Soutenance de thèse : La migration des Burkinabè (Voltaïques) vers le Ghana (Gold Coast)

Une thèse de doctorat unique a été soutenue par M. Serge Noël OUEDRAOGO à l’Université Ouaga I Pr Joseph-Ki-Zerbo, sur le thème « La migration des Burkinabè (Voltaïques) vers le Ghana (Gold Coast) de 1919 à 2010 : origines, gouvernance migratoire et stratégies d’intégration ».

Le jury était composé de :

  • Moussa Willy BANTENGA, Professeur titulaire, Université Ouaga I Professeur Joseph KI-ZERBO (Burkina Faso) / Président
  • Claude Etienne SISSAO, Professeur titulaire, Université Ouaga I Professeur Joseph KI-ZERBO (Burkina Faso) / Directeur de thèse
  • Issiaka MANDE, Professeur régulier, Université du Québec à Montréal (Canada) / Codirecteur de thèse
  • Louis Edouard SETTIE, Professeur titulaire, Université Félix HOUPHOUET BOIGNY (Côte d’Ivoire) / Membre
  • Ludovic Ouhonyioué KIBORA, Maître de recherche, Institut des Sciences de la Société (IN.S.S./C.N.R.S.T., Burkina Faso) / Rapporteur

L’objectif principal de l’étude de 540 pages a consisté à démontrer que le courant migratoire entre le Burkina Faso et le Ghana est un des courants majeurs des migrations internationales intra-africaines des Burkinabè, tant durant la période coloniale que celle postcoloniale. L’auteur s’est attelé à expliquer les origines anciennes et complexes du courant migratoire entre les deux pays, à analyser la gouvernance des migrations dans le pays de départ et dans celui d’accueil, et à appréhender la diversité des stratégies d’intégration mises en œuvre par les migrants et leurs descendants dans leur pays d’accueil.

Quand bien même, il faut parler de causalité cumulative, les causes économiques ont été prépondérantes dans la mise en œuvre du courant migratoire des Burkinabè vers le Ghana. A mesure que celles-ci devenaient importantes, les flux migratoires prenaient de l’ampleur.

Durant la période coloniale, les colonisateurs français et britanniques ont entretenu, tantôt, des rapports de rivalité, tantôt, des rapports de coopération pour le rapatriement de migrants et le contrôle des flux. Au regard des enjeux de la main d’œuvre, la gouvernance des migrations durant la période postcoloniale au Burkina Faso a, pendant longtemps, consisté à freiner et à détourner les flux en direction du Ghana, tandis que celle du Ghana a œuvré à attirer les travailleurs migrants burkinabè jusqu’à la saturation du marché de l’emploi et à la prise de mesures nationalistes.

L’intégration socioculturelle des migrants et de leurs descendants s’est déroulée à travers la conversion à l’islam, les mariages intercommunautaires, la « parenté ethnique » et la mise en place de chefferies de communautés ethno-diasporiques. Leur intégration économique, qui a été réalisée dans la quête du travail, a varié selon la durée de la migration, le profil et le milieu d’accueil des migrants. Les investissements ont été des facteurs d’intégration et de pérennisation de l’immigration tandis que l’échec du projet migratoire a entraîné, chez de nombreux migrants, une « intégration aux forceps ».

 La « recherche d’une couverture » symbolise les motivations économiques qui ont poussé de nombreux migrants à se rendre dans la colonie britannique, qui, jusqu’au miracle économique ivoirien de la fin des années 1940, a été un « eldorado » du travail salarié et de l’offre de marchandises. La « recherche des chaussures » exprime la volonté réelle et surtout le vœu pieux de revenir un jour au pays de départ chez certains migrants.

Le  jury a noté que :

  • les réflexions s’appuient sur des sources variées des archives au Burkina Faso, au Ghana, en Côte d’Ivoire, des sources privées de certains acteurs de l’histoire de cette migration, l’outil informatique et les enquêtes orales.
  • les « intéressantes » perspectives de recherche ouverte par cette thèse,
  • la pluridisciplinarité de la recherche et la richesse des statistiques,
  • les apports sur la notion d’Etat-nation et la construction identitaire »,
  • la participation de l’impétrant à de nombreuses activités scientifiques au Burkina Faso, au Sénégal et en Côte d’Ivoire, ses publications déjà faites ou en cours montre qu’il a de l’avenir dans le monde de la recherche, etc.

A l’unanimité, le jury lui a décerné la mention « Très honorable ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search