Les expositions MOVIDA aux Rencontres des Etudes Africaines en France, Marseille

Tukkiman : Ce que les objets nous disent de la mobilité des hommes

Cette installation, visible pendant les REAF (juillet 2018) sur le campus Saint-Charles de l’Université Aix-Marseille (petite salle à droite de l’amphi de sciences naturelles), est le fruit d’un travail collectif mené pendant l’année scolaire 2018 avec des lycéens en classe de Première à Dakar, accompagnés de leurs enseignants, mais aussi de chercheurs, de doctorants et d’une responsable d’une association de migrants. Il s’agissait d’initier des jeunes aux méthodes d’enquête en sciences sociales, de les accompagner dans une démarche de déconstruction des idées reçues sur les questions migratoires et enfin de transformer un travail scientifique en un exercice artistique. Quelles représentations inédites produire sur les mobilités pour s’éloigner de celles largement médiatisées qui oscillent entre la criminalisation du migrant et sa victimisation ? La transformation des résultats de recherche en supports créatifs pluriels est l’un des piliers structurant la réflexion du laboratoire mixte international MOVIDA (IRD, UGB Saint-Louis, UIR de Rabat, Université de Ouagadougou ; IPAR, Dakar) qui place la valorisation de la recherche au centre de ses préoccupations.

En dialogue avec les membres de ce club scientifique, les chercheurs de MOVIDA ont choisi d’explorer la « vie » d’objets, accompagnant des migrants africains dans leurs déplacements, dans un contexte géopolitique marqué par la fermeture des frontières. Par le biais de ce regard décalé, aborder la question migratoire par le prisme de l’objet emporté, permet d’entrer rapidement dans la quotidienneté et de mettre en avant le caractère ordinaire de leur parcours. Les « carrières » de ces objets, de la préparation du départ au retour – volontaire ou précipité -ont commencé à être déclinées pour mettre en saillance des pans cachés de la vie migratoire. Les périodes de transit au cours de l’aventure migratoire sont représentées ici par une chambre, partagée par des compatriotes, en attente ou en partance.

Une seconde exposition, visible pendant les REAF (juillet 2018) sur la goélette Albarquel (à côté du MUCEM), voilier traditionnel portugais de 25 mètres construit en 1957, présente un travail sur les objets de la mobilité réalisé par les élèves d’une classe de 6ème au collège Longchamp de Marseille.

 

 

Ce que leurs sacs nous disent…

LES CHERCHEURS D’OR DU SÉNÉGAL ORIENTAL

Des mineurs qui bougent

Les mineurs voyagent au gré des fluctuations des sites d’orpaillage. Un jour dans un puits, le lendemain au fond d’un autre, ils doivent avant tout rester mobiles et prêts à partir pour rejoindre un site plus productif. La mobilité est la caractéristique principale des mineurs au Sénégal. Elle dépasse même le cadre villageois, pour s’étendre à toute la sous-région.

Les rumeurs de nouvelles pépites jouent un rôle majeur dans la circulation des mineurs, et la découverte d’or sur un site s’accompagne rapidement d’une grande affluence. 

La précarité, compagne de vie        

Abris provisoires, fréquences des incendies… Les conditions de vie sont précaires dans les sites miniers et nul ne peut se permettre de trop emporter. Le sac du mineur, c’est le strict minimum ! Ils ne prennent que « l’essentiel », à comprendre comme le minimum vital, et se voient comme des militaires en mission, capables de se débrouiller en brousse avec trois fois rien.

Une vie sur ses gardes

Enfin, voyager léger, ce n’est pas seulement être plus mobile. C’est aussi la garantie de rester discret et de ne pas attirer l’attention. Peu de sécurité dans les habitats précaires… La solution, aussi simple que radicale : quand on a rien, il n’y a rien à voler !

La recherche en cours

Derrière l’enquête sur les mineurs de Kédougou, c’est une jeune doctorante de MOVIDA, qui s’intéresse aux mouvements des ressortissants ouest-africains vers les placers du Sénégal oriental. Elle met en lumière la façon dont leur migration conduit parallèlement à une migration des savoirs et savoir-faire en matière d’orpaillage.

 

Ce que leurs sacs nous disent…

LES ÉTUDIANTES MIGRANTES OUEST-AFRICAINES

La tête dans la valise

Selon les statistiques avancées par l’UNESCO, plus de quatre millions d’étudiants poursuivent une formation supérieure dans un pays dont ils ne sont pas ressortissants, et ce sont les étudiants africains qui sont les plus mobiles dans le monde. Le retour et le non-retour de ces étudiants dans leurs pays d’origine une fois leurs études supérieures achevées a été, et demeure, une question vigoureuse qui anime le débat autour du phénomène du brain grain (fuite/exode des « cerveaux »). Certains pays ont réussi à mobiliser les compétences scientifiques et techniques de leurs diplômés expatriés pour accompagner leur croissance économique, ils ont de fait réduit les effets du brain drain en le transformant en un brain gain (gain des « cerveaux »). Toutefois, le phénomène continue d’engendrer des répercussions négatives dans d’autre pays, notamment dans certains du continent africain où le taux de départ des étudiants, de personnes à haut niveau de formation, des ingénieurs, des médecins, etc., reste très élevé alors que leur retour demeure faible.

La cuisine en voyage

À côté des habits, des chaussures, de la trousse de toilette ou du tapis de prière, on remarque les produits alimentaires, ingrédients et ustensiles pour cuisiner « comme à la maison ». Partir, c’est aussi rencontrer d’autres manières de s’alimenter, de s’approvisionner. Du Thiéré, le mil pour faire le couscous sénégalais, au haricot pour cuisiner le Niébé à la sauce tomate, à l’arachide caramélisé pour faire le Guerté-soukeur ou encore les fleurs d’hibiscus séchées pour préparer le fameux jus de Bissap, tous ces produits alimentaires révèlent la place importante de la cuisine dans le parcours migratoire et comme elle demeure un marqueur identitaire.

En partant en France, l’étudiante apporte son bagage scientifique, son savoir-faire professionnel, mais aussi ses pratiques culinaires et son savoir-faire en la matière.

La recherche en cours

Derrière cette photo, c’est un jeune doctorant de MOVIDA qui s’intéresse aux migrants qualifiés. Son travail de thèse ambitionne d’étudier un aspect de la migration internationale marocaine encore peu étudié, celui de la migration des Africains, et notamment les Marocains, ayant effectué leurs études supérieures en France, et au terme de leur formation, devenus des cadres supérieurs ou des entrepreneurs, dans leur pays d’accueil ou d’origine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.