Compte-rendu du 2ème atelier MOVIDA des doctorants : Dîtes-moi en 3 minutes ce que vous faîtes en 3 ans

Les doctorants du LMI Movida ont démarré à Dakar un cycle d’ateliers dont le but est de créer des liens entre doctorants et Masterants qui travaillent sur des questions migratoires au Sénégal et d’échanger autour de questions concrètes liées à la thèse.

Le premier atelier intitulé « Retours sur terrains » s’est tenu le mercredi 31 janvier. Il portait sur les questions méthodologiques des différentes étapes du travail de terrain, les propositions méthodologiques à partager et à discuter.

Le second atelier s’est tenu le 7 mars 2018 à l’IRD de 8h30 à 13h, divisé en deux temps :

Le premier est intitulé « Dites-moi en trois minutes ce que vous faites en trois ans », il est consacré à la présentation par les doctorants de leur problématique de recherche et à la discussion de leurs travaux par des chercheurs invités.

La seconde partie de la matinée était consacrée aux stratégies de publications. Laurent Vidal, anthropologue, Directeur de recherche et Représentant de l’IRD au Sénégal, a animé ce temps.

 

« Dîtes-moi en 3 minutes ce que vous faites en 3 ans » 

Gréogry Valdespino (Université de Chicago), en 1ère année de thèse d’histoire, a présenté ses travaux sur sur le rôle des maisons, des foyers, et autres espaces domestiques dans la construction du social. Il s’intéresse à la façon dont ces derniers structurent les manières de se sentir chez soi en France et au Sénégal pendant l’époque coloniale.

Ndèye Coumba Diouf (GERM-UGB/IRD), en 2ème année de thèse de sociologie, s’intéresse aux migrations des Sénégalais et des ressortissants ouest-africains dans la région aurifère de Kédougou. Elle questionne les rapports à l’étranger et les transferts de techniques au Sénégal.

Marie-Dominique Aguillon (LPED-IRD/AMU) en 2ème année de thèse de sociologie, s’intéresse aux experts et lieux d’expertise dans le domaine gestionnaire des migrations. Dans quelle mesure les experts sont-ils les acteurs d’une reconfiguration du discours gestionnaire ou de sa reproduction ?

Agathe Menetrier (Max Planck Institute/Allemagne) en 2ème année de thèse d’anthropologie, a abordé sa recherche sur le système de l’asile vu depuis l’Afrique de l’ouest, en formulant ses questionnements derrière la problématique « comment devenir refugié ? »

Daba Yandé Ndiaye, (UCAD) en 3ème année de thèse de géographie, travaille sur les difficultés d’insertion des migrants de retour. Elle a fait état de ses questionnements portant sur les dispositifs d’accompagnement.

Sylvie Bredeloup (LPED-IRD), Valerie Delaunay (LPED-IRD), Mélanie Jacquemin (LPED-IRD) et Laurent Vidal (Représentant de l’IRD au Sénégal) ont discuté ces travaux. Ils encouragent les doctorants à centrer directement leurs interventions sur leur objet. Mais également à davantage restituer leur travail par rapport à d’autres recherches existantes ou en cours sur la même thématique. Ils invitent les doctorants à expliciter clairement le socle théorique et les outils méthodologiques et à éviter les détails (moins de description, plus d’éléments problématisés) et mettre en avant des mots-clés.

Marina Kano, Hamidou Sall (titulaires d’un master de droit de la migration à l’UCAD et en phase d’inscription en thèse) ainsi que Julia Stier (étudiante en master en sciences sociales à la Humboldt Universität de Berlin) ont également participé à cet atelier.

 

Stratégies de publication par Laurent Vidal, Représentant de l’IRD au Sénégal

Dans sa communication portant sur les stratégies de publication, Laurent Vidal a débuté par un certain nombre de questionnements : Pourquoi publier ? Publier quoi, quels types de données, de matériaux ? Publier quand ? Publier où ? Publier Comment ?

Les principes généraux : il est nécessaire de prendre en compte la relation de l’étudiant avec son directeur, dont dépendra la stratégie de publication. Il faut être conscient du fait qu’il y a de plus en plus d’écrits, il faut donc savoir qui nous lit et pourquoi on écrit. On n’est jamais certain d’être lu quand on publie. Aussi faudrait-il réfléchir à nos supports de partage de nos connaissances.

