« L’or des migrants aujourd’hui » – Exposition « Or » au MUCEM, Marseille

Par Sylvie Bredeloup (LPED/IRD) et Sophie Bava (LPED/IRD, en accueil à l’Université Internationale de Rabat)

« La métaphore de la ruée vers l’or à laquelle recourent les médias pour décrire les mouvements migratoires contemporains vers l’Europe repose sur un imaginaire ancré dans l’histoire des mobilités des Européens vers l’Amérique au XIXe siècle. Celui de l’Eldorado, « pays de l’or » en espagnol, cette contrée fabuleuse et mythique, regorgeant de métal et de pierres précieuses où chacun serait autorisé à vivre en bonne intelligence et à profiter de l’abondance. Combien de journalistes reprennent aujourd’hui à leur compte cette notion pour évoquer les pays où les migrants (africains) cherchent à se rendre par tous les moyens ? « Le Maroc, eldorado des droits de l’homme ? », « La Libye, un eldorado devenu enfer », « L’Europe, eldorado ou forteresse », « les camps de migrants, un eldorado dans la boue » pour les plus récents ; jusqu’au titre de romans comme Eldorado de Laurent Gaudé, sorti en 2006, au moment précisément où la Méditerranée commençait à devenir le plus grand cimetière de tous les temps pour les migrants. Histoires croisées, récits désespérés de deux frères soudanais qui s’engagent dans un dangereux périple vers le continent de leurs rêves, et d’un gardien de cette citadelle européenne en charge d’intercepter les fragiles embarcations qui se risquent au voyage. L’Eldorado ici demeure un mythe pour ceux qui espéraient l’atteindre et qui, irrémédiablement transformés par d’implacables épreuves, ne pourront le reconnaître, mais aussi pour ceux qui entendaient le défendre. Comme le rappelle l’écrivain marocain Driss Ksikes, dans un article intitulé « Mythologie marocaine et eldorado européen » (La Pensée de midi, n°22, Actes Sud, 2007), la mythologie est toujours présente dans la manière de parler de la migration. Et celui de l’or a la vie dure. Si des migrants continuent de prendre la route à la recherche du métal précieux, si pour s’offrir un nouveau départ vers l’amérique dès el XIXème, des Italiens faisaient fondre leur trésor familial pour le transformer en chaînes en or, plus faciles à transporter, si encore récemment des mères sénégalaises vendent leurs bijoux pour que leurs fils pêcheurs empruntent les pirogues et traversent l’Atlantique, qu’en est-il aujourd’hui de ce que les migrants africains transportent avec eux ? L’or permet-il encore d’orchestrer le passage d’une vie à une autre ?

En dépit d’une modernisation accélérée des infrastructures de transport, la fluidité n’est pas à l’ordre du jour ; à l’inverse, les routes migratoires sont semées d’embûches toujours plus nombreuses et infranchissables. En lien avec un durcissement mondialisé des politiques migratoires et d’une sophistication généralisée de dispositifs sécuritaires et policiers, la traversée des déserts et des détroits est devenue de plus en plus périlleuse pour des migrants, conduits à prendre des risques extrêmes pour faire face à des coupeurs de routes en tous genres, acteurs d’une véritable industrie du passage. Dépouiller, violenter en chemin, il leur est devenu quasiment impossible de conserver avec eux ou de cacher sur eux le moindre objet. Selon l’étape migratoire à laquelle ils se trouvent, leur sac de voyage peut donc être réduit au strict minimum. Le kit du migrant consiste à prendre, en plus de ses affaires personnelles, ses papiers d’identité (dont on doit aussi pouvoir se séparer selon les circonstances du passage), un bidon d’eau et une couverture pour le désert, une bouée (souvent une chambre à air cousue) pour la mer. Peuvent également rester quelques objets accrochés à même le corps comme des bijoux (bague, bracelet, chaîne), des dents en or à la mâchoire ou des gris-gris et autres objets de protection à la ceinture et au plus près du corps. À moins qu’ils ne soient aussi confisqués par des passeurs ou gardiens. Comme le faisait remarquer Simmel, la valeur n’est jamais inhérente à un objet mais dépend du jugement qui est porté sur lui à un moment donné (Simmel, 1987 : 65). Il arrive aussi qu’au bout de la route, les migrants se fassent spolier légalement, à l’image de ces demandeurs d’asile dont l’argent liquide et des objets de valeur ont été confisqués sur les territoires helvétique et danois pour financer leur accueil dans le pays « hôte ». Au Danemark, sont exemptés de spoliation les objets dits à « forte valeur sentimentale » comme les alliances ou encore les objets reconnus comme « nécessaires », à savoir les téléphones portables et les montres. En Bavière et dans le Bade-Wurtemberg, deux länders allemands où une loi comparable a été mise en place, les bijoux de famille sont aussi saisis.

