Idée reçue #12 : Loin de l’émigration vers le Nord, la banalité du transport international ouest-africain

Rien de plus anodin que cet autocar en attente dans les rues de Ségou au Mali. Il se destine à rejoindre la ville de Niamey au Niger, pour un périple de deux jours, emportant avec lui nombre de passagers dont les motifs de voyage sont multiples. Ici s’exprime toute la banalité de l’acte de voyager en Afrique subsaharienne, qui dépasse de loin l’envie d’émigrer vers le Maghreb ou l’Europe.

Autocar sur le parking d’une station-service de Ségou (Mali) et à destination de Niamey (Niger) (Cliché Jérôme Lombard, 2010)

Les migrants ouest-africains sont avant tout des voyageurs

Les autocars qui roulent sur les routes africaines emmènent bon nombre de personnes désireuses de migrer. Ce sont d’abord des voyageurs comme les autres, qui calculent au plus juste et choisissent le moyen de transport le plus efficient. Ce sont aussi des personnes qui se rendent dans les lieux où elles disposent de familles, de parents même éloignés, d’amis et connaissances. Les autocars reliant des villes africaines entre elles, ces voyageurs se rendent en priorité dans la ville voisine, dans la capitale voisine, dans le pays voisin.

Les voyageurs migrants d’Afrique de l’Ouest se déplacent majoritairement en car, sur plusieurs milliers de kilomètres, à l’instar de ce jeune garçon quittant Ségou pour Niamey puis Cotonou, et espérant rejoindre son frère installé au Congo, via la ligne maritime Cotonou-Libreville-Pointe Noire. Comme leurs aînés il y a encore vingt ans, qui se rendaient sur la côte atlantique par le train, celles et ceux d’aujourd’hui traversent le continent par les routes nationales pour aller visiter leurs familles, commercer, étudier ou travailler.

Rien ne remplace ce désir d’ailleurs que la banalité du transport routier. Rien n’égale en simplicité ces trois femmes congolaises venues à Dakar pour une cérémonie de mariage et qui, à la frontière entre le Sénégal et le Mali, dans l’autocar qui les emportent vers Bamako puis Cotonou, s’étonnent qu’on leur demande si elles émigrent. Non, elles voyagent, répondent-elles, et l’autocar exprime le mieux cette continuité dans le temps, cette permanence des pratiques, cet élargissement du voyage à de multiples catégories sociales, cette propension des Africains à se mouvoir de façon privilégiée sur le continent.

Les circulations intra-africaines, les traversées libres de frontières ne sont, pour beaucoup, plus un rêve, une utopie ou même une revendication, mais une simple réalité quotidienne.

Par Jérôme Lombard

Directeur de recherche à l’IRD, géographe


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.