Pourquoi publier ?

Avant tout, on écrit pour soi ; on a besoin de faire un point sur ses recherches de fixer des idées. Mais on peut aussi publier pour construire un dossier pour une candidature ou en général pour sa carrière. On écrit pour partager mais aussi pour générer de nouvelles idées. Tout écrit ne finit donc pas en publication, il faut publier pour de bonnes raisons et non simplement sous contrainte, en respectant un principe de plaisir dans l’écriture.

Publier quoi ?

Il faut d’abord savoir ce que l’on a et qui peut faire l’objet d’une publication. Pour publier sa thèse, il faut savoir pourquoi, il faut que cela génère des connaissances. La thèse en elle-même n’est pas faite pour être publiée mais pour accéder au titre de docteur, 300 pages, c’est le minimum de pages pour une thèse jusqu’à maintenant. Néanmoins on assiste à une évolution de ce que sera une thèse. Il y a des thèses de 250 pages, ce qui n’est pas forcément souhaitable car il est difficile de garder la proposition théorique d’une thèse avec un nombre de pages réduit. On peut publier une thèse en sachant qu’il faut un travail de réécriture, la thèse elle-même étant différente d’un ouvrage.

Objet des chapitres de thèses ou d’articles : on peut faire des articles avec le matériel de sa thèse, mais qui ne seront pas forcément repris comme chapitres de la thèse. Le doctorant peut publier quelque chose qui parle de l’approche méthodologique, des difficultés de terrain, des matériaux de terrain analysés, sachant que l’article ne doit pas être un condensé de la thèse. Il y a un arbitrage à faire entre la publication de la totalité de la thèse ou une partie de cette dernière.

Publier Quand ?

Au Sénégal, on ne demande pas de publier au moment de la thèse. Toutefois, la publication au moment de la thèse comporte un certain nombre d’avantages : cela permet de fixer les idées, de voir comment transformer un article en chapitre de thèse, sachant qu’une thèse ne peut pas être une compilation d’articles. Cette dernière est un outil pour faire autre chose, le doctorat n’est pas l’œuvre ultime. Auparavant il y avait la thèse de troisième cycle et les gens avaient la possibilité de continuer avec la thèse d’Etat s’ils n’arrivaient pas à tout dire dans le premier document.

Publier où ?

C’est ce que l’on voudra publier qui nous permettra de choisir la revue. Il faut savoir si on va publier un article méthodologique, épistémologique, ou des données de terrain interprétées. Il faut penser à la revue en même temps plutôt que de se dire que la revue n’est pas importante, qu’on va écrire et choisir une revue par la suite. Il faut penser au choix de la revue au même moment que le choix de l’article, car cela aura un impact même sur notre façon d’écrire. Ensuite il faut essayer d’identifier une revue de référence dans notre domaine : c’est une revue reconnue dans notre communauté scientifique, qui peut être diffusée largement, qui a un comité de lecture avec des évaluateurs anonymes par des pairs. Il faut savoir que faire une publication signifie qu’on se soumet aux critiques par les pairs. Il y aura des remarques de fonds, et de forme. Il est primordial de choisir une revue qui fait référence et qui a un système d’évaluation rigoureux.

Publier comment ?

Il est possible de faire des supports destinés au grand public : fiches, briefs, pour contribuer à la réflexion de décideurs. Toutefois, il ne faut pas tomber dans le piège de la simplicité, il faut diversifier les sources : articles de vulgarisation mais aussi articles de revues, chapitres d’ouvrage. ll faut viser haut dans sa discipline pour avoir un certain rang. Tout ce qui est publié doit pouvoir être explicable par l’auteur. Il faut éviter de proposer un article semblable pour deux revues différentes (c’est même interdit) ou pour des colloques (mal vu). Si on s’engage dans un projet d’ouvrage collectif, il faut expliciter la question de la signature dès le début (sera-t-on premier auteur ou auteur secondaire ?).

Ndèye Coumba Diouf présente sa thèse en 3 minutes

Les chercheurs discutants écoutent les présentations (de gauche à droite : Laurent Vidal, Mélanie Jacquemin, Valérie Delaunay et Sylvie Bredeloup)

Laurent Vidal, Représentant de l’IRD au Sénégal, présente les stratégies de publication aux doctorants


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search