Compte-rendu du séminaire du LPED du 13 mars 2018 : « Regards croisés sur l’observation des relations familiales dans des contextes de forte mobilité spatiale »

Ce séminaire proposait trois regards différents sur les dynamiques familiales au Sud, de l’Amérique latine à l’Afrique Sub-saharienne. Il s’agissait notamment de réfléchir aux outils et aux méthodes d’observation des relations familiales et des dynamiques de population. Les trois interventions reposaient sur des sources de données différentes, créées par des chercheurs : enquêtes biographiques, histoires familiales, données d’observatoire de population, enquêtes qualitatives.

Les résultats croisés de ces recherches ont permis de mettre en exergue des permanences et des évolutions contemporaines contrastées des relations familiales, dans les contextes variés que représentent les familles des grandes villes mexicaines, les couples des migrants de la capitale Burkina Faso ou bien les femmes d’origine équatorienne en migration en Espagne.

D’abord, la présentation de Marie-Laurence Flahaux (Chargée de recherche en Démographe à l’Institut de Recherche pour le Développement, LPED – AMU) s’intitulait : « Vivre ensemble ou à distance ? Analyse de la réunification et de la séparation physique des couples de migrants à Ouagadougou, Burkina Faso », une recherche menée en collaboration avec des chercheurs de l’ISSP de l’Université de Ouagadougou. Elle partait du fait que la migration implique souvent la dispersion de la famille. Dans le contexte de l’urbanisation en Afrique, on considère généralement que ce sont surtout les hommes qui migrent seuls en ville, avant d’être rejoints par leur famille. Cependant, les données sur les familles dispersées sont rares. Cette présentation visait à mieux connaître et comprendre les arrangements familiaux et les stratégies des couples lorsque au moins l’un des conjoints a migré à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Elle reposait sur l’analyse de trois types de données : (1) les données de l’Observatoire de Population de Ouagadougou (OPO), (2) les données d’une enquête sur les histoires familiales des migrants réalisée en 2015, et (3) des entretiens qualitatifs avec des migrants aux trajectoires familiales et migratoires variées.

Ensuite, Paloma Moré (Post-doctorante du LabexMED au LPED et au LEST) a présenté sa recherche « Dynamiques familiales autour du vieillissement dans les migrations Equateur-Espagne », en interrogeant les responsabilités morales et matérielles des femmes envers le « care » des parents âgés dans un contexte migratoire. A travers une enquête qualitative en cours, basée sur les récits de vie de femmes équatoriennes à Madrid, transparait la façon dont les femmes immigrées qui travaillent auprès des personnes âgées s’organisent pour s’occuper de leurs propres parents âgés restés en Equateur. D’une part, elle a présenté les stratégies matérielles qu’elles développent pour assurer la prise en charge de leurs parents âgés sont explorées, en termes de leurs conditions de vie concrètes sur le plan professionnel et migratoire (revenus, retraite, congés, regroupement familial, etc.). D’autre part, elle a analysé l’évolution des dynamiques familiales et du repositionnement de ces femmes à l’intérieur de leurs familles.

Enfin, Maria Cosio Zavala (Professeur Emérite de Démographie de l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense et Professeur invitée au centre d’Études démographiques, urbaines et environnementales de El Colegio de México) a présenté son ambitieux projet de recherche sur « Dynamiques familiales et inégalités sociales au Mexique ». Celui-ci porte sur les histoires de vie de trois générations mexicaines nées entre 1951 et 1980, résidant dans les grandes villes du Mexique. Elle a présenté les effets des changements historiques et des inégalités sociales sur les dynamiques individuelles et familiales. Les données proviennent d’une source de données spécifique : l’enquête EDER de 2011, une enquête démographique rétrospective qui collecte les principaux événements vécus par les individus tout au long de leurs trajectoires résidentielles, démographiques, scolaires et professionnelles. Elle a abordé plusieurs facettes des biographies familiales, du comportement démographique (fécondité, nuptialité, entrée en vie adulte, migrations, etc.), en relation à d’autre dimensions, telles que l’éducation et l’origine sociale.

En conclusion de ce séminaire, le caractère exceptionnel des enquêtes biographiques telle que celle réalisée au Mexique a été souligné. Il y a effectivement très peu d’enquêtes biographiques nationales dans le monde (seulement au Mexique, en France et au Burkina Faso). De telles enquêtes quantitatives seraient utiles pour étudier les séparations et réunifications des couples à Ouagadougou ou les trajectoires de “care” entre l’Equateur et l’Espagne. Réciproquement, ces présentations ont montré à quel point l’approche qualitative, développée dans les premières interventions, est indispensable à l’analyse approfondie d’un sujet de recherche, indépendamment de la qualité et de la quantité des données quantitatives disponibles. Ces allers-retours méthodologiques sont au cœur de nos recherches, et ouvrent la porte à de riches discussions.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.