Le journal de bord du ROM

Rappel : le ROM, c’est quoi ? La mission du ROM est de rassembler différents acteurs issus de mondes différents (chercheurs, société civile, artistes, enseignants…), désireux de former les lycéens volontaires de Première et de Terminale à analyser et interpréter de façon théorique, pratique, scientifique et créative… les différentes mobilités au sein et au travers de nos sociétés, leurs impacts ainsi que leurs conséquences.

Rappel des encadrants : Patricia Sambou (professeur-documentaliste du lycée) ; Nathalie Casteran (prof. d’histoire lycée) ; Fatimata Sy (USE) ; Sylvie Bredeloup (directrice de recherche à l’IRD, membre du LMI MOVIDA) ; Alice Jeannelle (chargée du projet ROM, membre du LMI MOVIDA) ; Ndèye Coumba Diouf (doctorante en anthopologie, membre du MOVIDA) ; Marie-Dominique Aguillon (Doctorante en anthropologie, membre MOVIDA) ; Lamine Sall (prof. de philosophie au lycée Mermoz) ; Jean-Christophe Dieme (prof. d’espagnol au lycée) ; Sylvie Cottin (prof. d’histoire au lycée) ; Alain Lamotte (prof. d’histoire au lycée) ; Déborah Galliot, (anthropologue et responsable artistique du sac de voyage).

MERCREDI 15 NOVEMBRE

Neuf élèves présents (mais les terminale L étaient à l’exception d’une manquant, par malentendu, ces lycéens pensaient que le projet allait démarrer le 22, donc à  priori le groupe sera plus nombreux mercredi).

Nathalie Casteran a présenté le déroulement du projet, son objectif, les différents intervenants, la production attendue. Sylvie Cottin (histoire géo) et Lamine Sall sont intervenus de manière interactive sur l’histoire des migrations (et distribution de documents), conclusion de Patricia par une courte intervention sur le repérage des notions « réfugié, migrant, immigré, émigré, expatrié » dans les titres de la presse d’actualité ces 2 dernières années, et le sens associé.

Quelques retours des élèves présents qui ont signalé leur enthousiasme quant à ce projet : l’interactivité, l’interdisciplinarité, le thème, la production attendue.

MERCREDI 22 NOVEMBRE

Séance qui s’est très bien déroulée, les élèves étaient au nombre de 13, quelques Terminales ayant fait une nouvelle fois défaut. En tous les cas, les élèves présents étaient intéressés et motivés (quand on pense qu’ils viennent en plus de tous leurs cours…!) ce qui est évidemment très agréable.

MERCREDI 29 NOVEMBRE

12 élèves présents.

Sylvie B. Marie-Dominique, Ndeye Coumba et Alice présentent les démarches utilisées pour récolter l’information en sciences sociales.

La différence entre l’anthropologie et la sociologie. Les 4 façons de récolter des donnée qualitatives. La différence entre l’entretien et le questionnaire. La genèse de la technique de l’entretien. Ses avantages sur le questionnaire. Comment conduire un entretien ? Comment relancer la personne que l’on interview ? Comment se comporter pendant l’entretien ?

Jeux de rôle et simulation d’entretiens : Marie-Dominique, Ndeye Coumba et Sylvie commencent par mimer un entretien. Marie-Dominique fait la sociologue, Ndeye Coumba la personne interviewée (qui parle facilement) et Sylvie une autre personne interviewée (qui parle difficilement).

Seconde simulation d’entretien, cette fois par les élèves. Et fin de la séance avec feedback de l’équipe MOVIDA et des autres élèves sur cet exercice.

MERCREDI 6 DECEMBRE

Séance commence avec mise à jour du calendrier : la séance du 11 décembre finalement consacrée à la fin de la présentation d’Alain (séance du 22 qu’il n’avait pas pu terminer). Par conséquent, le visionnage du film Les larmes de l’immigration, initialement prévu le 11 décembre, est déplacé au vendredi 8, à 17h, et ouvert à tous les lycéens (salle vidéo).

