Idée reçue #16 : Pour les enfants migrants, d’autres formes d’éducation

À Ziguinchor (Sénégal), parmi les adolescents migrants non ou dé-scolarisés, nombreux suivent une formation professionnelle en tant qu’apprentis tailleurs/couturières ou chauffeurs.

Bien que les normes sociales relatives au genre, au travail, à la reproduction et au statut des enfants évoluent, et que les filles accèdent à différentes formes d’éducation, les normes concernant le travail adapté au sexe et à l’âge déterminent fortement leur trajectoire. Le travail domestique reste un domaine féminin.

La mise au travail domestique de filles migrantes issues des familles les plus pauvres peut émanciper les filles (et parfois aussi les fils) des familles qui les emploient ou les hébergent. Ainsi, alors que la migration peut ouvrir la possibilité d’apprendre un métier, la distance géographique et sociale avec leur famille d’origine que produit la migration, ne garantit pas aux filles la possibilité de dépenser la majeure partie de leur temps et de leur énergie à une activité de formation.

On observe pour les garçons une plus grande acceptation sociale concernant le temps nécessaire à une formation pendant leur expérience migratoire. Ils rapportent volontiers tous les conseils reçus avant leur départ : se concentrer sur une activité, ne pas se disperser à travers des fréquentations non connectées à ce travail ou apprentissage, etc. Parce qu’elle les éloigne des sollicitations parentales directement portées sur leur force de travail (notamment pour les travaux champêtres), la migration peut leur offrir cet espace-temps ouvert à l’acquisition de nouveaux savoirs.

Par Mélanie Jacquemin, sociologue, et Dorte Thorsen, anthropologue 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.