Conférence régionale de Dakar « Changements climatiques et résilience des territoires : quelles leçons en Afrique de l’Ouest ? « 

Du 10 au 12 septembre 2018 à Dakar

Une plateforme multi-acteurs pour le partage des connaissances et des évidences et les implications politiques sur les interrelations entre changement climatique et développement économique résilient dans une perspective de territorialisation des interventions.

Son organisation entre dans le cadre des activités d’animation scientifique scientifiques organisées périodiquement par Innovation, Environnement Développement en Afrique (IED Afrique) pour partager des connaissances et formuler des recommandations en vue de contribuer à l’amélioration de l’efficacité des politiques publiques.

En savoir plus sur : https://www.conferenceied.org/

Intervention de Sylvie Bredeloup 

Faisons un petit détour historique pour mieux comprendre dans quel contexte les interrelations entre migrations et environnement se sont progressivement construites. 

Changement de paradigme : la modernité n’est plus placée sous la bannière du progrès mais sous celle du risque – avec le sentiment que les périls sont proches et, dans le même temps, que les solutions envisageables improbables. On est entré dans une nouvelle ère ou un nouvel âge géohistorique (l’anthropocène), l’homme ayant réussi à modifier l’évolution de la biosphère.

Du coup, il n’y a plus de relation directe de la cause à l’effet mais un effet énorme (effet papillon) peut  avoir été déclenché par un événement minuscule et en apparence étranger.

Montrons que les réponses migratoires aux changements climatiques progressifs sont hétérogènes même si elles ont tendance à entraîner des départs irréversibles.

En conclusion insistons sur le fait que les migrants ne doivent pas être les seuls à devenir des acteurs du développement durable, ayant déjà beaucoup de pressions à supporter. Pourquoi devraient-ils atténuer les effets néfastes du réchauffement climatique alors qu’un Américain du Nord aisé émet dans sa vie 1000 fois plus de gaz à effet de serre qu’un Africain ? Il est pauvre, d’une part et d’autre part, la migration relève d’abord  d’une démarche individuelle alors  que les objectifs de développement durable se prennent au niveau d’une société ds son ensemble.

 

Intervention de Mamadou Dimé Les transferts des migrants : leviers pour une reconfiguration territoriale dans les zones semi-arides du Sénégal

Comment les transferts des migrants peuvent-ils contribuer à la reconfiguration des vocations socioéconomiques et à la recomposition du devenir territorial des zones semi-arides au Sénégal  ? 

Zones d’étude :

  • le vieux bassin arachidier ;
  • la zone des Niayes
  • les terroirs soninke de la vallée du fleuve Sénégal :
  • les terroirs pular de la vallée du fleuve Sénégal 

Principaux résultats :

Profils éclatés des migrants et dynamiques contrastées des expériences migratoires.

Vulnérabilités environnementales : facteurs importants de mobilité.

Articulation de la migration dans des réseaux familiaux, villageois et au sein d’appartenances territoriales.

Lieux d’accueil constitués principalement par la sous-région ouest-africaine, l’Europe de l’Ouest (France, Italie et Espagne) et l’Afrique centrale (Congo, Gabon, Cameroun)

  • Malgré leur vulnérabilité au changement climatique, les zones semi-arides non dépourvues de potentialités pouvant servir de socle à un processus de transformation territoriale.
  • Disponibilité des éléments du capital naturel pouvant servir de piliers à un renouveau territorial.
  • L’accès au financement : principal obstacle pour justifier la faiblesse des capacités de production.

Les transferts des migrants peuvent fortement contribuer à remédier à cette contrainte à l’échelle des territoires.

Jusqu’à présent, les transferts n’agissent pas comme un levier déclencheur de dynamiques territoriales suffisamment transformatrices et pérennes.

Nouvelles questions : 

  • Quelle articulations entre les échelles d’intervention pour un accompagnement des dynamiques de reconfiguration territoriale ?
  • Comment réussir l’arrimage entre les initiatives des migrants et les actions de transformation territoriale des autres acteurs dans les zones semi-arides ?

Contribuer à la création d’un environnement attractif pour l’investissement productif des migrants dans les territoires.

Adopter des projets et programmes suffisamment innovants pour contribuer à une reconfiguration du profil socioéconomique des territoires (nouveaux créneaux économiques adaptés, nouvelles opportunités, nouvelles potentialités, valorisation de ressources alternatives, etc.) ;

Identifier des niches d’investissement résilientes au changement climatique et plus articulées au développement des territoires dans les zones semi-arides du Sénégal.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search