Mais reprenons la route. Qu’est ce qui remplace l’or, cette assurance tout risque, dans les mobilités contemporaines ? Un migrant doit rester connecté pour recevoir en chemin l’argent de sa famille et bénéficier d’un hébergement, d’un travail. Les bijoux en or échangés contre de l’argent sonnant et trébuchant jouaient ce rôle dans les migrations plus anciennes ; aujourd’hui ils ne sont plus en or et c’est davantage leur valeur immatérielle et spirituelle plutôt que matérielle qui est privilégiée. Porter sur soi un bijou, c’est emporter avec soi un petit morceau de son histoire mais aussi, quelque soit sa religion, se protéger de la mort qui rôde sur ces routes dangereuses. Les objets de protection – bijoux ou texte coranique, enfermés dans des tissus et bénis préalablement par des hommes de religion – permettent parfois de se rendre invisible. C’est ce que nous montre l’histoire du bracelet d’Oumar, jeune  cordonnier ivoirien de passage au Maroc depuis trois ans : « Ce bracelet a grandi avec moi. Il s’agit d’un bracelet en argent que ma maman m’a offert dans mon enfance. Ce bracelet a été béni par un marabout de ma région et m’assure la paix, le bonheur, la protection… il me fait tout simplement du bien ». Depuis quelques temps le bracelet lui serre trop le poignet et Oumar a décidé de le renvoyer à sa femme en Côte d’Ivoire pour le faire agrandir en ajoutant la quantité de métal nécessaire. Au moment de la refonte, c’est sa maman ou bien son épouse qui supervisera l’opération afin de ne pas mélanger le matériau du bijou avec celui de quelqu’un d’autre. Ce bracelet, qui est béni et distingué, ne peut être porté que selon des principes et des règles. Selon lui, chaque famille ivoirienne essaie de doter ses enfants d’un bijou pareil, mais selon ses moyens ; il peut être en argent ou en or. Sa femme qui doit le rejoindre dans quelques mois rapportera avec elle le bracelet . L’histoire du bracelet d’Omar nous montre comment les bijoux et/ou objets de protection instaurent des continuités entre les différents espaces qui composent l’espace migratoire et circulatoire. Ce bracelet qui circule est un support du lien qui perdure entre ceux qui bougent et ceux qui restent, mais il témoigne aussi de la force de la spiritualité qui l’accompagne.

