Idée reçue #9 Les migrantes dans les mines d’or ne sont pas toutes des prostituées

À quelles activités « s’adonnent » les migrantes ouest-africaines dans les mines d’or sénégalaises ?

A Kédougou, épicentre de la région de l’orpaillage au Sénégal oriental, on les dit « s’adonner » à la prostitution. On peut d’abord s’interroger sur le fait que les prostituées « s’adonnent » (avec ardeur et inclinaison) à cette activité. Par ailleurs, des travaux de recherche en cours dans la région laissent d’ores et déjà entrevoir des profils de femmes pluriels et évolutifs, remettant en question le lien supposé entre ruée vers l’or et travail du sexe.

Les équipes fixes : hommes comme femmes tirent les cordes

Aux côtés des hommes, les femmes utilisent leur force physique pour remonter graviers et minerais de puits d’extraction qui peuvent aller jusqu’à cent mètres de profondeur. Engagées à temps plein dans des équipes de travailleurs fixes, elles sont appelées « sanfé » (« ceux qui sont en haut ») ou « diourousama » (« tireur de corde ») en langue Malinkè.

Sortir l’or : les femmes en renfort des équipes en place

Lorsque de l’or est trouvé, des femmes positionnées à proximité des puits d’extraction renforcent les équipes pour aider à la remontée, en tirant les cordes. Ces tâches sont nécessaires pour accélérer le travail, et contrecarrer tant la montée de l’eau que les éventuels vols de minerai.

Les entrepreneuses : parties prenantes de la chaîne d’orpaillage

Les femmes les mieux établies financent le creusement des puits, prenant en charge équipement, transport de matériel et restauration des mineurs. Elles occupent une place importante en termes de rapports hiérarchiques dans les entreprises collectives que constituent les puits d’extraction.

Les prostituées : une pluralité de profils

Se baptisant elles-mêmes prestataires de services, les prostituées ont des parcours multiples. Le profil n’est pas figé, les femmes n’appartiennent pas toutes à des réseaux, et les « indépendantes » se servent plutôt de cette situation comme tremplin vers de meilleures conditions. Une femme des mines peut commencer comme prostituée, accumuler du profit et se faire commerçante, voire aller jusqu’au financement des puits d’extraction.

Dans les villages attenant : restauratrices et commerçantes

Vente de bonbons, d’eau minérale, de cigarettes, de brochettes, de légumes… La restauration et le petit commerce fleurissent dans le village et au site d’orpaillage. Il arrive aussi de voir des femmes actives dans l’extraction combiner cette activité avec le petit commerce au retour au village le soir.

A Khanakhena, lieu d’enquête de la recherche en cours, c’est une femme qui est en charge des sacrifices sur l’ensemble du site d’extraction. Elle occupe cette responsabilité mystique, car dans la région, on dit que le génie qui libère les filons d’or serait aussi une femme.

Par Ndèye Coumba Diouf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.