Leila Oulkebous

Etudiante en deuxième année du master interdisciplinaire sur les dynamiques africaines (MIDAF) spécialité géographie,  à l’Université de Bordeaux Montaigne et Sciences Po Bordeaux

Sujet de mémoire : Migrations féminines et intégration au Sénégal. Cas des migrantes guinéennes et marocaines à Dakar : quels profils, parcours et aspirations ?

Sous la direction  de Mme Sylvie Bredeloup, Mme Julie Picard, et Mr Cheikh Omar Ba

Domaine de recherche : Géographie sociale et sociologie

2016-2017 : 1ère année du master interdisciplinaire sur les dynamiques africaines (MIDAF) à l’Université de Bordeaux Montaigne et Sciences Po Bordeaux.

Résumé du projet de mémoire :

Si l’on se réfère aux recherches en sciences sociales notamment en  sociologie anthropologie et en géographie menées sur les migrations en Afrique ces dernières décennies, on constate qu’il existe une tendance à la féminisation de ce phénomène. Cependant, les études consacrées à cette population de femmes migrantes sont encore minoritaires et elles demeurent trop globales pour rendre suffisamment compte de la diversité des profils et des parcours de ces femmes.

C’est pourquoi il apparaît important d’aborder les migrations féminines en amenant davantage de nuances et de précisions.

Mon travail de recherche consiste à montrer que l’on ne parle pas seulement du fait que la migration touche aussi des femmes. Au sein d’une même communauté de migrantes on distingue plusieurs types et réalités, à la fois de migration mais aussi de femmes avec des identités différentes.

Qu’il s’agisse de femmes seules, ou accompagnées de leurs enfants, parties à l’aventure, de femmes qui cherchent à rejoindre leur conjoint ou des membres de leur famille, de femmes en quête de nouveaux marchés pour débuter leur commerce ou de femmes sans qualification qui viennent tenter leur chance, ou encore des femmes qui intègrent des réseaux de trafic et de prostitution ; toutes partagent le fait d’être migrantes dans un territoire commun, Dakar, alors qu’elles renvoient à des situations très diverses.

Pour illustrer la diversité des flux migratoires intra-africains et féminins parvenus à Dakar, l’idée est de croiser les trajectoires de deux populations de migrantes socialement et culturellement différentes : les Guinéennes d’une part, et les Marocaines d’une autre part.

 Le choix de la population guinéenne vient après une série d’enquêtes préliminaires sur le terrain auprès de certains commerçants dans les marchés. De nombreuses Guinéennes sont présentes dans les rues de Dakar, souvent en familles, pour travailler dans des petites commerces d’arachides, de cacao ou dans les marchés de fruits et légumes. Il s’agit donc d’une population facilement accessible dans la cadre d’une recherche.

Le choix de la population des marocaines se justifie tout d’abord par mon désir d’illustrer des flux migratoires venant du Maghreb vers l’Afrique subsaharienne, et essayer de dégager les particularités de ce flux migratoire. De plus il s’agit de migrations anciennes avec une plus grande diversité de profils.

On trouve par exemple des migrantes marocaines qui tiennent des commerces de tissu, d’artisanat ou des restaurants, ou des femmes venues dans le cadre de mariages mixtes avec des Sénégalais. On trouve également des étudiantes marocaines en médecine, des femmes venues dans le cadre du regroupement familial avec leurs conjoints marocains, ou bien des femmes qui sont venues par des réseaux de prostitution.

Les objectifs de cette recherche vont être d’étudier la diversité des profils dans chacune des deux populations  de migrantes  et ensuite de comparer  leurs trajectoires et  de dégager les disparités et les similitudes. tout particulièrement en ce qui concerne leur intégration dans la société dakaroise.

Il s’agira en parallèle d’analyser la manière dont le parcours migratoire a pu avoir un impact sur l’émancipation et le changement de statut socio-économique de ces femmes.

Pour remplir ces objectifs de la recherche, plusieurs outils méthodologiques ont été employés. Il s’agit de l’observation participante pour inspirer la confiance des population cibles; de l’entretien semi directif et du récit de vie.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. alaoui mourad dit :

    Tres bonne continuation

  2. OULKEBOUS Fatima dit :

    Mémoire de recherche à la hauteur je vous souhaite très bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.