Sophie Bava, socio-anthropologue, Comité de Direction

Sophie Bava est socio-anthropologue, chercheur à l’IRD-LPED et actuellement en accueil au LEPOSHS à l’Université Internationale de Rabat. Ses travaux portent sur les dynamiques religieuses générées par les migrations africaines dans les pays d’Afrique Méditerranéenne, Egypte, Maroc, Tunisie, Algérie : la place et le rôle des institutions religieuses et d’origine confessionnelle, le rôle les acteurs religieux et/ou associatifs ainsi que les la formation au leadership religieux musulman et chrétien sur les routes de la migration africaine.

Ses recherches portent sur les migrations d’Afrique subsaharienne en direction du monde arabe (vers l’Egypte, l’Algérie et le Maroc principalement). Sur les routes que prennent les migrants et, dans les lieux de départ comme dans les lieux qu’ils investissent, la présence d’institutions religieuses, chrétiennes et musulmanes est de plus en plus significatives. Espace d’accueil, de soin, de prières, de sociabilité et d’échanges (spirituels, économiques), ils sont des lieux qui permettent aux migrants de se ressourcer et d’envisager de nouvelles possibilités dans le pays d’accueil ou ailleurs. D’autre part, les migrants transportent aussi leur religion avec eux, mobilisent des réseaux existants mais choisissent aussi parfois de se convertir pour adhérer à une nouvelle ”communauté de croyants”. Qu’apportent ces organisations religieuses aux migrants ? Où s’établissent-elles et pourquoi ? Quels sont leurs liens avec les Etats, Les ONGc, les politiques migratoires et les acteurs de ces politiques ? Nos enquêtes cherchent d’une part à identifier les réseaux religieux qui sous-tendent certaines migrations ; le rôle des intermédiaires religieux, des espaces confrériques, des universités musulmanes et des ONG d’origine confessionnelle dans la formation des itinéraires de ces migrants originaires d’Afrique subsaharienne ; mais elles ont également pour objectif de suivre la mise en oeuvre d’un véritable marché du religieux sur les routes de la migration africaine.

Co-responsable de l’Axe 1 du LMI MOVIDA : Redéfinition des appartenances et hiérarchies sociales (transformations générationnelles, recompositions familiales, religieuses, identitaires)

BAVA S., 2017. 27, rue du Tapis Vert, Routes migratoires et itinéraires religieux des Sénégalais mourides entre Touba et Marseille, Panafrika, à paraître.

BAVA S., 2017. Migrations et mobilisations religieuses en Afrique méditerranéenne, L’Harmattan, à paraître dans la collection mobilités africaines.

BAVA S., 2017. Prédications et réalités migratoires. Les réponses théologiques aux migrations africaines au Maroc, in Mazzella S.,Perrin D., Frontières, sociétés et droit en mouvement, Ville? Bruylant.

BAVA S., BARBARY C., ETIENNE A., 2017. Les ONG confessionnelles en Egypte comme alternative ou entité de l’Etat social ?, in Chelly L. (dir.), Les acteurs confessionnels du Développement. Spécificités, places méthodes et avenir, Paris, Harmattan.

BAVA S., 2016.  L’étranger, l’immigré, le migrant. Des notions pas si neutres que cela,  Spiritualités franciscaines, p. 42-50.

BAVA S., 2017. Migrations africaines et christianisme au Maroc. De la théologie en mouvement à la théologie de la pluralité religieuse, in Lasseur M. et Trouillet P-Y, Prier aux Suds, Cahiers d’Outre-mer, à paraître.

BAVA S., 2017. La saison des femmes. Parcours de femmes africaines au Caire, Afrique Contemporaine.

 

Communications

BAVA S., 2017. Migrations et constructions religieuses en Afrique Méditerranéenne, colloque L’Afrique en Mouvement dans le cadre de « L’Afrique en Capitales » CNDH/UIR/Fondation des Musées/AMCI, Rabat, Musée MVI, 13 avril.

BAVA S., 2017. Observer les constructions religieuses en migration et réinterroger la place de la théologie dans la recherche, colloque Observer le fait religieux, Université de Fès/UIR,  Fès le 6 avril.

BAVA S., 2016. Introduction et modération du colloque Afriques et radicalités religieuses, IRD/UIR/Al Mowafaqa/UCAC, Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc, Rabat, les 25 et 26 novembre.

BAVA S., 2016. Migrations et religions : des croisements fertiles pour comprendre les mobilités, lancement du LMI Movida, Les mobilités comme ressources, 17 octobre.

