Migrations indépendantes des adolescents au Sénégal

Rapport de terrain. Casamance, Sénégal, du 11 au 27 octobre 2017.

La version anglaise de ce rapport a été publiée le 21.08.2018

Cette étude explore les contours et les spécificités des processus migratoires des adolescent-e-s qui migrent sans leurs parents biologiques. De plus en plus utilisée dans la littérature sociologique et anthropologique, l’expression « migrations indépendantes des enfants » désigne les mouvements d’individus âgés de moins de 18 ans, tandis que l’expression « enfants migrants non accompagnés », dont l’origine se trouve plutôt dans la littérature sur les migrations forcées, reste l’expression la plus utilisée par les organisations internationales et les décideurs politiques. Les deux expressions ont en commun de désigner les mouvements des enfants et des adolescents âgés de moins de 18 ans, qui se déplacent sans aucun de leurs deux parents biologiques, que ce soit volontairement et sans que personne ne les menace ou ne les trompe pour le faire, ou au contraire qu’ils soient forcés à se déplacer. L’utilisation de l’un ou l’autre terme n’est pas équivalente, la distinction étant étroitement liée à la manière dont l’agency des adolescent-e-s dans les décisions concernant leur parcours de vie est conceptualisée. Plus largement, cette distinction renvoie à la manière dont l’enfance et les transitions vers la jeunesse et l’âge adulte sont théorisées.

L’étude poursuit un double objectif. Au niveau conceptuel, nous explorons la pertinence des deux expressions utilisées pour catégoriser les adolescent-e-s migrant-e-s. Dans les discours politiques et les discours des praticiens, les notions de migrant « indépendant » et de « non accompagné » associées avec celle d’« enfant » se traduisent généralement par une approche négative de la mobilité des adolescent-e-s, suggérant (voire affirmant) qu’il s’agit de victimes passives dont les droits sont bafoués. La littérature académique, d’autre part, cherche à saisir l’agency des adolescent-e-s et les contraintes structurelles qui pèsent sur cette agency. Notre étude s’inscrit dans ce courant de recherche. Elle interroge les différences sexuées dans les parcours des adolescent-e-s migrant-e-s, leurs expériences de migration et leurs perceptions de ce à quoi ressemblerait un « bon avenir », pour mettre en lumière les affiliations sociales et les hiérarchies à l’œuvre dans la migration contemporaine.

À partir des enquêtes de terrain conduites à Ziguinchor (Basse-Casamance), notre objectif est de produire un matériau qualitatif de type ethnographique, qui puisse apporter un éclairage sur les transformations et les continuités dans l’organisation sociale des communautés « translocales » et sur la manière dont les adolescent-e-s façonnent et sont façonnés par le tissu social de leurs communautés. Par ailleurs, une meilleure compréhension des changements graduels et de leurs effets sur les dynamiques de genre et de générations peut aider à affiner les politiques et les programmes dans les domaines de la protection de l’enfance, de l’emploi des jeunes et des migrations, en proposant une vision nuancée de ce que signifie pour un adolescent ou une adolescente d’être migrant-e « indépendant-e » ou « non accompagné-e ».

Sur le plan méthodologique, notre étude explore les potentialités pratiques et heuristiques de quelques méthodes qualitatives participatives et visuelles dans la recherche avec les adolescent‑e‑s : discussions en focus group basées soit sur une cartographie participative des pratiques migratoires dans l’entourage des adolescent.e.s impliqués, soit sur des jeux de rôle restituant de leur point de vue, des expériences vécues par les adolescent-e-s migrant‑e-s. Notre méthodologie inclue aussi la méthode du photovoice comme support pour des entretiens individuels approfondis.

La première phase de ce « terrain partagé », qui s’est déroulé à Ziguinchor pendant 14 jours en octobre 2017, a surtout été dédiée à l’expérimentation et au perfectionnement de ces méthodes, tout en débouchant sur une production consistante de données d’enquêtes avec les migrant-e-s adolescent-e-s, et sur l’approfondissement de nos connaissances sur le contexte. Dans la  perspective de poursuivre ces enquêtes de terrain, nous présentons ici un rapport ciblé sur les aspects méthodologiques de notre travail collaboratif sur le terrain en octobre 2017.

Questions de recherche

Nous cherchons à construire une typologie des processus de prise de décision en les reliant aux pratiques concrètes des adolescent-e-s migrant-e-s, afin de répondre aux questions suivantes :

– est-ce que filles et garçons migrent de la même manière dans un contexte où les normes sociales genrées pèsent fortement sur la jeunesse féminine (par exemple en termes de temporalité) et masculine (par exemple en termes de soutien familial) ?

– comment la décision de partir puis l’expérience migratoire s’inscrivent-elles dans un parcours éducatif ou professionnel ? Quels types d’activités exercent filles et garçons, selon quelles stratégies et quelles contraintes ?

– comment ces migrations juvéniles sont-elles indépendantes tout en s’inscrivant dans les relations familiales ?

– comment ces situations de mobilité sont-elles perçues par les structures publiques impliquées localement ?

– que peuvent nous révéler les récits des adolescent-e-s migrant-e-s sur les changements et les continuités dans l’organisation sociale de leurs communautés ?

– Quel est l’impact de la translocalité sur la parenté et les autres relations sociales ?

Méthodologie

Bien qu’il soit relativement facile de générer des informations relatives au travail, à l’éducation et au sentiment général de bien-être/mal-être des adolescent-e-s migrant-e-s, il est difficile de saisir les nombreuses nuances de leurs expériences, depuis le moment où ils quittent la résidence d’origine jusqu’au moment où nous les rencontrons à Ziguinchor. Dans un terrain de courte durée, il est ardu à la fois d’établir une relation de confiance avec les adolescent-e-s et les personnes qui les entourent et d’avoir des interactions répétées avec les participant-e-s à la recherche suivant l’objectif d’élaborer plus en détails leurs récits pour aller au-delà des représentations instantanées. Dans ce « terrain partagé », nous avons choisi d’utiliser des techniques participatives pour surmonter certaines de ces contraintes.

Nous avons utilisé une combinaison des techniques développée par Dorte dans le cadre d’une étude commandée auprès d’adolescent-e-s migrant-e-s au Rwanda et au Vietnam, dans laquelle elle avait formé des consultants locaux à la recherche sur le terrain. Nous nous sommes aussi inspiré de techniques que nous avions toutes les deux utilisées dans le cadre d’une autre étude commandée, qui était tellement limitée dans le temps qu’il était impossible de rendre justice aux techniques et de saisir les nuances ajoutées par l’utilisation de techniques participatives. Nous avons donc voulu explorer les apports de ces techniques dans une étude où nous étions pleinement responsables du processus de production de données, de l’échantillonnage et de l’organisation générale des activités de recherche.

Néanmoins, ce premier terrain partagé ne fut pas épargné par les contraintes de temps. Ne passer que 14 jours sur le terrain posaient des défis évidents, notamment pour mener correctement les introductions utiles à une entrée réussie sur le terrain, ou pour reprogrammer certaines activités quand cela était nécessaire. Un avantage fut de pouvoir prendre appui sur des connaissances que Mélanie avait rassemblées sur Ziguinchor et sur de nombreux contacts institutionnels et personnels qu’elle avait établis lors de visites antérieures, préservant ainsi un temps précieux pour la recherche elle-même. Grâce à ces contacts, nous avons eu accès à un certain nombre d’adolescent-e-s migrant-e-s et, surtout, à quelques espaces privatisés dans lesquels nous avons pu mener des groupes de discussion et des entretiens. Dans le cadre de notre partenariat avec le département de sociologie de l’UASZ, nous avons pu recruter deux étudiant.e.s comme assistants de recherche, dont la présence et le travail furent d’une valeur considérable pour la mobilisation des participant.e.s à l’enquête, pour la traduction puis la retranscription des activités de recherche.

Mener des enquêtes avec des adolescent-e-s travailleur-e-s et apprenti-e-s représente une autre contrainte, dont nous étions bien conscientes grâce à nos travaux antérieurs. Les temps d’enquête doivent coïncider avec leurs temps de pause et avec une permission de leur employeur/euse. Par conséquent, nous avons planifié chaque activité sur une durée maximale de deux heures, le plus souvent aménagée à la pause, après le travail ou pendant le jour de repos. Obtenir l’accord de l’employeur pour que les adolescent-e-s participent à la recherche nous a également pris un certain temps, car plusieurs employeurs nous ont référé à des parents assurant le statut de tuteurs ou tutrices de l’enfant ou ont voulu eux-mêmes approcher ces parents avant de nous accorder la permission.

Pendant les 14 jours de terrain en octobre 2017, nous avons enquêté auprès de 17 adolescents et 6 adolescentes âgées de 12 à 20 ans (âge médian : 17 ans) dans les marchés, des gares routières, des ateliers informels d’apprentissage, une ONG et des cours d’habitation dans des quartiers populaires. Les méthodes participatives, les discussions (focus group) et les entretiens ont été menés en français, wolof, mandingue, halpulaar et diola, traduits en français et retranscrits textuellement.

Tableau 1 Méthodes de la recherche et nombre de participant.e.s – Terrain du 11-25 octobre 2017, Ziguinchor

Méthode   Avec un parcours de scolarisation ou de formation Hors de l’école
Focus group inspiré d’une cartographie de la migration (2) Fille 2
Garçon 2 1
Focus group inspiré de jeux de rôle (2) Fille
Garçon 6 3
Photovoice (8) Fille 2 2
Garçon 2 2
Entretien individuel (1) Fille
Garçon 1
Au total Fille 13 2 10 4
Garçon 11 6
Entretien avec les employeur/euses (2) Femme 1  
Homme 1  

Discussions en focus group axées sur la cartographie des pratiques migratoires

Le but de cet exercice de cartographie était de se faire une idée des schémas et des réseaux de migration dans les communautés d’origine des adolescent-e-s et d’identifier les différences sexuées qui ressortent non seulement de ces schémas mais aussi des connaissances que les adolescent-e-s ont sur les différentes formes de migration. En utilisant différentes couleurs pour différencier les itinéraires les plus fréquentés et les moins fréquentés, nous avons repéré des différences entre les communautés qui nous invitent à examiner :

  • l’éventail des possibilités que les adolescent-e-s peuvent envisager en référence aux pratiques migratoires dans leur communauté d’origine
  • les représentations qu’ils ont de la migration au moment de leur départ, puis comment elles peuvent évoluer au fil de leur trajectoire
  • comment les adolescent.e.s peuvent être eux-mêmes acteurs/actrices de la configuration de la parenté.

Nous avons organisé deux discussions focus group à partir de cartes élaborées avec des adolescent‑e-s hors de l’école – l’un avec des garçons et l’autre avec des filles – réalisant que même des participant-e-s ayant auparavant fréquenté l’école pendant quelques années se sentaient intimidés devant nous et les autres participants. La participation aux discussions fut meilleure quand nous (Dorte et Mélanie) prenions en charge nous-mêmes le traçage des lignes. Un autre résultat important de l’ensemble des activités de groupe fait écho au défi linguistique : nous avons mené les activités avec traduction du français vers plusieurs langues (et vice-versa), ce qui freinait l’animation de discussions spontanées. Enfin, il est apparu clairement que certain-e-s participant-e-s avaient une connaissance limitée des routes migratoires à longue distance, même s’ils/elles connaissaient des membres de leur communauté émigrés en Afrique du Nord et en Europe. Un garçon, par exemple, était convaincu que les migrants se rendaient en Gambie pour faire le voyage en pirogue jusqu’en Libye. D’autres manquaient d’aisance avec nous ou avec le groupe pour partager leurs connaissances et leurs points de vue. Voici en résumé les principaux défis à relever pour de futurs exercices de cartographie participative, afin de produire des données significatives, en particulier sur les différences sexuées.

Discussions en focus group à partir de jeux de rôle et/ou de dessins.

Le but de ces focus groups était d’obtenir un aperçu des points de vue des adolescent-e-s sur les risques et les situations de vulnérabilité, comment leur bien-être peut être assuré et qui y participe habituellement, et comment ils négocient avec les parents, les autorités, les travailleurs sociaux et les autres personnes qui interviennent dans/influencent leur vie. La plupart des participant-e-s avaient entre 16 à 18 ans et travaillaient comme petits vendeurs/vendeuses itinérant.e.s, ou étaient en situation d’apprentissage dans des ateliers informels ; tous avaient de très modestes revenus. Nous avons considérés qu’ils/elles étaient trop âgé-e-s pour s’intéresser aux activités de dessin et avons par conséquent concentré nos explorations méthodologiques sur les jeux de rôle suivis d’une discussion focus group.

