Retour sur le panel « Retourner, circuler, rester : analyse des stratégies familiales des migrants africains », organisé dans le cadre de la conférence de l’APAD (Danemark, 23-25 mai 2018)

Alors que de plus en plus de recherches ont porté sur les migrations de retour en Afrique et sur les familles transnationales des migrants africains, plus rares sont les études empiriques qui se sont intéressées à la fois à la question du retour et aux dynamiques familiales. Ce sujet était au cœur du panel organisé par Marie-Laurence Flahaux (IRD – LPED – MOVIDA) et Marie Godin (Université d’Oxford et de Birmingham) lors de la conférence de l’APAD (Association pour l’anthropologie du changement social et du développement) qui s’est tenue du 23 au 25 mai 2018 à l’Université de Roskilde au Danemark.

Ce panel intitulé « Retourner, circuler, rester : analyse des stratégies familiales des migrants africains » a permis de rassembler des chercheurs issus de différentes disciplines (anthropologie, sociologie, démographie), travaillant sur la famille et les migrations africaines dans divers contextes, et analysant la question du retour à différents moments du temps, en mettant l’accent soit sur l’intention du retour, soit sur la réinsertion après le retour. Les cinq présentations, claires et intéressantes, ont été suivies de discussions riches et stimulantes avec l’audience.

Pour commencer, la présentation de Nauja Kleist (Danish Institute for International Studies) a contribué à théoriser le retour forcé et les économies morales dans les contextes de crise économique, de conflits et de restrictions migratoires. S’appuyant sur des entretiens menés dans une ville ghanéenne où la migration de main-d’œuvre internationale est une économie établie, elle a analysé la façon dont le retour au pays se vit après une expulsion d’Afrique du Nord, d’Israël ou d’Europe, et après un retour d’urgence de Libye à la suite de la guerre civile en 2011. Elle a souligné le fait que, malgré les conditions de leur retour, les migrants sont confrontés aux attentes de la part de leur famille et de leur communauté à leur retour, et mis en évidence que le retour forcé constitue une perturbation dans leur projet migratoire. Sa recherche a montré que le retour forcé ne met pas un terme à la migration, puisque de nombreux migrants forcés au retour ont migré à nouveau, souvent dans des conditions à haut risque. Ensuite, elle a mis en évidence l’ambivalence de la réciprocité et de l’interdépendance dans les familles. Enfin, elle a montré comment le retour forcé remet en cause des idéaux dominants de masculinité.

Ensuite, Kudus Adebayo (University of Ibadan, Nigeria) a présenté sa recherche doctorale en cours sur les migrants nigérians vivant dans la ville chinoise de Guangzhou, qui met particulièrement l’accent sur les aspirations des migrants mariés en termes migratoire et familial. Sa présentation a porté sur la façon dont les considérations familiales de ces migrants influencent leurs intentions de retour. Grâce à une observation ethnographique et à la réalisation de 22 entretiens avec des Nigérians mariés à Guangzhou, il a décrit les réflexions de ces migrants concernant la décision ou le projet de retour, et a examiné particulièrement le rôle joué par leur sexe, leur statut légal et le lieu de résidence de leur conjoint ou de leur famille. Il a montré que le souhait de retour est très présent : les hommes nigérians dont la famille se trouve au Nigeria et qui font face à des obstacles à l’unification de la famille en Chine sont particulièrement préoccupés par le problème de la paternité absente ; et pour ceux qui vivent avec leur conjoint nigérian en Chine, le désir de prévenir la désintégration de la famille, le coût élevé de l’éducation des enfants et la perception de la compétitivité future des enfants ont une grande importance. Ensuite, la recherche a souligné que l’intention de retour est moins précise pour les hommes nigérians mariés à des femmes chinoises, en raison de leur perception que la Chine pourrait changer pour les accueillir ou mieux les accepter à l’avenir. Cependant, leurs engagements et pratiques transnationaux suggèrent qu’ils ont également un projet de retour au pays.

Simon Turner (University of Copenhagen) a quant à lui exploré la famille du point de vue des parents burundais qui prennent la décision de déplacer leurs enfants au Rwanda en temps de crise. En se focalisant sur les stratégies parentales à l’égard de leur progéniture, il considère que cela permet de mieux comprendre les questions plus vastes de rupture, de changement et d’exil. Il a exposé qu’au moment d’émigrer, les Burundais de Kigali ont pris des décisions en essayant de prédire les résultats futurs de leurs choix en termes de sécurité physique et de moyens de subsistance. Le bien-être de la famille nucléaire, et en particulier des enfants, était au centre de ces décisions. Ensuite, au fil du temps, la décision des parents de rester à Kigali ou de retourner à Bujumbura et celle de savoir qui devrait rester ou partir étaient également basées sur la prédiction de l’avenir les concernant eux-mêmes ainsi que leurs enfants. Sa présentation a illustré à travers des exemples issus d’entretiens les stratégies des réfugiés burundais en exil pour tenter d’assurer un avenir favorable à leurs enfants, au Rwanda ou au Burundi, malgré l’exil et les événements vécus.

Puis, Véronique Petit (Université Paris-Descartes), a présenté sa recherche en cours sur les migrants sénégalais de retour d’Europe faisant face à des maladies mentales. Les migrants qu’elle a rencontrés (en plus de leur famille et du corps médical) sont retournés pour la plupart dans le cadre de rapatriements thérapeutiques, et ont eu un accès direct et rapide aux services psychiatriques au Sénégal. Elle a d’abord souligné que le migrant sénégalais, qui est souvent l’objet d’investissements multiples, se doit de pérenniser la rente migratoire et de ne pas interrompre le contrat qui l’engage vis-à-vis de sa parenté. Ensuite, elle a analysé les demandes et les pressions auxquelles les familles soumettent les médecins et le migrant de retour lui-même afin que, « remis en état », celui-ci reparte en migration le plus rapidement possible. Examinant les liens entre ces migrants de retour et leur famille face à la maladie qui se prolonge, elle a montré que si l’expérience de la mobilité modifie les relations de pouvoir à l’intérieur de la famille, l’expérience de la maladie mentale apparaissant aux yeux de la famille au retour peut renverser brusquement ces relations de pouvoir.

Enfin, Abêt Mongbet (Université de Poitiers et Université de Yaoundé I), qui n’a pas pu être présent à Roskilde en raison du délai trop court pour obtenir un visa, a présenté via Skype sa recherche sur l’échec migratoire en analysant la construction sociale du projet de retour chez les Camerounais de Libye. Sa communication visait à mieux comprendre la construction et les perceptions des projets migratoires à partir d’entretiens avec des migrants de retour de Libye. En particulier, il a interrogé le rôle des interférences et structurations familiales pour la trajectoire migratoire, la décision et le processus de retour des migrants.

Le sujet de ce panel fera l’objet d’une soumission d’un dossier thématique dans la Revue Européenne des Migrations Internationales prochainement.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *