Sur les routes et marchés ouest-africains. Les circulations transnationales du made in China

par Anne Bouhali & Nora Mareï & Mamadou Diméle 25/10/2018

Depuis un petit poste frontière situé entre le Sénégal et la Mauritanie, Anne Bouhali, Nora Mareï et Mamadou Dimé proposent de suivre la route de marchandises venues d’Europe, de Chine ou produites localement, afin de décrypter les formes que prend la mondialisation dans ces espaces méconnus.


Bac sur le fleuve Sénégal, entre Rosso Mauritanie et Rosso Sénégal © Bouhali, Mareï, Dimé, 2017


Le long du corridor littoral Tanger-Nouakchott-Dakar, le passage de Rosso sur le fleuve Sénégal est à la fois frontière et rupture de charge. Chaînon manquant de l’interconnexion des réseaux routiers entre Maroc, Mauritanie et Sénégal, il est un observatoire discret des mobilités et des circulations entre les trois pays voisins. De part et d’autre du fleuve, reliées par un bac, deux villes se font face. Rosso Mauritanie, environ 33 000 habitants en 2013, regarde depuis la rive septentrionale Rosso Sénégal, qui en compte environ 10 000. Cette dernière est la deuxième porte d’entrée du pays en nombre de voyageurs après l’aéroport international de Dakar. Notre objectif est de comprendre le rôle de ce point nodal entre Maghreb et Afrique de l’Ouest, au moment où le Maroc se tourne économiquement et diplomatiquement vers ses voisins subsahariens (Mareï 2017 ; Daviet 2013 ; Wippel 2004). De ce point de vue, Rosso peut être envisagé comme un carrefour des routes commerciales entre Afrique de l’Ouest et Maroc, alors que ce dernier a entamé son processus d’adhésion à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), à la suite de sa réintégration dans l’Union africaine début 2017. Entre flux formels et informels, entre marchandises locales et produits made in China, entre transporteurs internationaux et petits « businessmen », le poste frontière de Rosso [1] est un de ces « espaces discrets » (Choplin, Pliez 2018) qui permet de comprendre comment mondialisation et régionalisation façonnent les territoires, de la frontière aux espaces transnationaux. Suivre la route depuis Rosso (Choplin et Lombard 2010) mène ensuite aux marchés de Dakar et de Nouakchott, à la recherche des produits et des commerçants rencontrés autour du fleuve.

Commerces, mobilités et circulations entre les deux Rosso

Le bac de Rosso permet d’observer les imbrications entre des territoires éloignés, des villes, marchés de consommation et lieux d’approvisionnement entre lesquels hommes et marchandises circulent. Les marchandises proviennent principalement du nord, et parmi elles, tant en termes de volumes que de valeur, les fruits et légumes en provenance du Maroc, parfois d’Espagne (figure 1a), qui arrivent par camions frigorifiques entiers. Ce commerce représente 80 % des recettes du bureau de douane de Rosso Sénégal, soit 5 milliards de francs CFA en 2016.

D’autres produits traversent la frontière en direction du sud, en provenance du Maroc (matériel industriel et de construction, vêtements, chaussures, meubles, huile d’argan, etc.) ou d’Europe (bétail, fruits et légumes). Les voitures d’occasion destinées à la revente empruntent aussi la route depuis l’Europe. Elles sont conduites par des Sénégalais « de l’extérieur », commerçants occasionnels ou professionnels, qui continuent parfois la route en direction de la Gambie, de la Guinée ou du Mali, pays qui acceptent l’importation de véhicules de plus de huit ans, contrairement au Sénégal. Le flux de voitures et camions particuliers, remplis de produits de consommation courante à destination de la famille ou d’un petit commerce transnational (figure 1b), est particulièrement dense à l’approche de la fête religieuse du grand Magal de Touba [2] qui draine chaque année des millions de fidèles mourides (Bava et Gueye 2001).

Lire l’article complet sur : https://www.metropolitiques.eu/Sur-les-routes-et-marches-ouest-africains-Les-circulations-transnationales-du


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.