L’« aventure » en question : quand le désir s’immisce au cœur des expériences migratoires. À propos de Sylvie Bredeloup, Migrations d’aventures. Terrains africains, 2014.

Par  Elisabeth Defreyne

Compte rendu de Sylvie Bredeloup, Migrations d’aventures. Terrains africains, Paris, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (CTHS), Géographie, 2014.

EXTRAIT

Sylvie Bredeloup nous livre ici un ouvrage conséquent et fouillé sur le thème des « migrations d’aventures ». Il s’agit tant d’une synthèse de ses nombreux travaux sur le sujet que d’une tentative inédite de s’interroger sur la valeur heuristique de la catégorie sémantique d’« aventure ». Partant du constat selon lequel cette catégorie est tout à la fois émic et étic, l’auteure aborde une question essentielle : « Comment donc interpréter cette combinatoire entre aventure et migration à laquelle procèdent de plus en plus fréquemment ces dernières années tant les migrants eux-mêmes que les chercheurs et les journalistes pour caractériser les mouvements impulsés par les ressortissants de l’Afrique subsaharienne ? Ne donne-t-elle pas à voir une même dimension du phénomène migratoire ? Sa dimension existentielle. » (p. 17) En mettant ainsi au cœur de sa réflexion les dimensions de parcours et d’expérience autant que le désir propre et singulier inhérent à chaque expérience migratoire, Sylvie Bredeloup s’inscrit dans la lignée de travaux plus anciens. Elle exhume des facettes cruciales du phénomène que d’autres courants d’études centrés sur les causes migratoires ou la gestion des flux en tant que phénomène économique, autant que le culturalisme africaniste, nous avaient fait perdre de vue.

Le travail de Sylvie Bredeloup est d’une éminente actualité. Dans un contexte propice aux discours sur des identités figées, elle redonne toutes leurs lettres de noblesse à la « plasticité des identités migratoires » ainsi qu’au « rôle déterminant des imaginaires » chez les acteurs (p. 17). Elle participe à rendre à ces derniers toute leur capacité d’action, et aux études migratoires toute leur « autonomie propre » (p. 42). Comme le rappelle l’auteure, les migrations ne peuvent pas « être étudiées dans le seul cadre de l’économie politique de gestion de main-d’œuvre et de régulation des flux ni se comprendre à l’aune des seules variables d’ajustement de déséquilibres géopolitiques » (ibid.).

La somme des références mobilisées dans l’ouvrage est impressionnante. L’auteure emprunte à des registres variés allant de l’histoire à la sociologie et l’anthropologie, en passant par la littérature ou encore le cinéma. Elle nous livre sur ce sujet passionnant tant une synthèse inédite et dense — par le nombre de questions soulevées — que sa propre réflexion développée au fil des neuf chapitres constituant l’ouvrage. Chacun de ces derniers éclaire une dimension particulière de l’« aventure migratoire », permettant ainsi au lecteur de cheminer dans la complexité habilement rendue de la question. L’auteure, tout en faisant référence à des champs d’étude et des concepts clefs — comme celui de transnationalisme ou encore de cosmopolitisme —, réussit par ailleurs à ne pas s’enfermer dans un carcan théorique, comme le souligne Emmanuel Grégoire dans la préface de l’ouvrage.

Dans un premier temps, j’aborderai les différentes facettes de l’« aventure migratoire » en mettant en lumière les éléments clefs abordés par Sylvie Bredeloup dans chacun des chapitres de son ouvrage. Dans un second temps, j’ouvrirai deux pistes de discussion autour d’aspects méthodologiques et épistémologiques soulevés par l’auteure.

Lire l’intégralité de la note de lecture : http://lecturesanthropologiques.fr/lodel/lecturesanthropologiques/index.php?id=537


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search