Compte-rendu de la 11ème séance des Ateliers de MOVIDA

Lamine DIALLO (UGB de Saint-Louis) présente son ouvrage “Le Sénégal des mines. Les territoires de l’or et du phosphate”, paru chez l’Harmattan le 1 février 2017.

 

  1. Contexte de publication de l’ouvrage

Contexte de l’étude depuis les années 2000 : prise de conscience environnementale des impacts écologique de l’exploitation minière ; montée des revendications locales

L’approche utilisée est une entrée par les sites (mines d’or et de phosphate).

Problématique : L’exploitation des ressources minières, moteur de développement ou source de problèmes pour les territoires d’accueil ?

  1. Résultats auxquels l’auteur est parvenu

Ressources minières, mirage du développement ?

Des écarts considérables entre les attentes à l’échelle locale et la réalité.

Les motifs de tension sont multiples : impacts environnementaux irréversibles, expropriation des terres agricoles, insuffisance des compensations, déplacements de populations.

La mine à l’épreuve de la gouvernance ?

La mine est l’arène au coeur d’un triangle de gouvernance : les pouvoirs publics / les transnationales minières / les communautés locales. Chacun de ces acteurs poursuit un objectif spécifique : le profit pour les transnationales, la protection de l’environnement pour l’Etat, le développement social pour les communautés locales.

Sur le plan juridique : pour avoir accès aux ressources du sous-sol (qui relèvent du domaine de l’Etat) il faut passer par le sol (et le foncier relève des collectivités locales) : choc de la décentralisation.

Les entreprises mettent en place des politiques de RSE.

Mais la RSE ne règle pas les problèmes de développement car ce n’est pas l’objectif de l’entreprise de mettre en place une politique de développement. Son objectif est de satisfaire aux exigences de rentabilité des actionnaires. Si les actionnaires ont des exigences éthiques, l’entreprise met en place des programmes de RSE. Mais la RSE, ce ne sont que des bonbons qu’on offre aux populations, ça ne règle pas les problèmes de fond.

Les sociétés minières ne règlent pas les problèmes de développement et créent des dégâts environnementaux. Mais cela n’est pas possible sans une certaine complicité de l’Etat. Dans quelle mesure y a t-il une asymétrie entre l’Etat et les transnationales ? Il y a effectivement un manque de moyens, financiers et techniques, mais il y a plus que ça. Pourquoi l’Etat ne met pas en place des programmes de formation pour donner aux populations locales les moyens de comprendre et de s’approprier les techniques du cycle minier ? Il y a surtout ici un refus de l’Etat.

  1. Perspectives et futures pistes de recherche

* Documenter les formes de pollution (eau, sol), les questions foncières

* Proposer un nouveau modèle de gestion qui anticipe les fermetures de mines

4. Echanges avec la modératrice (Ndèye Coumba Diouf (GERM, UGB – IPAR, IRD) et la salle

Est-ce un problème que les transnationales minières se substituent à l’Etat dans des régions comme Kedougou, oubliées et marginalisées par le pouvoir central et les politiques de développement ? Est-ce un risque ou une opportunité ?

R: c’est un risque. Un programme de RSE est différent d’une politique de développement du territoire. La mission de l’entreprise est de faire du profit, donc le programme de RSE permet de conduire des affaires dans un climat serein, de trouver un compromis pour une paix locale.

Tous les codes miniers africains ont été réécrit à la faveur des multinationales. Il y a une compétition entre les différents pays qui ont des ressources minières pour attirer les investisseurs. La régulation est biaisée.

L’Etat ne met même pas en place son propre dispositif d’audit environnemental. Il se base sur les seuls rapports fournis par les entreprises elles-mêmes.

 

Si une entreprise met en place une politique de RSE, est-ce toujours une enclave ? Ou devient-elle une greffe ? N’y a t-il pas un troisième modèle qui se dessine ?

R: La véritable responsabilité du développement appartient à l’Etat. En renonçant sur ce point et en laissant le pouvoir dans les zones minières aux transnationales, il participe au pillage des ressources. Est-ce véritablement par manque de moyens ? Il y a une ambivalence de l’Etat à ce niveau.

Autre point : la fenêtre de tir pour les négociations se ferme très rapidement, au fur et à mesure de l’exploitation de la mine. L’attention de l’entreprise se porte au moment de l’installation, pas de l’exploitation (est trop tard).

La RSE est un paradigme qui a été imposé à l’Afrique de l’extérieur. Un nouveau paradigme devrait permettre d’intégrer tous les paramètres qui engendrent des retombées pour le territoire, du début à la fin du cycle minier.

Les industries extractives reprennent les activités de leurs zones d’accueil. Quels sont les effets de ces récupérations des terres sur les mobilités internes ?

R: Le modèle minier africain, tel qu’il fonctionne, est exclusif. Son développement et sa croissance n’entrainent  pas le développement d’autre secteurs de l’économie.

Les collectivités ne sont pas assez informées sur les impacts de l’exploitation minière et les communautés non plus. Comment peuvent-elles se mobiliser ? Elles ne savent pas à quoi elles sont exposées. Il n’y a pas de distribution des études d’impact social et environnemental. Lors des audiences publiques, l’entreprise distribue nourriture et boisson : achat des populations.

Conclusion

Nécessité de former les jeunes des localités minières. Ils doivent pouvoir lire les documents portant sur les impacts sociaux et environnementaux et être outillés pour pouvoir comprendre les séances d’audience publique.

Aller vers une meilleure gouvernance des ressources : il n’y a pas de malédiction des ressources. Il y a une ambivalence de la position des Etats, et dans les cas les plus extrêmes, une complicité de l’Etat central dans le pillage des ressources.

Nécessité de déconstruire le modèle RSE et de proposer un autre paradigme. La RSE n’est pas un modèle de développement. Nécessité enfin de renégocier les contrats, qui deviennent souvent caduques sans pour autant être renouvelés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.