Gouvernance locale des migrations : nouvelles ressources et nouvelles inégalités dans les territoires ?

Université Gaston Berger

GERM & ARD Saint-Louis

LMI MOVIDA – IRD

 

Atelier de dialogue élus, experts, universitaires

Gouvernance locale des migrations:

nouvelles ressources et nouvelles inégalités dans les territoires ?

 

Mardi 3 juillet 2018

CRDS, Ile de Saint-Louis, pointe Sud

 

Introduction : Stéphanie Lima

Cette journée d’étude, réunissant universitaires, étudiants, élus locaux et praticiens de l’aménagement et du développement territorial, a pour objectif d’interroger les dynamiques de mobilité(s) dans les territoires ruraux de la région de Saint-Louis et leurs répercussions en termes de ressources, de gouvernance et de citoyenneté.

Alors que la réforme de décentralisation participe à la territorialisation des ressources dans les collectivités locales, en particulier depuis la communalisation intégrale promue par l’Acte 3, la question de l’émergence de nouvelles pratiques de gouvernance et de l’apparition de nouvelles inégalités de développement se pose, au regard de la faiblesse des moyens financiers et humains alloués par l’Etat.

En effet, les ressources du développement local apparaissent encore largement extérieures aux territoires. Elles sont majoritairement issues de programmes portés par l’Etat ou de projets via des partenariats, dont ceux de la diaspora sénégalaise. Celle-ci se montre active dans les régions du Sénégal où la migration internationale est une dynamique ancienne et structurée collectivement. Cependant, si le rôle des Sénégalais de l’extérieur dans le développement local semble reconnu, les autorités attendent que leur engagement s’inscrive davantage dans les secteurs dits « productifs ».

Cependant, les ressources de la migration s’avèrent extrêmement territorialisées, dans la mesure où seules les localités d’origine des migrants bénéficient de ces investissements. Aujourd’hui encore les secteurs concernés par ces financements collectifs restent ceux des services sociaux de proximité (santé, éducation, hydraulique) étant donné que les collectivités peinent à créer elles-mêmes ces infrastructures.

Les conditions du développement local se révèlent ainsi disparates, voire inégales. Face à cet état de fait, quelle est la marge de manœuvre des élus locaux pour promouvoir et imaginer de nouvelles ressources dans leur territoire ? Quelles représentations et quelles pratiques les élus locaux mobilisent-ils pour penser et acter le développement territorial ? De quelle manière la mobilité, plus généralement, est-elle prise en compte dans leur stratégie de gouvernance locale ?

Ces questions seront traitées au cours de la journée, de manière à engager un dialogue constructif et critique entre universitaires, élus locaux et praticiens du développement.

Plusieurs temps seront organisés de manière à décrire des situations concrètes et à imaginer des préconisations en direction de la société civile à l’issue de cette journée.

 

Premier panel : Territoires locaux, ressources, citoyenneté : quel bilan de l’Acte 3 de la décentralisation ?

Questionnement : Les conditions du développement local se révèlent disparates, voire inégales, malgré la communalisation intégrale promue par l’Acte 3. Les moyens financiers des collectivités sont en deçà des compétences transférées. Face à cet état de fait, quelle est la marge de manœuvre des élus locaux pour promouvoir et imaginer de nouvelles ressources dans leur territoire ? Comment les élus et les citoyens se mobilisent-ils pour penser et acter le développement territorial ?

Modérateur de la séance: Mamadou Dimé (UGB)

Interventions : Alassane Sow (MGTDAT), Ousmane Sow (ARD), Sidar Diop (Elu de Mpal), Mame Latyr Fall (Forum Civil), Sambou Ndiaye (UGB)


Alassane Sow, Directeur de Cabinet du Ministre de la Gouvernance Territoriale, du Développement et l’Aménagement du Territoire

 

Ousmane Sow, Directeur de l’Agence Régionale de Développement de Saint-Louis

 

Sidar Diop, élu de Mpal

 

Mame Latyr Fall, Forum Civil de Saint-Louis

 

Sambou Ndiaye, UGB

 

 

Deuxième panel : Territorialisation et gouvernance des ressources migratoires : quelles pratiques et quels enjeux ?

Questionnement : Aujourd’hui, les ressources du développement local apparaissent encore largement extérieures aux territoires. Dans les communes où l’action de la diaspora sénégalaise est structurée, plusieurs secteurs, notamment celui des services sociaux de proximité (santé, éducation, hydraulique) sont portés par des associations de migrants. Face à cet état de fait, de quelle manière les élus locaux prennent-ils en compte, ou pas, les dynamiques migratoires dans la gouvernance locale et le développement territorial ?

Modérateur de la séance : Cheikh Oumar Ba (IPAR)

Interventions : Pape Sakho (UCAD), Aliou Gaye (Maire de Fanaye), Mamadou Dia (Association Hahatay), Fatimata Sy (REMIDEV), Mamadou Sene (FAO)

Pape Sakho, UCAD

 

Aliou Gaye, Maire de Fanaye

 

Mamadou Dia, Association Ha Ha Tay

 

Fatimata SY, USE

 

Mamadou Sene, UGB

 

 

Conclusion

Cheikh Oumar Ba (IPAR)

 

PHOTOS

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.