Du Maghreb vers l’Afrique subsaharienne : une autre facette des migrations féminines. Le cas des migrantes marocaines à Dakar. Quel profils, parcours et aspirations ?

par Leila OULKEBOUS, Université Bordeaux Montaigne, France

Master Interdisciplinaire sur les Dynamiques Africaines (MIDAF) – Spécialité Géographie

Sous la direction de : Madame Julie PICARD, docteure et maître de conférences en géographie

Encadrement terrain par :

– Madame Sylvie BREDELOUP, socio-anthropologue, Co-porteuse du Laboratoire mixte international LMI-MOVIDA, HDR directrice de recherches à l’Institut de Recherche pour le Développement IRD – France.

-Monsieur Cheikh Oumar BA, socio-anthropologue et directeur exécutif de l’Initiative Prospective Agricole et Rurale (IPAR) à Dakar au Sénégal.

Carte de localisation de l’étude

Ce travail s’intéresse à la question des migrations féminines entre deux pays africains : le Maroc et le Sénégal. On parle souvent des flux migratoires des Africains subsahariens qui migrent vers l’Afrique du nord, soit pour s’y installer, soit pour transiter vers l’Europe.  Ces-derniers flux sont d’ailleurs largement médiatisés et leur importance est souvent exagérée au regard de l’ensemble des mouvements migratoires en Afrique. De plus, les femmes sont relativement peu mises en avant lorsque l’on parle de migration alors qu’elles représentent la moitié des flux migratoires mondiaux. Ce travail se veut donc doublement original. D’une part, parce qu’il s’intéresse à un flux migratoire assez peu documenté dans les recherches, celui des Maghrébins qui migrent vers l’Afrique subsaharienne. D’une autre part, parce qu’il porte sur les parcours de migrantes marocaines qui sont venues s’installer à Dakar au Sénégal. 

La question de départ de cette recherche se décline en plusieurs questionnements. Ces femmes ont-elles effectué des migrations pour rejoindre leur conjoint et leur famille ? Espèrent-elles, à travers leur migration, jouer un rôle socio-économique plus important ? La migration permet-elle de donner aux femmes la capacité de s’affranchir des rôles qui leur sont traditionnellement assignés ?

Ainsi, la problématique de la recherche se formule de la manière suivante :

Dans quelle mesure la migration opère des améliorations socioéconomiques et rééquilibre les rapports de genre chez les migrantes, en leur donnant de nouvelles opportunités et responsabilités ?

Nous avons pu interroger trente femmes de nationalité marocaine ayant migré à un moment de leur vie à Dakar, ce qui exclut de l’analyse les Marocaines nées sur le sol sénégalais. Des entretiens semi-directifs ont été réalisés en arabe dialectal du Maroc (darija) puis retranscrits en français.

Schéma de synthèse sur les différents profils des migrantes enquêtées

Les résultats confirment généralement les hypothèses que nous avions émises, notamment en ce qui concerne la capacité de la migration à induire un changement socioéconomique significatif et à rééquilibrer les rapports de genre en offrant des opportunités nouvelles. Presque trois quarts de nos enquêtées affirment effectivement que la migration leur a ouvert de nouvelles possibilités. Concernant le rééquilibrage des rapports de genre, il n’existe pas de règle générale. Les données des entretiens montrent plutôt une grande diversité de profils et de situations. Les migrantes mariées dépendent grandement de l’activité du conjoint ainsi que de son ouverture d’esprit pour ce qui est du travail des femmes. Selon nos résultats de terrain, les migrantes qui sont mariées avec des commerçants connaissent généralement de meilleures conditions de vie et peuvent plus facilement mener les activités professionnelles parce que leurs maris leur ouvrent un commerce ou les soutiennent financièrement pour concrétiser leurs projets. L’ouverture d’esprit des maris se manifeste généralement par l’autorisation qui est faite à leurs femmes de travailler et l’accompagnement dans les charges familiales.