Marie-Dominique donne la parole aux élèves et sonde ce qui a été retenu de la séance précédente. Réponses des élèves (pêle-mêle): attention à ne pas agresser la personne pendant l’entretien; bien choisir ses mots; rester neutre; s’adapter à l’autre; ne pas avoir peur des silences; trouver des façons de relancer la conversation; préférer le « comment » au « pourquoi »; demander avant d’enregistrer; noter ses impressions sur un carnet; toujours remercie à la fin.

Marie-Dominique reprend leurs réponses et complète. Explique comment l’entretien et le travail de chercheur sert avant tout à déconstruire les idées reçues (cf. la rubrique « idées reçues sur les migrations » du blog de MOVIDA https://movida.hypotheses.org).

Questions des élèves : est-ce qu’on peut faire un entretien avec un traducteur? comment trouver les gens qu’on va interroger ?

On enchaîne avec deux simulations d’entretiens, conduites par les élèves, sous le regard, puis les observations des autres (un groupe qui observe les techniques d’entretien et de relance, un deuxième groupe qui observe le fond de l’histoire).

VENDREDI 8 DÉCEMBRE

Diffusion du film « Les larmes de l’émigration », réalisé par Alassane Diago. Toutes les élèves du ROM, ainsi que Patricia, Nathalie et Alice, suivi d’un débat avec les élèves.

Résumé : « Les larmes de l’émigration, c’est l’histoire de la mère d’Alassane qui attend son mari, parti il y a plus de 20 ans. C’est aussi l’histoire de sa sœur qui, aujourd’hui, attend elle aussi son mari parti il y a cinq ans et celle de sa nièce qui ne connaît pas son père. Avec sa caméra, Alassane Diago est retourné, après deux ans d’absence, dans sa communauté à Agnam Lidoubé, un village du Fouta sénégalais, pour comprendre comment et pourquoi sa mère a passé toutes ces années à attendre. »

Points soulevés dans le débat :

– La problématique sous-jacente est la condition de la femme.

– La femme est portée par sa foi. Est-ce que ça ne devient pas un peu « stupide », finalement, d’attendre autant ?

– Elle est formatée par sa culture et son éducation. Dans quelle mesure a-t-elle le choix ? La fille reproduit le même schéma que sa mère.

– Le film est très lent, il traduit bien le sentiment d’attente. La femme est comme figée dans le temps : elle ressort sans cesse les vêtements de son mari et les vieilles photos de lui. Il y a les objets des migrants et les objets de ceux qui attendent. La migration ne concerne pas seulement ceux qui partent, elle concerne aussi ceux qui restent. Déplacement de la focale.

– Pourquoi ne revient-il pas ? Tout est possible : il a honte ; il est mort ; il a refait sa vie.

– « Je n’aurais pas pu supporter d’attendre comme elle. Elle est forte, mais elle est dans le déni. »

– Le film pose aussi la question de l’espoir. Est-ce que c’est l’espoir qui la maintient en vie, ou est-ce que c’est l’espoir qui l’empêche d’avancer et de passer à autre chose ?

– Le film se passe dans un lieu unique (sa case) et pourtant il est universel.

Contacté, le réalisateur Alassane Diago nous a envoyé la réponse suivante :

« Bonjour Alice,

Heureux d’apprendre que les étudiants ont aimé le film.

Je suis en ce moment à Paris pour finir la postproduction du deuxième volet de mon premier long métrage Les larmes de l’émigration.

En espérant qu’on aura l’occasion de le voir un jour ensemble.

Mes salutations les plus respectueuses à vous et vos étudiants.

Pour toutes les personnes qui souhaiteront échanger avec moi, ci- dessous mon adresse facebook: 

Alassane Diago

https://m.facebook.com/leslarmesdelemigrationdalassanediago?ref=bookmarks »

 

MERCREDI 13 DÉCEMBRE

Séance animée par Alain Lamotte, professeur d’histoire-géographie. 4 lycéennes présentes,  ainsi que Patricia.

