Les expositions MOVIDA aux REAF, Marseille

En parallèle des manifestations scientifiques, retrouvez les deux expositions MOVIDA sur les objets de la mobilité :

Tukkiman : Ce que les objets nous disent de la mobilité des hommes

Cette installation, visible sur le campus Saint-Charles de l’Université Aix-Marseille (petite salle à droite de l’amphi de sciences naturelles), est le fruit d’un travail collectif mené pendant l’année scolaire 2018 avec des lycéens en classe de Première à Dakar, accompagnés de leurs enseignants, mais aussi de chercheurs, de doctorants et d’une responsable d’une association de migrants. Il s’agissait d’initier des jeunes aux méthodes d’enquête en sciences sociales, de les accompagner dans une démarche de déconstruction des idées reçues sur les questions migratoires et enfin de transformer un travail scientifique en un exercice artistique. Quelles représentations inédites produire sur les mobilités pour s’éloigner de celles largement médiatisées qui oscillent entre la criminalisation du migrant et sa victimisation ? La transformation des résultats de recherche en supports créatifs pluriels est l’un des piliers structurant la réflexion du laboratoire mixte international MOVIDA (IRD, UGB Saint-Louis, UIR de Rabat, Université de Ouagadougou ; IPAR, Dakar) qui place la valorisation de la recherche au centre de ses préoccupations.

En dialogue avec les membres de ce club scientifique, les chercheurs de MOVIDA ont choisi d’explorer la « vie » d’objets, accompagnant des migrants africains dans leurs déplacements, dans un contexte géopolitique marqué par la fermeture des frontières. Par le biais de ce regard décalé, aborder la question migratoire par le prisme de l’objet emporté, permet d’entrer rapidement dans la quotidienneté et de mettre en avant le caractère ordinaire de leur parcours. Les « carrières » de ces objets, de la préparation du départ au retour – volontaire ou précipité -ont commencé à être déclinées pour mettre en saillance des pans cachés de la vie migratoire. Les périodes de transit au cours de l’aventure migratoire sont représentées ici par une chambre, partagée par des compatriotes, en attente ou en partance.

Une seconde exposition, visible sur la goélette Albarquel (à côté du MUCEM), voilier traditionnel portugais de 25 mètres construit en 1957, présente un travail sur les objets de la mobilité réalisé par les élèves d’une classe de 6ème au collège Longchamp de Marseille.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.