Mission Sylvie Bredeloup, Ouagadougou, juin 2017

Mission Sylvie Bredeloup, Ouagadougou, juin 2017

Contexte

Dans le prolongement de travaux engagés à partir du Sénégal, cette mission avait pour objectif de documenter à la fois les imaginaires de référence, les stratégies d’insertion professionnelle et les projets de vie de migrants européens installés au Burkina Faso. Il s’agissait de voir s’il y avait un effet de lieu sur les parcours migratoires. D’une part, s’installer à Ouagadougou plutôt qu’à Dakar ne relève pas nécessairement des mêmes stratégies d’insertion, d’autre part, depuis deux ans le Burkina Faso est le théâtre d’une insécurité grandissante, entre les enlèvements de ressortissants occidentaux dans le Nord du pays et les assauts sanglants dans la capitale. La mission a eu lieu en juin 2017, quelques mois après l’attentat  contre le café Capuccino  revendiqué par Ansarul Islam et 2 mois avant l’attaque perpétrée contre le restaurant Aziz Istanbul, toujours sur l’avenue Kwame Krumah. Il importait aussi de recueillir les discours des Européens sur ces événements et d’en mesurer les conséquences à leur niveau.

Populations ciblées

Les Français inscrits au consulat et installés au Burkina Faso étaient estimés au 1er janvier 2016 environ à 3 500 personnes, soit 20 % de plus qu’en 2013. 40 % d’entre eux sont des bi-nationaux. Cette population est plutôt jeune : 43 % ont moins de 30 ans, aussi bien féminine (47 %) que masculine (53 %). Les expatriés représentaient 92 % du total inscrit, sachant que leur poids relatif était en constante progression. Ils résident dans leur grande majorité en famille en moyenne 5 ans et se concentrent également pour les trois quarts d’entre eux dans la capitale et sa région. Quant aux Français de passage, ils sont estimés à 10 000 travaillant principalement dans le secteur du développement.

Des entretiens ont été réalisés auprès de personnes françaises et belges n’ayant pas le statut d’expatrié mais plutôt ceux de migrants ou de retraités. Parmi eux, quelques-uns avaient bénéficié initialement d’un contrat en tant que Volontaire International en Administration ou de Volontaire de Solidarité International, avant de prolonger leur séjour au Burkina Faso. Toutes, à l’exception de 3 personnes, étaient  installées à Ouagadougou.  Dans leur grande majorité, les personnes rencontrées avaient déjà largement voyagé sur le continent africain et y avaient travaillé avant de s’installer au Burkina Faso. L’une d’entre elles avait même fait le tour de l’Afrique subsaharienne avant de décider d’investir dans la capitale burkinabè.

Deux points ici seront brièvement éclairés : les modalités d’installation au Burkina Faso et les relations entretenues avec le pays d’origine.

 

L’installation au Burkina Faso

L’arrivée sur Ouagadougou a rarement été le fruit du hasard sauf pour les jeunes volontaires ayant répondu à des appels d’offre ou pour ceux qui ont accompagné un conjoint. Pour un tiers d’entre eux, leur histoire familiale les a rattrapés. C’est ainsi qu’une jeune Belge de culture flamande, gestionnaire d’un lieu de restauration depuis cinq ans dans la capitale burkinabè et née en Afrique du Sud au temps de l’apartheid, a refait, à l’âge adulte, le chemin par la route, de Bruxelles jusqu’à Durban que ses parents avaient entrepris 20 ans plus tôt en avion. Ce voyage initiatique l’a conforté dans ces choix professionnels, politiques et son  projet de vie. Pour une de ses compatriotes née en République Démocratique du Congo et y ayant passé son enfance, il y avait également  nécessité impérieuse de retourner en terre africaine à l’âge mûr, avant qu’il ne soit trop tard pour pleinement se réaliser. Le départ pour l’Afrique, s’il peut relever de la nostalgie de l’enfance et s’il est présenté comme quasiment inéluctable, prend les allures d’une expérience ordinaire plutôt que d’un voyage exotique. Retour aux racines plutôt qu’un dépaysement.

Pourquoi le Burkina Faso ? L’Afrique est aussi plurielle que le sont les profils des Européens rencontrés. Ouagadougou n’attire pas nécessairement les mêmes personnes que Dakar, ville davantage mondialisée.  La capitale burkinabè ne suscite pas le même engouement auprès des jeunes diplômés,  même si des jeunes femmes n’ayant pas choisi de faire leur volontariat au Burkina Faso s’y sont tellement bien intégrées et que, contrairement à ce qui a pu être observé à Dakar, elles se sont mariées avec des Burkinabè. D’autres jeunes ou moins jeunes ont choisi de s’installer  au Burkina Faso ou dans d’autres villes burkinabè, préférant le calme à la compétition, les valeurs héritées de l’époque sankariste à l’économie consumériste et touristique du Sénégal, le caractère provincial et calme à la fureur dakaroise.

Rejet de l’Europe

Le départ pour l’Afrique est envisagé comme un moyen d’échapper à une vie toute tracée, monotone. Nombre de nos interlocuteurs ont rendu compte de la bifurcation qui les avait conduits à lâcher une belle situation, à changer de vie et de continent, aussi bien à 60 ans qu’à 50 ou 40 ans. Les uns expliquent avoir toujours eu cette envie enfouie au fond du cœur, d’autres parlent d’un déclic soudain – l’appel téléphonique d’un ami, le décès d’un proche – qui les aurait amené à prendre rapidement la décision de quitter l’Europe et de tenter l’aventure africaine. Certains se définissent comme émigrés, pour rappeler que contrairement aux expatriés, ils ne bénéficient pas de filets de sécurité ; d’autres encore se revendiquent définitivement aventuriers, même s’ils n’hésitent pas à différencier leur itinéraire de ceux qui ont perdu tous repères et qui ont sombré dans le dénuement ou qui ont réussi juste à temps à repartir – rapatriés ou non – en France.

La relation au pays d’origine et plus largement à l’Europe reste très ambivalente. Ils sont majoritaires à vanter la beauté et la diversité des paysages européens tout en considérant que les Européens, bien que privilégiés ne font que se plaindre de leur situation, incomparable avec celle des Africains. « Je considère  les Européens comme des gens obsolètes. Je dis que la France est une vielle dame qui ne s’est pas vue vieillir ». Mais surtout, ils mettent en avant les contraintes croissantes sclérosant toute initiative, empêchant la libre entreprise. « J’en avais marre de me lever le matin, de commencer à payer avant même de respirer ». Nombre d’entre eux se sont essayés à multiples reprises à la création d’entreprises ou évoquent leurs compétences à la mobilité : « Moi j’avais un principe tout simple, c’est que dès que j’avais un job, je cherchais déjà le suivant ». Plus globalement, ils considèrent le continent européen comme une société muselée, effrayée, « psychotique » et sécurisée à outrance. « La peur est  omniprésente, il faut vraiment tout sécuriser, même les vélos pour enfants… il y a des alarmes à incendie partout même chez les particuliers ».  Dans cette grammaire, l’Afrique est considérée comme un espace possible de libertés et de spontanéité que l’Europe n’est plus en mesure d’offrir. Aussi sont-il nombreux à penser que l’avenir est en Afrique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.