Il rappelle que la Géographie fait partie des Sciences Sociales, et que la cartographie est un mode de langage qui se répand de plus en plus pour s’adresser au grand public.  Elle permet de se représenter et de représenter le monde. La célèbre demande du Petit Prince « Dessine-moi… » prend toute sa place en géographie pour comprendre une situation, des déplacements, selon l’histoire qu’on a envie de raconter. Il nous le montre à l’aide de deux exemples :

1° le cas des Érythréens ou comment passer de la lecture d’une infographie au dessin d’un schéma avec des formes géométriques pour rendre compte du parcours d’une population qui  doit traverser désert, mer, situations de racket et d’esclavage pour s’extraire d’une des pires dictatures actuelles.

2° les flux migratoires internes au Sénégal ou comment passer de la lecture de statistiques (Open Data Sénégal : le portail des données de l’ANSD Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie qui met à disposition des statistiques selon des normes internationales) au dessin d’un schéma. C’est l’occasion de montrer qu’un document ne dit pas tout, qu’il faut garder une distance critique pour l’interpréter. Si la cartographie est un message visuel qui doit parler au 1er coup d’œil, il ne faut pas oublier que les mêmes données peuvent être représentées différemment selon l’intention de son auteur.

 

MERCREDI 20 DÉCEMBRE

Sylvie Bredeloup et Marie-Dominique Aguillon (IRD) reviennent sur 10 idées reçues à dénoncer sur la migration africaine.

  1. les migrations africaines n’ont pas débuté avec les  traites esclavagistes

2. la longue histoire migratoire africaine n’a pas débuté non plus avec la conquête coloniale

3. les migrations africaines  qui de déploient au 19ème siècle ne pouvaient pas se résumer aux seules migrations de travail plus ou moins forcées dans les plantations d’arachides en Sénégambie ou de café cacao au Ghana ou en Côte d’Ivoire.

4. l’accession à l’Indépendance n’a pas ralenti pour autant l’intensité des mouvements migratoires

5. le Sahara n’est pas un vaste corridor sans contrôles, il y a des frontières

6. La migration internationale n’augmente pas en lien avec la mondialisation

7. Les migrations africaines ne se dirigent pas majoritairement vers les pays du Nord 

8. Ce ne sont pas les plus pauvres qui partent en migration

9. la migration ne se déploie pas seulement dans le cadre de réseaux familiaux

10.  l’idée d’une frontière étanche entre migrants légaux et clandestins, entre migrants et réfugiés

 

MERCREDI 10 JANVIER

Intro de la séance : pourquoi les chercheurs en sciences sociales travaillent avec les acteurs de la société civile.

Fatimata SY présente l’Union pour la Solidarité et l’Entraide, doyenne des associations au Sénégal. Créée par l’association française La Cimade avant l’indépendance du Sénégal, en 1955, au centre de Bopp, à Dakar. Au départ, fonctionne surtout sur le volet sanitaire, notamment l’ophtalmologie. Sa devise, être au service des populations. En parallèle du secteur phare, la santé, l’USE développe peu à peu des activités de formation. Aujourd’hui, la formation représente une part très importante de leurs programmes, notamment l’éducation des filles (on baptise même le centre de Bopp « La maison des femmes »). Par la suite, développement des activités culturelles et sportives, en direction des jeunes.

Le centre de Bopp a également permis de fédérer les programmes d’autres associations de développement. La zone du centre est la plus populaire de Dakar en termes d’activités de jeunesse.

Dans les années 1970, la grande sécheresse qui affecte le nord du Sénégal correspond au moment où se sont créées les premières associations villageoises. L’USE décide de former les populations (alphabétiser en langues locales) en s’appuyant sur ces populations villageoises. Or, ces associations regroupent aussi bien les gens qui sont dans les villages que ceux qui sont partis en migration et se sont structurés à l’étranger. Les associations de migrants contribuent fortement au développement local. Ce sont les migrants qui ont créé les premiers dispensaires, même des équipements qui relèvent normalement du domaine de l’Etat sont pris en charge par les migrants (par exemple, les bureaux de poste, indispensables pour les transferts d’argent).

