Sénégalais et ressortissants ouest-africains dans l’exploitation artisanale de l’or à Kédougou : pour une relecture des migrations intra-africaines

Rapport de recherche – issu des travaux de recherche de Ndèye Coumba Diouf, Doctorante en sociologie, GERM & Faits de Sociétés, Université Gaston Berger de Saint-Louis / LMI-MOVIDA, Assistante de recherche à l’IPAR

Depuis plus d’une décennie, des ressortissants de l’Afrique de l’Ouest partent à la recherche de la pierre aurifère au Sud-Est du Sénégal, venant grossir les rangs des orpailleurs. Cette tendance s’est accélérée à la suite de la hausse des cours mondiaux de l’or. Ce qui a donné lieu à ce qu’il est convenu d’appeler « La ruée vers l’or» dans la région de Kédougou où la recherche du métal précieux est source de convoitise tant pour les autochtones que pour les ressortissants des pays voisins.

L’analyse de ces flux migratoires à la fois internes et transnationaux s’opèrera à travers trois entrées principales: d’abord, en quoi cette ruée vers l’or laisse entrevoir de nouvelles articulations entre plusieurs formes migratoires (internes, intra-africaines, internationales, saisonnières). Ensuite dans quelle mesure cette forte présence de ressortissants de la CEDEAO dans les sites d’orpaillage de Kédougou et alentours interroge le rapport à l’étranger? Enfin, quels impacts ont ces mouvements sur la circulation des savoirs, y compris des savoirs mystiques, et des techniques? Il s’agit à travers cette question d’interroger les acteurs détenteurs des savoirs spécifiques sur les mines. S’agit-il des autochtones ou des migrants? Et de voir comment s’effectue l’intégration des migrants nationaux et étrangers ? S’effectue-t-elle en échange de partage des savoirs et savoir-faire?

Dans le cadre des premières enquêtes dans les sites d’orpaillage de Kharakhéna et Bantako (région de Kédougou), nous avons fait appel à la méthode qualitative avec l’utilisation du guide d’entretien semi-structuré et des récits de vie. Le guide d’entretien a été utilisé dans le cadre des enquêtes avec les autorités étatiques de la région de Kédougou, les chefs de villages, les administrateurs des regroupements d’orpailleurs, les brigades de gendarmerie afin de comprendre l’historique des villages et l’évolution des sites, les implications de l’orpaillage dans de tels espaces, les enjeux du regroupement des orpailleurs en associations de ressortissants. Les deux outils ont servi aux entretiens avec les orpailleurs afin de mieux saisir leurs parcours migratoires et les différents savoirs et compétences acquis au cours de chaque mouvement. Il en est de même du cumul des activités d’orpaillage avec ceux de départ et leur intégration au sein de chaque site. Cette même méthodologie sera reconduite mais renforcée par une approche quantitative. Ainsi,  les entretiens non directifs, récits de vie, et observations directes seront utilisés en plus du questionnaire. Les enquêtes se feront auprès des mineurs dans leur diversité (autochtones, migrants internes, migrants transnationaux, les migrants saisonniers et par transit), mais aussi auprès d’autres acteurs présents dans les sites et dont le travail dépend directement ou indirectement des mineurs, des autorités administratives et autres services.

Les migrants trouvés sur les sites étudiés sont composés de migrants internes et migrants internationaux. Ils sont en général des Sénégalais, des Burkinabè, des Maliens, des Guinéens. Il s’agit de jeunes hommes et de femmes mais aussi de personnes âgées voyageant avec quelques membres de leurs familles (d’habitude avec une des épouses (il existe une alternance de la venue des épouses sur les sites), et les plus jeunes de leurs enfants). Ils sont porteurs de savoirs et savoir-faire en matière d’orpaillage (forage de galeries, tirage de corde, boisage, etc.). Ils sont ainsi détenteurs de galeries ou employés dans d’autres galeries où ils font valoir leurs compétences ou encore des détenteurs de machines, des acheteurs d’or, etc. Le contrôle pour la plupart du temps de l’activité par les migrants (tant l’exploitation, le traitement que le marché) ne laisse pas indifférentes les populations autochtones qui se convertissent en « Tomboulma » ou policiers du placer[1]. Ce qui leur donne le privilège sur chaque galerie surveillée d’avoir une part importante du métal précieux au moment des différents partages entre équipes. Tout de même, pour contrecarrer un tel contrôle par les migrants des ressources aurifères, l’Etat du Sénégal à travers la direction des mines a procédé à la réorganisation du secteur. Il a ainsi fermé les sites d’orpaillage de la région de Kédougou  pour une durée de 8 mois (août 2014-mars 2015), a introduit les cartes d’orpailleurs donnant l’autorisation d’exploiter uniquement aux Sénégalais. Toutefois ces mesures ne contraignent pas les migrants qui ont fait enregistrer leurs galeries dans les cartes des Sénégalais tout en acceptant de donner en contrepartie une part du métal après exploitation aux détenteurs de cartes.

[1]Placer : site d’exploitation artisanale de l’or



Citer ce billet
La rédaction (2017, 4 janvier). Sénégalais et ressortissants ouest-africains dans l’exploitation artisanale de l’or à Kédougou : pour une relecture des migrations intra-africaines. MOVIDA. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rn4v

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search