sa vocation religieuse en migration »

À travers différents temps et lieux de la migration, entre l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique méditerranéenne, et une scène religieuse en mouvement, nous rencontrerons plusieurs figures d’acteurs du religieux, Sénégalais pour la plupart. Le Sénégal n’a pas eu une politique nationale d’accompagnement religieux de ses ressortissants, il n’a pas transnationalisé ses imams ou ses Cheikhs, ce sont les hommes par leurs mobilités qui ont installé leur religion et construit, en lien avec leurs hiérarchies religieuses, des pratiques d’encadrement dans les pays d’accueil et de passage. Par contre, des traditions de formation religieuses, dans le monde arabe en particulier, ont toujours existé et sont parfois redynamisées ou oubliées tandis que d’autres apparaissent dans un contexte de revalorisation d’un islam du « juste milieu » intégrant le soufisme. Nous verrons à partir de Niamey, du Caire, de Marseille, de Fès et de Rabat la place des acteurs religieux sénégalais évoluer entre les migrations et la promotion de type d’encadrements religieux différents selon les contextes nationaux et politiques. À partir du suivi sur plusieurs années d’étudiants africains dans les formations religieuses à Al-Azhar au Caire ou à l’Institut Mohamed VI au Maroc, de Cheikhs itinérants entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique méditerranéenne et la France, mais aussi avec un zoom sur une trajectoire singulière, celle d’un Cheikh sénégalais entre Thiès, Marseille et Fès, nous entrerons de plein pied dans les liens entre migration et carrières religieuses. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.