« Fuite des cerveaux ou mobilité des compétences ? La France accueille à bras ouverts les ingénieurs marocains » interview d’Hicham Jamid, MOVIDA

Article paru dans Libération, Maroc, publié le 20 avril par Hassan Bentaleb

« Il aura suffi de 48 heures pour qu’Ahlam, 30 ans, ingénieur en informatique, trouve un emploi en France. Elle est aujourd’hui installée à Paris avec son mari, lui aussi recruté par une autre entreprise française comme ingénieur. Les deux bénéficient d’un CDI et d’un salaire alléchant. «Tout s’est passé si vite grâce à Internet, nous a-t-elle raconté. J’ai postulé pour un emploi sur un site français et j’ai eu une réponse favorable en 48 heures après avoir passé un entretien d’embauche et fait un test via une vidéoconférence. Mes recruteurs m’ont proposé de commencer à travailler dès le lendemain et ils ont tout fait pour me faciliter les démarches administratives (visa, carte de séjour…). Ils m’ont même demandé si je connaissais des collègues de travail ou des proches au Maroc qui seraient intéressés de venir travailler en France. Leurs seules conditions : être titulaire d’un diplôme en ingénierie informatique et notamment en méthodes informatiques appliquées à la gestion des entreprises (MIAGE) et avoir deux ans d’expérience ». « 

[…]

« S’agit-il véritablement d’une «fuite des cerveaux» ? «Comme le souligne le socio-historien Gérard Noiriel, «en  matière d’immigration, plus qu’en toute autre matière, la «réalité» dont on parle est d’abord une question de mots» (1988). Ceci dit, la migration  des personnes à haut niveau de formation et de qualification professionnelle est l’une des formes migratoires qui referment une profusion de vocables, souvent maladroitement mobilisés : «fuite/exode des cerveaux», «migration des compétences», «migration des talents», «migration qualifiée», brain circulation (circulation des cerveaux), skilled/professional transients (migration transitoire qualifiée), brain exchange (échange des cerveaux)… », nous a indiqué  Hicham Jamid (Doctorant au LISE-CNRS, Cnam-Paris et ORMES-Université Ibn Zohr, associé au LMI-Movida). Et de préciser que  «cette forme de mobilité internationale n’est pas un phénomène récent, mais séculaire. Toutefois, c’est à partir des années 1960 que la notion de brain drain (exode /fuite/drainage des cerveaux) a émergé pour désigner le drainage des personnes au capital scientifique et professionnel élevé, issus des pays pauvres- qu’on qualifie de manière assez réductrice du Sud, par les pays du Nord, industrialisés et riches». »

Lire la totalité de l’article sur : ce lien.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search