Par conséquent, la migration est initialement considérée comme positive, acteur de développement. Aujourd’hui, la donne a changé. C’est une nouvelle forme de migration, et sa perception a changé. Elle est vue comme dangereuse avant tout.

L’objectif de l’USE est devenu celui d’un changement de mentalité chez les jeunes : la migration n’est pas incontournable, il peut y avoir un avenir au Sénégal.

Sur le plan opérationnel, l’approche de l’USE est intégrée (travailler avec les migrants) et multisectorielle (travailler avec les migrants sur le départ, en transit, ou accueillis au Sénégal).

Nathalie Casteran conclut sur l’importance des réponses citoyennes dans un pays comme le Sénégal où l’Etat est parfois défaillant. Lorsque les Etats ou les collectivités locales ne peuvent apporter de solution durable, c’est important que les habitants d’un quartier, d’une cité, se structurent et s’organisent pour prendre en charge des activités de développement, de formation, etc. Miser sur le leadership jeune, comme le fait l’USE, c’est aussi préparer l’avenir. La migration sous-jacente à toutes les questions de développement, elle est toujours la toile de fond.

 

MERCREDI 17 JANVIER

Visite des élèves du ROM au centre de Bopp, avec le professeur Dieme.

Présentation des activités du centre : formations en électricité, couture, taekwondo, infirmerie, poterie… Rencontre avec Fatimata Sy et le président de l’USE, Thiarno Ba. Rencontre et échanges avec les jeunes du Centre de Bopp, élèves des différents programmes de formation.

 

MERCREDI 31 JANVIER

Analyse des premiers retours de terrain et premières données collectées…

Présents : Sylvie Bredeloup, Déborah Galliot, Patricia Sambou, Alice Jeannelle

Brainstorming : quels sont les lieux où l’on pourrait rencontrer des migrants à Dakar, ville de départ aussi bien que de transit ?

Les plages de Yoff ; les marchés ; le port ; l’aéroport ; les gares routières ; la sortie des lieux de culte ; le restaurant universitaire ; les stands dans la rue où l’on peut gagner des visas pour les USA, etc.

Pour interroger une personne, l’idée est de « se poser », prendre du temps, s’immobiliser avec elle. Autre technique : voyager avec elle (en car, en taxi, en avion…).

Le biais de l’objet : interroger une personne sur les objets qu’elle transporte, c’est un moyen détourné de la faire parler d’elle. Analyser ce que quelqu’un met dans son sac, c’est déjà avoir une idée des difficultés que la personne envisage. Est révélateur de la façon dont elle imagine et prévoit son voyage. Partir de l’étude de l’objet pour comprendre la stratégie que la personne met en place.

Dans l’analyse à proprement parler : garder en tête que ce que l’on récolte, c’est du « discours ». Mais c’est précisément ce qui nous intéresse, on ne cherche pas de « vérité ». On s’intéresse à la façon dont la personne construit sa vie, se met en scène. Apprendre à repérer pourquoi la personne dit telle ou telle chose, pour savoir comment nous, apprentis chercheurs, nous positionner.

 

MERCREDI 7 FÉVRIER

Présents : Patricia Sambou, Déborah Galliot, Alice Jeannelle

La séance est consacrée à la représentation de la migration dans la fiction, dans le genre particulier de la BD et du roman graphique. Sélection d’ouvrages proposée par Patricia Sambou.

Multitude des regards posés sur le voyage. Objectif : utiliser son esprit critique et analytique pour décrypter les différences de traitement du sujet.

Concernant la migration des Européens : le regard est surtout historique. Les colonies de peuplement aux Etats-Unis, les réfugiés de la guerre d’Espagne, les romans d’aventure type Jules Verne, l’imaginaire africain colonial et orientaliste… Ce sont des récits d’aventure, de découverte, presque dans l’anthropologie et la découverte d’une autre culture. Avec le tout premier récit de voyage (Ulysse), presque tout est dans le passé, il est difficile de trouver des histoires qui se passent de nos jours (une exception dans le cinéma : l’Auberge espagnole, et ses deux suites, de Klapish, et la « migration Erasmus »).

