Idée reçue #14 : Enfants migrants, pas toujours en rupture éducative !

Les programmes de protection de l’enfance portent l’idée selon laquelle éducation et migration de travail sont incompatibles ; or les adolescents migrants ont des profils diversifiés, incluant de multiples formes d’éducation.

Les enfants abandonnent rarement l’école parce qu’eux-mêmes ou leurs parents ont décidé qu’il leur fallait migrer pour travailler. La plupart quittent l’école en raison des dysfonctionnements du système scolaire, de l’incapacité de leurs parents à payer les dépenses liées à l’école, ou d’une désillusion envers la « rentabilité » des diplômes. C’est particulièrement évident au niveau du second cycle de l’enseignement secondaire, où l’enseignement devient nettement plus onéreux. Néanmoins, les adolescent.e.s aiment apprendre, elles/ils connaissent l’importance de la scolarisation et de l’éducation au sens large, et cherchent à compenser le manque d’opportunités dans les zones rurales en partant pour la ville.

Nombre d’entre eux migrent vers les villes avec l’objectif de continuer leurs études ; certains cherchent du travail pour gagner de quoi retourner poursuivre leur scolarité, d’autres cherchent de quoi financer une formation professionnelle. Les membres de la parenté urbaine invitent fréquemment les adolescent.e.s à venir travailler pour eux avec la promesse de leur payer les frais de formation professionnelle à titre de salaire. Même pour celles et ceux qui ne poursuivent pas leurs études au sens formel de scolarisation, leur trajectoire migratoire et professionnelle est souvent structurée par une forme d’apprentissage leur permettant de prétendre à des emplois urbains mieux rémunérés et de passer d’un travail non qualifié à un travail peu qualifié.

Par Mélanie Jacquemin, sociologue, et Dorte Thorsen, anthropologue 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.