BAVA S., 2016. Pourquoi et comment questionner le religieux en migration ? Migrations africaines et constructions religieuses en Afrique méditerranéenne, Une méditerranée connectée. Anthropologie religieuses et introduction aux humanités numériques, Atelier doctoral thématique, Tunis, 26-30 septembre.

BAVA S., 2016. Modératrice dans le colloque Enseignement de la religion et/ou des faits religieux en Europe. défis partagés au Nord et au Sud de la méditerranée,  Fondation du roi Ibn saoud, Casablanca, 23-24 septembre.

BAVA S., 2016. Prédications et réalités migratoires. Les réponses théologiques au migrations africaines au Maroc, colloque des 30 ans de Migrinter, Penser les migrations pour repenser la société, juin.

BAVA S., 2016. De la naissance d’un marché religieux à une socio-théologie de la migration,  Les migrants, les frontières et les villes. Afrique et Amérique, Collegio de la Frontera Norte, 13-17 juin.

BAVA S., 2016. Les nouvelles productions religieuses de la migration : De la naissance d’un marché religieux à une socio-théologie de la migration, intervention au Forum social d’Essaouira, Diasporas africaines : racines, mobilités, ancrages, Essaouira festival Gnawa, 13-14 mai.

BAVA S., Les objets pris dans la mobilité, Forum Méditerranée LabexMed-Mucem, 17-19 mars.

 

Portrait scientifique paru dans la newsletter de l’IRD Maroc 

  • Comment décrirais-tu le métier de chercheur ?

C’est un métier passionnant, qui me permet sur mes terrains de recherche de rencontrer des mondes et des personnes très différents. C’est sûrement un métier de curieux aussi : on ouvre des portes, on rentre chez des gens, on écoute leurs histoires, on échange, on lit, on écrit et on parle pas mal aussi. Produire des savoirs, les transmettre et les transformer c’est le cœur de notre métier et de notre vie. Pourtant, nous devons de plus en plus nous diversifier pour produire et transmettre ces connaissances. Un chercheur, aujourd’hui, répond à des appels à projets pour financer les recherches, encadre des équipes et des étudiants, gère des budgets, organise des colloques, des conférences, des séminaires, des cours, travaille avec la société civile, les journalistes, les artistes, les élus afin de rendre lisible certaines problématiques dans l’espace public tout en continuant, sur son terrain, à produire des résultats et à les publier.

  • Quelle est ta spécialité ?

Je suis socio-anthropologue et je croise dans mes recherches la sociologie des migrations et l’anthropologie des religions. Je m’intéresse tout particulièrement aux constructions religieuses liées aux migrations entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique méditerranéenne et l’Europe. La religion est une ressource spirituelle mais aussi matérielle pour les migrants qui prennent la route, souvent pour longtemps. De son côté, la migration transforme aussi les religions. Elle redynamise des espaces religieux en déclin, crée de nouvelles vocations religieuses, cautionne la création d’associations, mobilise des ONG confessionnelles ou non, et interroge les sociétés d’accueil dans leur rapport au religieux. La migration oxygène les sociétés, questionne des certitudes et les réponses sont parfois violentes de la part des populations.

  • En quoi tes recherches concernent-elles le Maroc ?

Le Maroc, pays d’émigration, est devenu en une quinzaine d’années un pays de migration. Le droit européen en matière de migration s’est durci et cela a eu pour conséquence la fermeture des frontières au Sud de la Méditerranée, de l’Afrique méditerranéenne jusqu’au Sahara compris. Cette politique s’est accompagnée d’une sécurisation des frontières plus que d’une négociation sur la circulation des hommes. Ainsi, le Maroc, qui a depuis longtemps accueilli des étudiants africains grâce à des accords de coopération, s’est retrouvé avec une population issue d’Afrique de l’Ouest de plus en plus nombreuse et installée de manière de plus en plus durable. Face à ce contexte, le Maroc a, suite à un rapport du CNDH, décidé en septembre 2013 de mettre en place une nouvelle politique migratoire, une politique de régularisation des populations migrantes le souhaitant. Après une première phase de régulation de près de 25.000 personnes en 2015, le Maroc a initié fin 2016 une deuxième phase de régularisation qui touche aujourd’hui à sa fin et qui concerne à priori autant de personnes.

