18 décembre – Journée internationale des migrants

Article initialement publié sur : http://www.sudonline.sn/l-afrique-doit-adopter-a-la-fois-une-demarche-militaire-et-diplomatique-pour-liberer-les-jeunes-africains-bloques-en-libye_a_37594.html

A l’instar de la communauté internationale, le Sénégal a célébré le 18 décembre la Journée mondiale des migrants. Le thème retenu cette année était «Mobilités intra-africaines: quelles réponses aux politiques isolationnistes ou de repli ?» Occasion pour de nombreux défenseurs des droit de l’homme de se pencher sur la question des migrants africains capturés comme esclaves en Libye et d’inviter les autorités africaines à dresser des politiques migratoires sérieuses pour régulariser cette situation.

Sur une initiative de l’Union pour la Solidarité et l’Entraide (USE) qui a célébré cette journée en partenariat avec la CIMADE de 2003 à 2006, cet important événement a depuis mobilisé la société civile sénégalaise notamment le REMIDEV du CONGAD et le Forum Social Sénégalais (FSS). Cette année, cette célébration intervient sur la situation des jeunes migrants (entre 400 mille et 700 mille) retenus comme esclaves en Libye dans des centres de détentions.

Mignane Diouf, le représentant du REMIDEV fait remarquer que la migration est un droit, un comportement humain, un facteur de rapprochement et de création de revenus et de richesse, de symbiose et de métissage. «La migration est considérée comme un acte de violation de frontière, comme une sorte de crime. Il faut donc rappeler à tout le monde que les migrants ont des droits, qu’ils soient dans leur pays d’installation, d’accueil ou d’origine, ils ont des droits. Et, ces droits doivent être respectés», a-t-il plaidé. D’ailleurs dit-il, il n’y a pas de crise migratoire, mais plutôt une crise de la diplomatie mondiale, des relations internationales, avec comme épicentre les questions migratoires. Et que c’est la presse occidentale qui fait croire que l’Europe est envahie. «C’est une infime minorité des peuples du Sud qui se déplace vers le Nord, même pas 2%. L’essentiel des mouvements migratoires se passent entre les pays du Sud».

Pour le chercheur Cheikh Oumar Ba, l’Europe doit reconsidérer sa façon d’apercevoir les migrants africains. «Comme les asiatiques et les européens viennent chez nous, les africains aussi ont le droit de partir là où ils veulent». Nando Seck, quant à lui, en tant que député de la diaspora, (Europe du Sud) a plaidé en faveur des migrants. Selon lui, les autorités africaines sont les seuls responsables des maux de la jeunesse africaine. «La responsabilité, la première, je vais la coller à nos dirigeants africains. Ils ne font rien pour régler ce problème. On a les moyens de mettre nos jeunes désespérés dans des conditions de trouver du travail, mais on ne le fait pas. On est intéressé à autre chose. Et les jeunes sont obligés de prendre la voie et par tous les moyens ils vont chercher à sortir de nos pays. En Afrique, il n’y a pas une politique migratoire sérieuse».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search