Les REAF et JCEA à Marseille, retour sur les panels de MOVIDA

Les REAF 2018

Les 5èmes Rencontres des Études Africaines en France se tiendront à Marseille du 9 au 12 juillet 2018. Soutenues par le GIS Afrique, elles sont organisées par les équipes travaillant sur l’Afrique des laboratoires suivants : Laboratoire Population – Environnement – Développement (LPED), auquel appartient le laboratoire MOVIDA, Unité de Recherches Migrations et Sociétés (URMIS), Institut des mondes africains (IMAF), Centre Norbert Elias, Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures d’Aix-Marseille (CIELAM), Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM). Comme les quatre précédentes, ces 5es Rencontres visent à donner une visibilité aux recherches sur l’Afrique en devenir.

 

Et en parallèle des REAF… les JCEA !

Depuis leur première édition en janvier 2013, les JCEA ont vocation à réunir des jeunes chercheur.e.s et docteur.e.s travaillant sur des terrains africains ou liés, historiquement, géographiquement ou politiquement, au continent. En proposant un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s, les JCEA invitent à dépasser les barrières disciplinaires qui structurent encore largement les recherches africanistes. Elles aspirent à faire dialoguer toutes les disciplines des sciences humaines et sociales afin de décrire l’histoire complexe, ancienne et contemporaine, des Afriques. Elles entendent également constituer un lieu d’échanges et de débats rassemblant les jeunes chercheur.e.s, parfois isolé.e.s ou travaillant dans des laboratoires bien souvent non africanistes.

Les Rencontres 2018 sont marquées par une double ouverture, manifeste dans leur choix d’analyser « les Afriques ». D’une part, se tenant à Marseille, ville carrefour et porte d’entrée sur la Méditerranée, elles réaffirment la nécessité de faire dialoguer les recherches portant sur l’Afrique du Nord, en allant du Maroc à l’Égypte, et l’Afrique sub-saharienne et insulaire. Ce faisant, elles s’interrogent sur les modalités du « grand partage » historique et épistémologique qui a conduit à diviser le continent en deux aires culturelles supposées étanches. Si les Rencontres conçoivent l’Afrique dans son unité géographique, elles veulent, d’autre part, rassembler les jeunes chercheur.e.s travaillant autant sur le continent que sur les groupes et les sociétés qui, bien qu’exilés sur d’autres terres du fait de la Traite, de la diaspora ou de la migration, revendiquent une identité « africaine ».

 

Les communications  de MOVIDA sont les suivantes :

Mardi 10 juillet : Thomas Fouquet et Didier Nativel animent le panel « Eclairer les nuits urbaines d’Afrique »

Mardi 10 juillet : Saydou Koudougou participe au panel « Le pouvoir par le local : recompositions du pouvoir et gestion politique des appartenances »

Mardi 10 juillet : Ndèye Coumba Diouf participe au panel « Ruées vers l’or et conflits miniers, d’hier à aujourd’hui »

 Mercredi 11 juillet : Mamadou Dimé et Pascal Kapagama animent le panel « Une transafricaine de l’indocilité ? »

Mercredi 11 juillet : Bourahima Konkobo participe au panel « La santé en Afrique : prévention, maladies et dynamiques thérapeutiques »

Jeudi 12 juillet : Camille Cassarini et Marie-Dominique Aguillon participent au panel « Regards croisés sur les mobilités et migrations »

 

Retour en images sur ce dernier panel

A gauche et au centre, Marie-Dominique Aguillon et Camille Cassarini, doctorants associés au laboratoire MOVIDA


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.