Cette installation de plus en plus pérenne de personnes issues d’Afrique de l’Ouest et Centrale a créé une nouvelle dynamique religieuse, notamment autour du christianisme. Celui-ci, qui avait été représenté jusqu’à l’indépendance par les européens, s’était peu à peu éteint avec le départ de ceux-ci. Les églises étaient vieillissantes, certaines fermaient quand d’autres étaient vendues. Les responsables religieux, catholiques et protestants, étaient de moins en moins nombreux à exercer sur le territoire marocain. Puis, avec les étudiants et les migrants chrétiens arrivés en nombre au Maroc, les églises se sont remplies, les cultes se sont redynamisés et de nombreuses églises de maison sont apparues dans les quartiers de migration. Bref, c’est un christianisme « bouillonnant » qui est apparu en pays musulman, un christianisme par le bas qui a relancé des débats dans un Maroc où la pluralité religieuse est acceptée mais pas la liberté religieuse des marocains. Les migrations créent de nouvelles dynamiques religieuses et les institutions présentes, historiques et nouvelles, ont dû encadrer ce nouvel élan chrétien, former des responsables, engager des assistants de paroisses et modérer certains débats…

  • … et qu’est-ce que tu trouves ?

Ce que j’ai d’abord trouvé au Maroc, ce sont des collègues merveilleux qui m’ont ouvert des portes dans le monde scientifique mais aussi dans la société marocaine au sens plus large. Une société mélangée, dynamique, qui n’a pas peur de poser certaines questions qui fâchent et où la dynamique autour de la question de la migration part de tout en bas, du terrain, de la société civile jusqu’aux plus hautes instances politiques.

J’y ai trouvé aussi un pays qui reprend sa place en Afrique, qui a réintégré l’OUA et peut-être bientôt la CEDEAO. Au sein de l’OUA, le Maroc a en charge le dossier « migration » et compte bien être leader d’une nouvelle politique africaine sur les migrations. De fait, notre LMI Movida, rattaché à l’UIR à Rabat, et à travers lui nos collègues spécialistes des questions migratoires en Afrique venant du Sénégal, Burkina-Faso et Niger, ont été très sollicités par les instances marocaines (universités, politiques, société civile). On espère que les recherches que nous menons avec tous nos partenaires permettront encore d’apporter des données sur la migration, mais aussi de changer de regard sur les migrants.

  • Si tu devais choisir un mot-clé issu de la culture scientifique, lequel serait-il ?

« Partage » : parce que c’est tout à la fois, une notion, une qualité, un concept,  un art de vivre…. Et parce qu’on a tout à gagner à partager nos terrains, nos résultats, nos collègues, etc. C’est ce que nous faisons le mieux peut-être, au sein du LMI Movida et avec nos partenaires ici au Maroc.


Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. 23/02/2017

    […] Sophie Bava, anthropologue à l’IRD-LPED. En accueil au LEPOSHS-UIR, Maroc. […]

  2. 31/03/2017

    […] SOPHIE BAVA, Socio-anthropologue, chercheur à l’IRD-LPED, France. […]

  3. 05/04/2017

    […] comporte une publication sur l’Egypte de Sophie Bava, chercheur membre du LMI MOVIDA, issue d’un travail de recherche pour l’Agence […]

  4. 05/05/2017

    […] Sophie BAVA Chargée de recherche, LPED/IRD/ Université Internationale de Rabat et LMI-MOVIDA : Christianismes et migrations africaines au Maroc. Une théologie en mouvement. Oissila SAAIDIA Professeur d’histoire contemporaine, Université Lumière Lyon 2 : Administrer le religieux en Algérie (1830-1914) […]

  5. 12/05/2017

    […] la participation de Sophie Bava, (IRD-LPED/IUR) et membre du […]

  6. 14/08/2017

    […] Discutante : Marie-Dominique Aguillon est doctorante contractuelle en sociologie à l’IRD et l’Université Aix-Marseille. Sa thèse est réalisée sous la direction de Sylvie Bredeloup et Sophie Bava. […]

  7. 03/01/2018

    […] Sophie Bava rend hommage aux hommes et aux femmes qui malgré la distance, les ruptures que provoquent la migration, ont construit une religion entre plusieurs territoires, la seule manière pour eux d’avancer sans renoncer à ce qu’ils sont. Derrière ces histoires de vie, il y a celle de deux pays, celle de familles, celle d’une confrérie, qui s’entremêlent et construisent le religieux en migration. […]

  8. 23/04/2018

    […] Sophie BAVA (IRD/LPED/MOVIDA) présentait son livre Routes migratoires et itinéraires religieux, Des Sénégalais mourides entre Touba et Marseille, mercredi 18 avril à l’IPAR. […]

  9. 04/10/2018

    […]  Sophie Bava,  est socio-anthropologue, chercheur à l’IRD-LPED et actuellement en accueil au LEPOSHS à l’Université Internationale de Rabat.Elle est fellow de l’Institut Convergences Migrations, rattachées aux département POLICY et GLOBAL. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.