Pendant cette première phase du terrain, nous avons organisé deux de ces focus groups avec des adolescents (garçons). L’une des discussions, au cours de laquelle nous avons travaillé avec deux sous-groupes de trois personnes, a mis en évidence le défi consistant à établir la confiance. L’un des deux groupes de participants a préféré parler des expériences individuelles plutôt que de les mettre en scène collectivement, tandis que l’autre groupe d’adolescents (d’âge similaire) a pu mettre en scène un sketch et susciter une discussion plus animée. Il est donc important d’inclure de courtes activités de « déglaçage »/mise en confiance afin de faciliter le partage d’expériences. Mélanie a depuis lors (mars 2018) mené d’autres discussions focus group avec des filles adolescentes qui ont trouvé les jeux de rôle utiles pour éclairer leurs expériences migratoires douloureuses.

Comme nous l’avons mentionné plus haut, nous prévoyons d’organiser d’autres exercices en focus group afin d’examiner les différences potentielles d’âge et de sexe et d’ évaluer leur efficacité dans la production de données.

Photovoice suivi d’entretiens approfondis

Le but de l’utilisation de l’outil photovoice était d’explorer d’une part les représentations des adolescent-e-s concernant les effets désirés ou non désirés de l’expérience migratoire, et d’autre part des aspects de la vie des adolescent.e.s que nous ne voyons habituellement pas. La technique consistait à prêter des appareils photos aux adolescent-e-s migrant-e-s avec deux séries de consignes : soit produire des images de leur vie quotidienne toutes les deux heures au cours d’une journée ordinaire, soit de choses, de personnes ou de lieux représentant ce qu’ils/elles considèrent comme signe de réussite de la migration ou et ce qu’ils/elles s’efforcent d’éviter. 48h heure plus tard environ, nous avions fixé un rendez-vous pour réaliser un entretien individuel approfondi (1h à 1h30 environ) à partir des photos visionnées sur ordinateur comme autant de messages-guides.

Pendant ce premier terrain, huit adolescent-e-s ont travaillé avec l’outil photovoice. L’un des points forts de cette technique est sa capacité à révéler l’étendue des réseaux sociaux des adolescent-e-s et les relations qu’ils chérissent, ce que nous n’aurions pas nécessairement pensé à questionner sans l’apport des photos. Un autre point fort est le rapport de confiance mutuelle que suscite le prêt d’un appareil photo. Plusieurs adolescent-e-s ont dit avoir apprécié la responsabilité et la confiance que nous leur avions témoignées en leur prêtant un appareil photo numérique, et tous/toutes étaient plutôt enthousiastes à l’idée de partager leurs photos avec nous. Certain.e.s n’ont pas été autorisés à prendre des photos parce que nous n’avions pas pu rencontrer  leurs tuteurs ou tutrices par manque de temps. Mélanie a depuis continué d’utiliser l’outil photovoice dans la continuité de ce terrain en mars 2018.

Parmi les techniques participatives que nous avons utilisées, photovoice nous apparaît comme la plus réussie parce que la plupart des adolescent.e.s impliqués ont aimé visualiser avec nous des séquences de leur vie, offrant aussi un aperçu de leurs rêves pour l’avenir et de leurs moyens d’existence actuels qui, le plus souvent, impliquent des activités rémunératrices et/ou éducatives/formatrices à différents moments de la journée. Sans l’outil photovoice, ce type d’informations aurait été difficile à obtenir, étant donné qu’il n’était pas possible d’aménager le temps plus long nécessaire à des séances d’observation approfondie.

Perspectives futures – nouvelles enquêtes de terrain et analyses

En juillet-août 2018, nous travaillerons aux premières analyses afin d’identifier les principales lacunes dans les données produites et dans nos connaissances, et de planifier la deuxième phase du terrain partagé prévue en septembre 2018. Le matériau produit dans cette première phase de terrain partagé et pendant le travail de terrain complémentaire de Mélanie en mars 2018, donne un aperçu intéressant de la façon dont le contexte familial façonne les premières expériences de migration des adolescent-e-s, ce qui a des répercussions importantes sur leurs attentes pour l’avenir. Il est fondamental de produire davantage de matériaux empiriques pour tester ou consolider les conclusions émergentes et construire une argumentation rigoureuse.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.