Appel à contribution: Conférence sur les migrations internationales

Perspectives du Sud sur les migrations :
Discuter la production des savoirs, les politiques et la coopération
Province du Gauteng, Afrique du Sud
Du 5 au 7 septembre 2018

Le bureau régional de l’UNESCO pour l’Afrique australe, en collaboration avec la Commission nationale de l’Afrique du Sud pour l’UNESCO et le Centre africain pour la migration et la société à l’Université du Witwatersrand, ont le plaisir d’annoncer la tenue d’une Conférence internationale sur les migrations, pour laquelle étudiants, chercheurs en sciences sociales et chercheurs en sciences naturelles investis dans l’étude des migrations africaines sont invités à proposer leur contribution. La conférence a pour but de constituer un programme de recherche continental sur la question.

Envoyez un résumé de votre proposition (maximum 200 mots) et une courte biographie (maximum 150 mots) à : migconf2018@migration.org.za
Date limite de soumission des propositions : le 30 avril 2018

Résumé
Les migrations internationales sont un sujet de plus en plus prépondérant dans les débats publics, politiques et savants. Les mouvements des Africains à la fois sur et au-delà de leur continent ont longtemps été aux marges de ces discussions mondiales. Ces dernières années, cela a changé. La mobilité africaine est maintenant au cœur des délibérations au travers de l’Afrique et ailleurs. Considérant l’intérêt croissant du monde et des politiques pour les migrations et la mobilité africaines, cette conférence fournira une réflexion critique sur l’état de l’art sur ce sujet, sur la production de savoirs et sur la relation interdépendante entre la production de savoirs, les chercheurs, le militantisme et l’élaboration des politiques.
L’événement de trois jours a finalement l’intention de nourrir et de renforcer le débat académique sur les migrations entre les acteurs du continent concernés par ce sujet, et ceux qui cherchent à intégrer ce sujet dans la politique, dans l’économie et dans les sociétés. Avec l’objectif d’explorer les relations entre les perspectives théoriques sur les migrations internationales et la mise en œuvre des politiques publiques, cet événement offrira un espace réflectif et critique pour identifier et faire le lien entre les fossés existants entre l’offre et la demande de la production de savoirs sur les migrations.

Un comité scientifique, composé d’universitaires mondialement reconnus, recueille actuellement les contributions de chercheurs établis mais aussi de nouveaux chercheurs, à la fois au sein du monde universitaire et en dehors. Si de nouvelles recherches empiriques sont encouragées, les articles sélectionnés devront porter sur des thèmes et des débats conceptuellement, méthodologiquement et éthiquement plus vastes. Une préférence particulière sera accordée pour celles et ceux qui travailleront sur des thématiques, des régions, ou depuis des perspectives marginalisées ou négligées par la recherche.

Les articles sur les sujets suivants sont les bienvenus :

1. Données sur les migrations : défis éthiques, méthodologiques et politiques.
Le milieu universitaire comme le milieu politique sont de plus en plus préoccupés par la collection de données sur les migrations, ce qui soulève les questions du comment, du quoi, et du pourquoi collecter. Les articles devront examiner les débats de longue date au sujet de l’éthique et de la politique des processus de migration qui, particulièrement dans l’hémisphère sud, s’entrecoupent souvent avec les thématiques de l’exploitation et l’inégalité.

2. Recherche, enseignement universitaire, militantisme et action politique : éthique, épistémologie et économie politique
Les sciences sociales africaines sont de plus en plus dépendantes de leurs discussions avec les décideurs politiques et la société civile, et elles portent une influence bien au-delà du monde universitaire. Les articles sur ce thème devront explorer ces connexions et commenter sur leurs mérites et leurs potentiels effets secondaires.

3. Elaboration de politiques : dynamiques et catalyseurs du changement
Les articles examineront la définition de politique migratoire et de ses connexions conceptuelles avec d’autres champs politiques. Ils exploreront les intérêts générés par les changements de politiques et de pratiques, quels en sont les enjeux, comment ceux-ci sont construits et connectés, et lesquels sont mis de côté ou réduits au silence.

