Rapport d’observation conjoint La Cimade – Loujna Tounkaranké – Migreurop : “Coopération UE – Afrique sur les migrations : Chronique d’un chantage. Décryptage des instruments financiers et politiques de l’UE”

Quand l’Afrique est sommée d’aider l’Europe

“Pour nombre de pays d’Afrique, la coopération des pays du Nord, la présence des organisations internationales et l’action des ONG est à double tranchant : aussi nécessaire qu’insuffisante dans un certain nombre de situations, d’urgence notamment, elle est également la contrepartie de politiques économiques et commerciales qui privent ces sociétés civiles et États d’une partie de leurs moyens d’action. Cette ambivalence d’une « aide internationale », qui ampute autant qu’elle soutient, a encore été accentuée ces dernières années par le mélange des genres entre politiques de développement, actions
de « maintien de la paix » et dispositifs de contrôle de l’immigration. L’Union européenne (UE) et plusieurs États membres (notamment l’Allemagne, l’Italie et la France) se sont ainsi placés en situation de demandeurs et de donneurs d’ordres vis-à-vis de pays africains sommés de contribuer au contrôle des frontières… européennes. Dans un nouvel élan impérialiste qui la conduit à exiger de ses « partenaires » qu’ils coupent des routes migratoires parties prenantes d’espaces de circulation ancestraux, l’UE prend en effet de plus en plus les frontières africaines pour les siennes. La libre circulation des personnes, notamment au sein de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), était un des derniers vestiges d’un panafricanisme mis à mal par les nationalismes locaux, les ambitions politiques personnelles et des grandes puissances oeuvrant à la fragmentation du continent africain. L’UE est en train d’y porter d’ultimes coups de boutoirs au travers de multiples « accords » et autres « pactes » pensés à la seule aune de la « défense » des frontières européennes. Depuis des années, elle a ainsi contribué à la criminalisation d’une supposée « émigration illégale » et à rendre caduc l’article 13 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui consacre « le droit à quitter tout pays y compris le sien ». Au-delà des violations du droit international, le renoncement à tout principe éthique
conduit même des gouvernements européens à demander la collaboration de milices libyennes ou des régimes érythréens ou soudanais pour stopper les départs. L’obsession migratoire de l’UE contribue à la fragilisation des droits humains en Afrique, ainsi qu’à attiser des comportements et pratiques xénophobes.”

Emmanuel Blanchard, président de Migreurop
Jean-Claude Mas, secrétaire général de La Cimade
Moussa Tchangari, secrétaire général d’Alternative espaces citoyens

 

Consulter l’intégralité du rapport sur : http://www.migreurop.org/IMG/pdf/cimade_cooperation_ue_afrique.pdf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search