Idée reçue #15 : Enfants migrants, migrer pour travailler pendant les vacances

Les migrations de travail pendant les grandes vacances scolaires sont de plus en plus fréquentes en Afrique de l’Ouest à mesure que la scolarisation et le maintien à l’école s’étendent aux zones rurales et incluent les enfants des familles les plus pauvres, filles et garçons.

Les données de suivi démographique en pays sereer au Sénégal montrent un changement temporel dans les migrations saisonnières de travail des adolescentes au cours des vingt dernières années : la majorité des filles qui migrent pour travailler comme domestiques à Dakar ne le font plus pendant la saison sèche, mais plutôt pendant les vacances scolaires en période d’hivernage, afin de gagner de quoi financer la poursuite de leur scolarité.

Les enfants des régions rurales de Casamance commencent à migrer pour travailler pendant leurs vacances à partir de l’âge de 10-13 ans. Les garçons partent pour s’engager dans des travaux agricoles, puis se rendent dans les grandes centres urbains pour travailler comme vendeurs ambulants et porteurs sur les marchés. Beaucoup d’entre eux mesurent l’importance de la réussite scolaire et regrettent l’absence d’opportunités accessibles de cours de vacances.

Pour les filles élèves migrantes, le choix géographique n’est pas aussi libre. Elles émigrent presque exclusivement vers Dakar pour travailler comme domestiques. Certaines élèves migrantes travaillent aussi comme petites vendeuses ou dans les petits restaurants de la gare routière.

Les revenus dérisoires que les élèves migrants des deux sexes parviennent à gagner pendant les vacances, les conditions de travail difficiles et les mauvais traitements infligés par certains employeurs ajoutent à leur frustration, mais elles/ils s’accrochent néanmoins à l’idée que ces efforts les portent progressivement vers leurs projets futurs d’achever leur scolarité, de soutenir leurs parents et d’atteindre un meilleur statut social et professionnel.


Par Mélanie Jacquemin, sociologue, et Dorte Thorsen, anthropologue 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.