Parmi les objets qui favorisent la connexion, le téléphone portable ne serait-il pas aujourd’hui devenu l’or des migrants ou, de façon encore plus minimaliste, la puce, plus facile à dissimuler ne permettrait-elle pas une meilleure assurance matérielle et spirituelle que l’or d’antan ?  Une fois introduite dans n’importe quel support téléphonique, la puce leur permet de prendre attache avec un informateur pour caler un prochain départ, mais aussi de contacter les parents restés au pays pour les rassurer ou, à l’inverse, solliciter ceux qui ont déjà atteint les pays de cocagne pour obtenir une aide financière d’urgence, un crédit à Western Union. Ces objets de la connexion sont aussi mobilisés pour prévenir un compatriote d’une prochaine rafle, pour alerter la police ou des garde-côtes devant l’imminence d’un échouage. Et quand la situation devient moins désespérée, ils contactent la société hôte pour trouver un logement, un travail. Les migrants activent encore d’autres fonctions de leur téléphone dès lors que leur position est davantage sécurisée : ils écoutent des musiques de leur pays, regardent des photos de famille qu’ils ont préalablement collectées ou qu’on leur a adressées pour se redonner du courage et renforcer leur foi en Dieu et en l’avenir, se connectent également pour des séances de prières avec leurs cheikhs, instaurant par ce canal de nouvelles formes d’intimité. Participant de la technologie fluide de par sa forme, ses fonctions et détournements multiples, le téléphone portable est aussi paradoxalement l’un des premiers objets fournis aux migrants en chemin par les organisations qui en charge de leur protection avalisent une politique sécuritaire de blocage et de surveillance des frontières . Plus que d’autres objets, il est donc en mesure de se transformer, d’adopter d’autres usages, mais aussi d’autres valeurs, d’autant qu’il peut être fragmenté, désossé et recomposé facilement. Les cellulaires peuvent ainsi, au long de leur trajectoire et de leur vie sociale plus ou moins chaotique, réintégrer le cycle des marchandises. Revendus par les migrants, subtilisés par des passeurs ou des agents aux , ces objets ordinaires et volatiles perdent alors toute singularité. En mouvement, ils invitent à de nouveaux rapprochements entre ceux qui les fabriquent, ceux qui les vendent et ceux qui les acquièrent mais aussi entre ceux qui les subtilisent et les recyclent, entre ceux qui les détiennent et ceux qui les confisquent ou les détruisent. Au-delà de ces liens tissés entre les individus, les objets emportés par les migrants, acquis en cours de route ou au retour de migration instaurent également des continuités entre les différents espaces qui composent l’univers migratoire et circulatoire pour esquisser une topographie inédite.

Si les routes d’antan n’étaient certainement pas plus sûres que celles d’aujourd’hui, avoir sur soi de l’or permettait de voir venir. L’or accompagne les Gitans jusqu’à leur dernier voyage, comme le montre Emir Kusturica à la fin de son film Le Temps des Gitans lorsqu’au cours de la cérémonie funéraire, les proches déposent des pièces d’or sur les paupières fermées du défunt. Mais le rapport à l’or n’est pas le même dans toutes les sociétés.