Il convient également d’insister sur le rôle important que joue ces femmes dans l’amélioration du parcours professionnel et familial de leur mari. Par exemple certaines ont aidé les conjoints dans leurs activités économiques., ce qui a permis de consolider leurs affaires. Parmi les femmes commerçantes, on distingue toutefois celles qui sont associées avec leur mari en étant rémunérées et qui profitent de cet argent pour prendre leur autonomie, et celles non rémunérées, qui travaillent avant tout pour soutenir l’activité du mari. Plus généralement, la migration féminine a un impact sur le parcours des hommes qu’il soit migratoire, professionnel ou matrimonial.

A partir des profils de nos enquêtées, nous avons constaté que la majorité des femmes ont entrepris des études supérieures avant de migrer, ce qui nuance certaines recherches expliquant que les migrantes marocaines du Sénégal sont majoritairement analphabètes.

Concernant les femmes en situation de prostitution, on remarque qu’il s’agit dans la plupart du temps d’un moment temporaire dans leurparcours Ainsi, même si le phénomène est bien présent à Dakar, il est minoritaire et ne rend pas compte du vécu et des activités globales des migrantes marocaines. Nombre de nos enquêtées ont toutefois souligné que cette activité véhiculait une mauvaise image à l’endroit des Marocaines.

Les femmes qui sont parties dans le cadre d’un mariage mixte avec des Sénégalais vivent généralement dans des situations plus précaires que les autres, elles ont un nombre plus élevé d’enfants et n’ont pas d’autre choix que de travailler pour subvenir aux besoins de leur famille. Les migrantes marocaines de Dakar aspirent souvent à ouvrir leur propre commerce ou avoir un restaurant à moyen terme, ce qui est perçu comme un moyen d’émancipation.

Un autre résultat de notre recherche est l’attachement fort que les migrantes gardent avec le Maroc. Dans la majorité des cas, elles y restent très liées et envisagent pour certaines de retourner y vivre. Par exemple quelques étudiantes de médecine souhaitent ouvrir un cabinet au Maroc une fois leurs études terminées. Les Marocaines que nous avons rencontrées se fréquentent pour la plupart entre elles, au quotidien ou à l’occasion de certains événements et de fêtes nationales ou religieuses liées au Maroc. Celles qui ont des enfants tiennent beaucoup à leur transmettre la culture et le dialecte du Maroc, presque toutes ces femmes scolarisent leurs enfants dans des établissements privés de Dakar, parce que ces femmes ont de la méfiance envers le système d’éducation publique du Sénégal.

La majorité des migrantes enquêtées expliquent qu’elles avaient des préjugés et des perceptions négatives sur le Sénégal avant d’effectuer la migration, alors que d’autres n’avaient même aucune idée sur le pays. Cependant, en règle générale, ces perceptions s’améliorent avec le temps et près de trois quarts des femmes s’estiment satisfaites de la vie à Dakar et de leurs relations avec les Sénégalais. Environ un quart de nos enquêtées possède la double nationalité sénégalaise, tandis qu’un autre quart bien que remplissant les conditions pour l’obtenir ne se déclarent pas intéressées. Notre travail interroge également les rapports que les migrantes entretiennent avec un pays d’islam confrérique, surtout en ce qui concerne les femmes mariées avec des Sénégalais. En effet, plusieurs marocaines sont mariées avec des Sénégalais appartenant à la confrérie des Tidjanes, ce qui a pu parfois générer quelques incompréhensions une fois au Sénégal, tout particulièrement à cause des pratiques de polygamie.

Enfin, l’intérêt de notre recherche a été d’actualiser les données concernant les quartiers d’implantation des populations marocaines à Dakar. Celles-ci ne se concentrent plus dans le quartier de Plateau et autour de la rue Mohammed V, comme cela a pu être le cas par le passé. Désormais, les migrants marocains résident et tiennent des commerces dans une pluralité de quartiers comme le montre la carte ci-dessous.

Carte de localisation des principaux quartiers d’habitation des enquêtées


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.