1er atelier MOVIDA des doctorants : Retours sur terrains

Les doctorants du LMI Movida ont démarré à Dakar un cycle d’ateliers dont le but est de créer des liens entre doctorants et Masterants qui travaillent sur des questions migratoires au Sénégal et d’échanger autour de questions concrètes liées à la thèse.

Le 31 janvier 2018 a eu lieu le 1er atelier MOVIDA des doctorants. Marie-Dominique Aguillon, Ndèye Coumba Diouf et Agathe Menetrier, toutes trois doctorantes en 2e année de thèse ont initié ce format pour créer un lieu d’échange et d’entre-aide pour jeunes chercheurs. A travers ce format elles convient des collègues doctorants (et masterisants qui envisagent un doctorat) de discipline et rattachement institutionnels divers travaillant sur les migrations à se retrouver le temps d’une matinée autour d’une étape du parcours de thèse.

Le 1er atelier organisé le 31 janvier 2018 au campus de Hann IRD-UCAD et intitulé « Retours sur terrains » portait sur l’étape du « terrain de recherche ». Qu’il s’agisse d’ethnographie, d’archives historiques ou d’analyse de documents juridiques, le « terrain » fait référence à une phase exploratoire excitante mais aussi parfois déroutante pour les jeunes chercheurs.
La contrainte imposée aux participants et participantes était de préparer une présentation de quinze minutes retraçant les méthodes utilisées sur « leur terrain », en insistant sur les doutes et les questionnements qui les occupent.

Gregory Valdespino a présenté le terrain de son projet de thèse (en histoire à l’université de Chicago sous la supervision de Leora Auslander and Emily Osborn) pour lequel il travaille sur des documents trouvés aux archives nationales (Sénégal et Aix en Provence) portant sur le logement, les normes domestiques et familiales entre le Sénégal et la France sur la période de la fin du 19e siècle jusqu’aux années 1960.

Ndèye Coumba Diouf a présenté le terrain de son projet de thèse (en sociologie sous la direction d’Aly Tandian au sein de GERM/UGB – IRD) pour lequel elle travaille ethnographiquement, s’entretenant avec des travailleurs de la zone minière de Kédougou, observant leurs techniques d’extraction et d’entre-aide et retraçant leurs récits de mobilité.

Marie-Dominique Aguillon a présenté le terrain de son projet de thèse (en sociologie sous la direction de Sylvie Bredeloup et Sophie Bava, au sein de LPED/IRD – AMU), pour lequel elle conduit des entretiens avec des « experts » de la « gestion » des migrations au Maroc et au Sénégal ainsi que des observations participantes au sein de réunions et rencontres autour de la thématique migratoire.

Agathe Menetrier a présenté le terrain de son projet de thèse (en anthropologie sociale sous la direction de Jacqueline Knörr au MPI), pour lequel elle conduit des entretiens avec des demandeurs d’asile installés à Dakar ainsi que des observations participantes au sein de leurs lieux de rencontre avec les organisations d’aide.

Des étudiants souhaitant débuter une thèse, Marina Kano et Hamidou Sall (tous deux titulaires d’un master de droit de la migration à l’UCAD) et Julia Stier (étudiante en master en sciences sociales à la Humboldt Universität de Berlin) ont également participé activement à cette première séance des ateliers MOVIDA des doctorants.

La deuxième séance aura lieu le 7 mars 2018 et sera l’occasion pour les doctorants de présenter leur sujet et problématique de manière concise devant des chercheurs du réseau MOVIDA qui les discuteront. Laurent Vidal donnera sa vision des stratégies de publication à adopter tout au long du parcours de thèse.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search