Les migrants quant à eux ont inscrit leur trajectoire au sein des territoires de l’or. La recherche du métal précieux en Afrique qui fit la fortune des empires mandingues puis fut le premier motif de l’expansion coloniale française dans le Haut-Sénégal continue aujourd’hui d’attirer des milliers d’orpailleurs venus du Burkina Faso, du Mali, du Niger et de la Guinée, qui avaient déjà tenté l’aventure migratoire plus loin vers l’Europe ou qui, à l’inverse y avaient renoncé, considérant cet Eldorado plus proche. Les territoires de l’or se déclinent toujours et encore en Afrique subsaharienne où l’extraction reste associée à toute une série de croyances. Le métal jaune a longtemps été considéré comme propriété de génies malfaisants ayant élu domicile dans les entrailles de la terre (Bathily, 1989) et nombre de rites continuent d’être exercés pour conjurer de possibles malédictions. Aucun des Etats du Soudan occidental n’était parvenu dans la longue histoire à organiser, contrôler à son profit l’extraction ni la commercialisation de l’or, extrait des mines du Galam (pays de l’or), du Bouré ou du Bambouk. Certaines séquences dans la semaine étaient érigées en « jours chauds » par les mineurs, considérant qu’il n’était pas possible d’y extraire de l’or en ces moments cruciaux où les génies, détenteurs du métal jaune circulaient dans les galeries et veillaient sur leur bien. Les orpailleurs qui glissaient malencontreusement au fond d’une excavation ou qui se retrouvaient ensevelis après effondrement d’un puits ne pouvaient être sauvés ; on estimait qu’il ne fallait pas aller à l’encontre de la colère des génies ou du diable et, au contraire, pour l’apaiser, il était recommandé de procéder à de nouveaux sacrifices. Selon les époques et leur situation, les femmes n’étaient pas autorisées à se rendre à l’intérieur des mines tout comme les gens de castes, qui travaillaient le fer ; des rites de pureté occupaient une place cruciale dans la pratique de l’orpaillage. « L’or aime la saleté » font remarquer ceux qui y travaillent ; l’or n’est pas qu’une richesse naturelle, il a une provenance surnaturelle et son exploitation mystique reste encore associée au sang, à la mort dans les mines artisanales. Les risques encourus par les orpailleurs sont la condition même de leur réussite. De la même manière, pendant longtemps, à cause de l’origine maléfique supposée de l’or, l’argent obtenu à partir de la vente de poudre d’or, de paillettes ou de pépites nécessitait des sacrifices avant toute utilisation. Avant que l’orpaillage ne soit pratiqué par des migrants venus des territoires voisins, l’or écoulé sur le marché ne pouvait pas permettre d’acheter des terres ou la dot. Autrement dit, les choses importantes pour l’avenir des mineurs et de leur famille, les objets de valeur ne pouvaient pas être acquis directement par le biais de cette activité. L’argent de l’or avait une valeur éphémère ; on pensait qu’il pouvait s’en aller comme le vent quand il n’était pas source de malheur. Certains faisaient remarquer que l’argent de l’or n’a pas de baraka. Dans ces conditions, il était utilisé de préférence pour des dépenses ostentatoires – l’achat de vêtements, de radios, de bicyclettes. Et inversement, les orpailleurs veillaient à pénétrer dans les placers aurifères avec des vêtements de qualité médiocre traduisant leur condition modeste pour ne pas réveiller les génies. Ces croyances qui se perpétuaient de générations en générations se sont quelque peu éteintes dans la région du Haut-Sénégal depuis l’arrivée des migrants notamment peuls qui n’ont pas hésité à transgresser et à revisiter nombre de ces pratiques. En revanche, un peu partout en Afrique subsaharienne, des rites continuent d’être pratiqués pour éloigner les mauvais génies et protéger les orpailleurs. Mais la fluidité dans l’interprétation de ces croyances est aussi à envisager comme des tentatives pour articuler au mieux les insécurités et défis contemporains à des références connues. Les marabouts, les devins mais aussi les chrétiens évangélistes investissent ces nouveaux marchés du croire.

De même, la découverte d’une pépite relève encore et toujours de la loterie, ce qui conduit les orpailleurs à « consumer », voire à « bouffer » l’argent gagné si rapidement plutôt qu’à le thésauriser. Ils préfèrent vivre intensément une vie qui peut s’interrompre aussi très vite. Fréquenter les bars, les dancings, les salles de jeu participent de ces comportements ostentatoires qui prévalent dans les mines et qui renseignent sur l’entreprise de distinction à laquelle procèdent les jeunes mineurs migrants dans un contexte d’incertitude.

Aux ruées vers l’or qui continuent d’attirer les orpailleurs en Guinée, au Mali, au Soudan, au Sénégal et au Burkina Faso se sont ajoutés ces dernières années de nouveaux espaces de  prospection artisanale dans des régions plus désertiques, moins accessibles comme le Nord du Soudan, le Tibesti tchadien, le Hoggar sud-algérien, le désert du Ténéré, à la frontière libyenne avec le Niger et quelques massifs de l’Aïr.  L’or occupe aujourd’hui des populations plus nombreuses dans ces zones déshéritées : des étrangers refoulés de Libye, d’Algérie ou du Tchad entrevoyant dans l’orpaillage une activité inespérée alors que les portes de la migration internationale se referment hermétiquement et que les cours de l’or montent opportunément, mais aussi des populations locales, en quête d’un avenir moins bouché (Grégoire & Gagnol, 2017).

