Anisaa Maâ, Doctorante ULB

Doctorante à l’Université Libre de Bruxelles depuis octobre 2015, je réalise ma thèse grâce à l’appui financier du Fonds de la Recherche Scientifique (F.R.S – FNRS) et en tant que doctorante rattachée au Group for research on Ethnic Relations, Migration and Equality (GERME-ULB). Dans ce cadre je m’intéresse aux programmes d’« Aide au Retour Volontaire et à la Réintégration » mis en œuvre par la mission de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) en direction des étrangers migrants présents sur le territoire marocain. J’étudie les formes de vie des étrangers en procédure de retour volontaire, en relation avec les pratiques et récits des acteurs institutionnels, caritatifs, religieux et intermédiaires qu’ils rencontrent pendant cette période particulière de préparation au retour. Mon travail s’appuie pour ce faire sur des terrains de recherche ethnographique menés au Maroc (2016, 2017-2018).

Les politiques d’aide au retour répondent à des objectifs d’éloignement des étrangers. Le retour volontaire a cependant cela de particulier qu’il repose sur la participation de la population qu’il cible, et fonctionne en ce sens, non pas directement à l’encontre, mais par l’intermédiaire voire par la médiation de cette dernière. Dépendant du concours consenti des étrangers indésirables, le retour suppose donc un pouvoir productif qui ne vise pas à annihiler l’activité ou la réflexivité de ces derniers, mais qui s’appuie au contraire sur leur capacité à agir et à penser.  Partant, mon travail prend pour point de départ le quotidien des étrangers en procédure de retour assisté et chemine à travers leurs temps et espaces de vie, dans ce moment particulier d’hésitation et de basculement biographique qu’est la préparation à rentrer au pays.

Mes premiers pas sur ce terrain de recherche m’ont d’abord mené, au printemps 2016, sur les trottoirs faisant face à la mission de l’OIM à Rabat. Devant les hauts murs qui protègent les bâtiments de l’agence, je fais alors la rencontre d’aventuriers qui m’expliquent séjourner sur les trottoirs alentour depuis plusieurs semaines. Venus comme ils disent pour signer la déportation, ils sont environ une trentaine à attendre de pouvoir bénéficier de l’assistance au retour dont l’attribution est à la charge de l’OIM. J’attendrai désormais avec eux et partagerai le quotidien de cette vie collective en attente de retour. De leurs protestations pour l’obtention d’une aide au retour, au jour de leur départ pour l’aéroport de Casablanca, ce premier terrain de recherche m’a amené à réfléchir aux déclinaisons de la volonté au retour, et à travailler à la qualification de cette période d’attente pré-retour d’une part, et de l’espace urbain d’interaction et de face-à-face entre les étrangers demandeurs d’assistance et l’OIM d’autre part. Depuis l’hiver 2017, je poursuis mes recherches à la périphérie du point nodal que constitue la mission de l’OIM à Rabat, me déplaçant dans les lieux de vie des personnes en procédure de retour (centres d’hébergements, ghettos, campements, presbytères) dans et hors de la ville de Rabat (également Casablanca, Fès-Meknès, Oujda, Nador). Circulant entre les mondes de l’aventure et les attentes d’un retour au pays, croisant l’organisation anti-migratoire du monde et la constitution d’une volonté au retour, mes recherches rencontrent des formes de vie toujours au seuil de la contrainte et de la volonté, à la lisière de ce qui oblige et de ce qui semble rester souverain. Dans le même temps, ces vies liminaires se formulent en dialogue avec une multiplicité d’acteurs qui interviennent diversement dans leur mise en retour : organisations intergouvernementale, caritative, ou religieuse, agents communautaires, aventuriers, amis, chercheur… Les valeurs et pratiques de ces derniers, ainsi que les relations qu’ils entretiennent avec les étrangers en partance révèlent alors une micro-fabrique incertaine de la volonté au retour. C’est dès lors tout notre objet de recherche qu’il s’agit de repenser. L’aide au retour est-elle une pratique de gestion des frontières, une activité professionnelle routinière, un devoir éthique de charité, une forme de solidarité communautaire ? Et du point de vue des étrangers migrants, le retour constitue-t-il une rupture avec les mondes sociaux de l’aventure, une ressource migratoire, une stratégie de survie individuelle ou une démarche affective ?

Thèse doctorale

« Signer la déportation ». Pouvoirs et formes de vie dans la politique de retours volontaires des étrangers depuis le Maroc.

Promoteurs

Andrea REA : Group for research on Ethnic Relations, Migration and Equality (GERME), Institut de Sociologie, Université Libre de Bruxelles

Christian OLSSON : Recherche et Études en Politique Internationale (REPI), Institut d’Études Européennes, Université Libre de Bruxelles

 

Affiliations

Doctorante au Group for research on Ethnic Relations, Migration and Equality (GERME), Institut de Sociologie, Université Libre de Bruxelles, Belgique

Communications :

« Volonté et contrainte dans la politique de retours volontaires des étrangers irréguliers depuis le Maroc » : 10-12 janvier 2018, Musée Théodore-Monod d’art africain de l’IFAN, Dakar, Sénégal : Journées d’étude du G3 « Migrations et mobilités ».

« Signer la déportation. Penser par l’ambiguïté la politique de retour volontaire des étrangers irréguliers depuis le Maroc » : 27-28 avril 2017, Université Catholique de Louvain, Louvain-La-Neuve, Belgique : Séminaire doctoral annuel « Migration et diversité ».

« Signer la déportation. Soumission et pouvoirs dans la politique de retour volontaire des étrangers irréguliers depuis le Maroc », 20-21 avril 2017, Université de Genève, Suisse : Journées d’étude du G3 de la Francophonie, « Gérer les migrations face aux défis identitaires et sécuritaires »

« Quel retour, quelle volonté ? Temps et espaces des retours volontaires depuis le Maroc » : 10-17 juillet 2016, Université Al Akhawayn, Ifrane, Maroc : Université Euro-Méditerranéenne 2016, (IEE,ULB) « Circuler en Méditerranée. Une approche interdisciplinaire des mouvements, des idées, des hommes et des objets ».

« Quel retour, quelle volonté ? Temps et espaces des retours volontaires depuis le Maroc » : 27-28 Juin 2016, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Paris, France : Journées d’études « Gouverner par l’expulsion, Perspectives historiques et anthropologiques des pratiques de renvoi des étrangers ».

 

Contact : anissa.maa@ulb.ac.be


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.