Idée reçue #13 : le transport international ouest-africain n’est pas si vétuste…

Le transport routier ouest-africain s’est modernisé

Depuis deux décennies, le transport international par autocar a connu en Afrique de l’Ouest une croissance sans précédent. La libéralisation de l’économie a incité nombre d’opérateurs privés à proposer une offre qui a révolutionné le transport dans la région. Bénéficiant de l’amélioration du réseau routier, le transport par autocar profite également de la diminution drastique des trafics ferroviaires de passagers et de la cherté de l’avion.

Différentes sociétés opérant à l’échelon continental joignent Nouadhibou (Mauritanie), Gao (Mali) ou encore Agadez (Niger), mais c’est surtout en direction d’Abidjan (Côte d’Ivoire), d’Accra (Ghana), de Lomé (Togo), et de Dakar (Sénégal), que circulent ces autocars. Les compagnies proposent un service performant de réservation, y compris par téléphone portable ; les autocars partent à l’heure ; à bord, le confort s’est amélioré, avec possiblement climatisation et restauration, parfois les sanitaires en sus ; et les tarifs entre deux capitales sont abordables (parfois de l’ordre de 30 000 francs CFA).

On ne trouve plus sur les grandes destinations les anciens bus qui ne partaient qu’une fois le véhicule plein. Ce sont désormais plusieurs départs par jour, satisfaisant une clientèle de plus en plus demandeuse et exigeante, valorisant aussi les escales et les espaces traversés.

Par Jérôme Lombard, Géographe, Directeur de recherche à l’IRD


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.