La migration, c’est aussi l’ancrage dans un pays d’accueil et, dans cet autre temps, l’or réapparaît. Il n’est pas tout à fait vrai, il est imitation ; c’est aussi l’or de la réussite. Les migrants ouest-africains installés au Maroc ont adopté les baskets et casquettes dorées. Leurs bagues se font grosses et brillantes, leurs chaînes énormes, jusqu’aux signes religieux comme la croix ou le nom de Jésus en lettres dorées apposées sur les vêtements. Un look métissant celui des rappeurs américains et celui des sapeurs congolais. Le retour au pays doit aussi être glorieux. Rentrant d’Italie au milieu des années 1990, les Sénégalais avaient adopté les coutumes méditerranéennes et portaient de grosses chaînes en or autour du cou, signe sans équivoque de leur réussite. Pour les sapeurs de retour sur les rives du fleuve Congo, les bijoux  comme les cravates en or trouvent tout à fait leur place, au côté de vestes en peau de crocodile ou de chaussures en iguane dans leur mise en scène vestimentaire. Pour les moins chanceux, le doré bling bling a remplacé le plaqué or dans la valise du retour. »

 

En savoir plus sur l’exposition Or :

« Un voyage dans l’histoire de l’art au fil de l’or.

Objet de convoitise et de conquête, traditionnellement symbole de pouvoir et de richesse, l’or est aussi, par sa plasticité même, le matériau de toutes les métamorphoses, qualité faisant de lui un support privilégié dans les arts.

L’or rencontre aujourd’hui un succès d’une ampleur inédite et d’un genre nouveau dans les expressions artistiques contemporaines. Il devient ainsi le support privilégié d’une nouvelle poétique, nous invitant à repenser nos approches du sacré, du politique, de l’esthétique ou du social. Ce phénomène révèle aujourd’hui la fluidité d’un matériau qui ne s’est jamais réduit au fil de l’histoire à ses seules expressions figées.

Croisant histoire et création contemporaine, cette exposition rassemble des chefs-d’œuvre témoignant de la fascination des civilisations euro-méditerranéennes pour l’or depuis plus de trois mille ans, avec près de 600 pièces. Elle mêle objets archéologiques (lingots, masques funéraires, parures, etc.) et objets issus des collections du Mucem (reliquaires, objets rituels, etc.), mais aussi films, documents, œuvres d’art moderne et d’art contemporain de 43 artistes (avec des pièces d’Ossip Zadkine, Victor Brauner, Yves Klein, James Lee Byars, Louise Bourgeois, Jean-Michel Othoniel, Johan Creten, Liza Lou, Thomas Hirschhorn, Gilles barbier, Franck Scurti, etc.).

Pépites et parures, statues et reliques, objets de culte ou d’apparat illustrent les différentes thématiques abordées dans l’exposition : la fascination pour l’or et sa thésaurisation ; la quête effrénée de ce matériau et ses effets sur les hommes et l’environnement ; les aspects techniques liés à sa transformation (depuis les gestes les plus concrets jusqu’à l’illusion alchimique) ; ses dimensions symboliques – associées au sacré et au pouvoir – ; et enfin ses aspects festifs, rituels et démonstratifs.

Loin d’une nouvelle accumulation de trésors qui ne retiendraient de ce métal précieux que son éclat mort, cette exposition propose un dialogue entre archéologie, histoire et création contemporaine, permettant d’appréhender l’or dans ses imaginaires oniriques ou politiques, et nous invite à nous plonger dans sa luminosité créatrice. »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.