4. Catégories et définitions dans les débats sur la migration
De nombreuses catégories, qui sont essentiellement des concepts d’organisation pour la recherche sur les migrations africaines, sont construites par le secteur politique. Les participants sont invités à discuter de manière critique un ou plusieurs des concepts suivants : développement, vulnérabilité, intégration, cohésion communautaire/sociale, droits, migration organisée, traite des humains, ou esclavage.

5. Echelles de migrations et gouvernance des migrations : lois, gouvernance locale et régulation de facto des migrations
Les appels à la privatisation et à l’externalisation de l’intégration des réfugiés relèguent les Etats au second plan. Alors que les villes et d’autres acteurs s’engagent davantage, comment devons-nous concevoir la gouvernance des migrations ? Quelles sont les relations au sein des échelles de migrations, et entre les différentes formes de régulations ?

6. Mobilité et transformation sociale
Les articles examineront ce que néglige l’angle ouvertement matérialiste et développementaliste de la littérature sur la migration, en utilisant des perspectives africaines, afin de développer la recherche mondiale sur les questions de structure familiale, d’identités individuelles et collectives, de citoyenneté et d’appartenance.

7. Représenter les migrations : diversifier les voix et les audiences
Cette session examinera les limites des approches universitaires dites « classiques » (majoritairement représentées et évaluées sous forme de publications) et exploreront des méthodologies alternatives. Les participants réfléchiront de manière critique à partir de leurs propres expériences et de leur capacité à représenter la migration et les migrants pour des audiences multiples.

8. Nouveaux défis pour la recherche et les politiques sur les migrations africaines : quelle est la prochaine étape ?
Les articles identifieront les problématiques insuffisamment étudiées liées aux migrations sur le continent. Au-delà des manques de connaissances en termes de thèmes empiriques ou de régions spécifiques, les articles devront réfléchir à de nouvelles manières de conceptualiser et d’organiser la production des savoirs sur la migration.

9. Pédagogie des migrations africaines : besoins et approches pour les politiques et la recherche
Cette table ronde cherche à identifier les objectifs d’une éducation sur la migration, des compétences techniques et conceptuelles requises par les étudiants et les professeurs, mais aussi à réfléchir sur les obstacles structurels existants.

Dates importantes

Date limite de soumission des résumés : 30 avril
Avis d’acceptation : 20 mai 2018
Date limite de soumission du document final : 30 juillet 2018
Organisateurs et comité de pilotage
Le bureau régional de l’UNESCO pour l’Afrique australe , le Centre africain pour la migration et la société et la Commission nationale de l’Afrique du Sud pour l’UNESCO

A propos de l’unité Sciences humaines et sociales au bureau régional multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique australe
Etablie en 2016, l’unité des Sciences humaines et sociales au bureau régional de l’UNESCO pour l’Afrique australe met la priorité sur les programmes qui défendent les droits humains, l’égalité des genres, l’anti discrimination et l’inclusion. A travers son programme MOST (Programme pour la Gestion des transformations sociales), SHS privilégie les démarches qui
ont pour objectif de développer les capacités des chercheurs et des décideurs politiques, et de les encourager à utiliser leurs connaissances pour passer à l’action. A travers son programme Inclusion et droits, l’unité soutient la promotion et la protection des droits des groupes désavantagés, comme les migrants, et promeut une gouvernance locale inclusive.

A propos du Centre africain pour la migration et la société à l’université du Witwatersrand, à Johannesburg
Célébrant aujourd’hui son 20ème anniversaire, le Centre africain pour la migration et la société (ACMS) est un centre interdisciplinaire d’excellence basé en Afrique et dédié à concevoir un discours mondial sur tous les aspects de la mobilité humaine et de la transformation sociale.

Avec des chercheurs reconnus internationalement et des étudiants diplômés cosmopolites, l’ACMS est classé parmi les meilleurs centres de recherches d’Afrique subsaharienne pour ses savoirs et ses enseignements sur la migration, l’urbanisation et le déplacement.
Pour tout renseignement à propos du programme, n’hésitez pas à contacter Charaf Ahmimed, Spécialiste de Programme pour le Secteur des Sciences humaines et sociales avec le bureau régional de l’UNESCO pour l’Afrique australe : migconf2018@migration.org.za.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.