« La voie de l’espoir ? Kaw, aspirations migratoires, masculinité et devenir adulte à Pikine »

Cet atelier de MOVIDA a eu lieu au Centre Bopp le mardi 25 septembre 2018.

La voie de l’espoir?
Kaw, aspirations migratoires, masculinité et devenir adulte à Pikine

« Pour être un vrai homme, il faut beaucoup voyager […] Il faut souffrir dans la vie […] être dans d’autres villages, vivre avec d’autres groupes ethniques. Il faut souffrir pour être un vrai homme. « (Amadou, Wakhinane II Quartier Mballo Der à Pikine, Sénégal).

Ces dernières années, la question migratoire a occupé une place centrale dans les débats de société en Europe tout comme au Sénégal et dans d’autres pays. Il ne se passe pas un jour sans que l’actualité sur les migrations ne soit au-devant de la scène. Les médias montrent des jeunes hommes désespérés et déterminés (Ivoiriens, Sénégalais, Guinéens et autres) qui prennent la décision irréversible d’affronter la mer pour atteindre en Europe, et ce, au péril de leur vie. À Pikine également, des jeunes hommes tentent d’échapper au désespoir quotidien et nourrissent ce rêve de “partir’’ en s’accrochant à l’image d’une vie meilleure ailleurs que chez eux.

Sebastian Prothmann, dans le cadre de sa thèse de doctorat en Anthropologie à l’Université de Francfort, a interrogé les aspirations migratoires des jeunes hommes à Pikine, dans la banlieue de Dakar, la capitale sénégalaise. Sa thèse de Doctorat est parue sous le titre “Lifeworlds of Young Men beyond Migration and Immobility in Pikine, Sénégal’’ et publiée par la maison d’édition Köppe à Cologne.

 

Quelques points du débat après la présentation : 

  • Selly Ba (chargée des programmes genre, migration et démocratie au bureau sénégalais de la fondation Heinrich Böll) :

Pourquoi associer exclusivement la prise de risque et la réussite dans la migration à la seule masculinité ? Comment se construit la virilité en migration? ?

Qu’est-ce qui permet de dire que les Pikinois dévalorisent les activités de commerce ambulant alors que ça a été pour les ruraux qui arrivaient une des premières portes de sortie ?

Si la migration est une réponse permettant la mobilité sociale, la religion en est une autre.

 

  • Saydou Koudougou (Doctorant à l’Université de Ouagadougou 1, membre de MOVIDA) :

Comment les filles deviennent-elles adultes à Pikine ?

Vouas avez parlé de la « migration mouride », de quelle manière les chrétiens expriment-ils leur désir de partir ?

En mettant en avant systématiquement des narratives, il faudrait faire attention à ne pas surinterpréter les propos de ses interlocuteurs, en tant que jeune chercheur européen.

 

  • Codou Loume (journaliste à radio Oxygene FM)

Quel était votre corpus de recherche , quels étaient vos critères de sélection pour quels objectifs ?

Expliciter les raisons qui vous ont poussé à choisir Pikine comme lieu d’observation, sachant que c’est un point stratégique de la migration au Sénégal.

 

  • Mignane Diouf (Responsable du Forum social)

Une recherche qui gagnerait encore en profondeur si elle était resituée dans une perspective historique. Pikine a été le théâtre de fermetures d’usines (textile, poisson) dans les années 1980 laissant dans la difficulté tous ces hommes et ces femmes issus du monde rural qui s’étaient installés dans la banlieue dakaroise. La première réponse a été la migration essentiellement intra-africaine, en direction de la Gambie, de la Mauritanie et des pays arabes notamment pour des femmes exerçant un travail domestique. La deuxième réponse a été les sports de combat avec l’arrivée des premiers dojos de karaté. Pikine a donné au Sénégal de grands lutteurs.

 

 

Sebastian Prothmann, Université de Francfort 
Le centre de Bopp 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.