Journée internationale des migrants 2017 : « Mobilités intra-africaines : quelles réponses aux politiques isolationnistes ou de repli ?»

A l’instar de la communauté internationale qui célèbre chaque année la journée internationale des migrants, l’Union pour la Solidarité et l’Entraide (USE), partenaire du LMI MOVIDA, en partenariat avec le Réseau Migration Développement (REMIDEV-CONGAD) le 18 décembre 2017 au Centre Ahmadou Malick GAYE   (ex. Centre de Bopp, DAKAR) à partir de 9 heures 30, un forum populaire sur le thème« Mobilités intra-africaines : quelles réponses aux politiques isolationnistes ou de repli ?».
Dans ce cadre, il est prévu  une série d’activités dont :
  • Un forum populaire avec des  discussions qui seront animées par des acteurs et personnes ressources selon l’agenda ci –joint
  • Une Conférence de presse de présentation d’un rapport d’observation à la frontière Sénégal-Mauritanie
  • Une séance d’animation culturelle avec des artistes sénégalais

Contexte et justification :
Le 18 décembre de chaque année, la communauté internationale célèbre la journée internationale des migrants.
Sur une initiative de l’USE qui a célébré la journée en partenariat avec la CIMADE de 2003 à 2006, cet important événement a depuis mobilisé la société civile sénégalaise notamment le le Réseau Migration et Développement (REMIDEV) du CONGAD et le Forum Social Sénégalais.
En 2017, cette célébration intervient dans un contexte où la publication en novembre d’une vidéo portant sur la vente des migrants comme esclave en Libye a créé une onde de choc au niveau mondial avec des réactions d’indignation de la plupart des acteurs surtout africains dont certains chefs d’Etat, les artistes, les footballeurs, les ONG, les intellectuels, les chercheurs…
Cette situation en Libye (entre 400 000 et 700 000 migrants dans les centres de détention selon le Commissaire de l’UA) connue depuis belle lurette n’est pourtant que la face visible de l’iceberg : des cas quasi similaires sont notés dans plusieurs pays du Moyen-Orient, au Maroc, en Mauritanie.
Le Sommet UA-UE de novembre 2017 a proposé à travers une Déclaration conjointe le rapatriement des migrants de la Libye, la lutte contre les groupes de passeurs et le renforcement de la coopération policière.
Ces différentes initiatives pourront certes régler d’une manière ponctuelle une situation, cependant la majorité des politiques et programmes auront des répercussions sur les mobilités (Protocole de la CEDEAO sur la liberté de circulation des personnes et des biens) et le respect des droits humains (refoulements ou expulsions forcés ; enfermement dans des centres de détention ; criminalisation des migrants ; amalgame entre migrant et terroriste…).
Au même moment, de nouvelles politiques de repli identitaire et d’isolationnisme sont mis en oeuvre dans certains pays du Nord (Etats Unis, Union Européenne) pour endiguer et lutter contre la migration.
C’est ainsi que certains pays de l’UE exercent une pression énorme sur les Etats Africains (voire même un chantage avec l’aide public au développement) pour les amener à freiner par tous les moyens la migration vers leur continent.
Face à cette situation, il est temps que les Africains prennent leurs responsabilités pour engager un vrai dialogue en vue d’asseoir une politique africaine de la migration basée sur les aspirations des peuples africaines dont la mobilité, l’intégration régionale et Africaine.

Dans cette perspective et pour marquer cette Journée Internationale des Migrants, l’USE en partenariat avec le Réseau Migration et Développement (REMIDEV) du CONGAD, le Forum Social Sénégalais et le Fonds pour les Droits Humains Mondiaux va organiser un Forum populaire autour du Thème « Mobilités intra-africaines : quelles réponses aux politiques isolationnistes ou de repli ? »

Objectif de cette rencontre :
Cette journée sera une opportunité d’échanger avec les participants et les invités sur les enjeux des politiques d’enfermement et de repli avec leurs conséquences sur les politiques de mobilité mises en place en Afrique.
Elle sera aussi marquée par la tenue d’un point de presse pour partager la déclaration finale avec les journalistes mais aussi par le lancement du rapport d’observation à la frontière Sénégal-Mauritanie dénommé « Axe Rosso-Nouakchott : des mobilités en danger ».
Plus spécifiquement, il s’agit :
1. D’échanger avec les participants sur l’actualité de la migration
2. D’analyser les enjeux des stratégies d’enfermement, de repli et leurs conséquences sur les politiques ouest africaines de promotion de la liberté de circulation.
3. De formuler des propositions citoyennes et alternatives permettant de répondre à ces défis
Déroulement de l’atelier
Ce Forum populaire est prévu le 18 décembre 2017 à 9H au Centre Ahmadou Malick GAYE et réunira environs 150 participants venus à la fois des régions, de Dakar et sa banlieue.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search