La migration sud-> nord est traitée très différemment. C’est presque tout ce qui sort en ce moment. Ce n’est pas dans une perspective historique, mais toujours traité sous l’angle de la fuite, sortir de la pauvreté ou de la guerre. Un des rares romans graphiques qui parle de la migration intra-africaine : Au bout du fleuve, de Jean-Denis Pendanx.

Après la présentation des ouvrages, le reste de la séance est dédié à la lecture et à la réflexion sur la migration dans la fiction, au regard posé sur les objets représentés.

 

 

MERCREDI 14 FÉVRIER

Animée par : Nathalie Casteran, Alice Jeannelle

On entre dans la phase finale du club : la conception du sac de voyage de migrant.

Les élèves vont profiter des deux semaines de vacances pour achever leurs lectures et prendre des les photos des objets qu’elles veulent voir figurer dans le sac.

On commence à lister ces objets.

Dernier récapitulatif des séances théoriques sur les bases de la migration intra-africaine.

 

MERCREDI 7 MARS

Animée par : Patricia Sambou, Alice Jeannelle

Dernière séance avant la restitution du sac. Objectif : synthétiser ce qui y figurera.

On distingue deux catégories d’objets : les objets identitaires (ceux qui rappellent chez soi : les coquillages, les photos de famille, les instruments de musique…) et les objets utilitaires (fonction utilitariste pour le voyage : les produits de toilette, les téléphones, les papiers d’identité…).

Brainstorming sur le type de sac à choisir : quel est celui qui représente le plus la diversité des migrations sur le continent ? et sur les objets à intégrer. Il y aura les objets « réels » et ceux qui les symboliseront (un carnet, des cartes, des photos).

On choisit le raisonnement suivant : 1) repartir des idées reçues sur la migration intra-africaine 2) des données de terrain 3) choisir les objets qui reviennent le plus souvent dans les entretiens et permettent de démonter les idées reçues.

On fixe la date de la restitution du projet : le 12 avril 2018. Ce sera la dernière rencontre du ROM. A cette occasion, tous les participants (élèves et encadrants) sont conviés. Les élèves présenteront le sac de voyage et son contenu, expliquant et justifiant le choix de chacun des objets. Elles recevront également une attestation de participation au club scientifique à faire valoir dans leurs dossiers de candidature sur Parcoursup.

 

MERCREDI 10 MAI 2018

Restitution du projet ROM, c’est la dernière rencontre au lycée.

Autour d’un cocktail et en présence de tous les participants au ROM (élèves et encadrants), ainsi que le proviseur adjoint du lycée et tous les enseignants désireux de connaître le projet, les élèves présentent leurs travaux.

Deux sacs de voyage de migrants ont été reconstitués, à la suite des enquêtes de terrain menées par les élèves, portant sur les objets des migrants. Les deux sacs de voyage vont prendre des routes différentes. Le sac du lycée va être présenté par les membres du club à des classes de 4ème, dont la migration figure au programme de géographie, à la fin du mois de mai. Le deuxième sac, des équipes de MOVIDA, partira à Marseille pour être présenté aux REAF (Rencotnres des Etudes Africaines en France, du 9 au 12 juillet) dans le cadre des journées culturelles parallèles aux manifestations scientifiques.

Le proviseur adjoint félicite les acteurs du ROM et salue le partenariat entre lycée, centre de recherche et associations de la société civile, qui élargit l’horizon des élèves.

Par ailleurs, deux carnets de voyage ont été réalisés par les élèves et voyageront avec les sacs. Ils décrivent la migration ordinaire des voyageurs vers et à l’intérieur de l’Afrique. En mots et en images, ils illustrent la diversités des parcours et des objets emportés par les migrants. Objets identitaires, culinaires, utilitaires… la grande variété des objets emportés offre une vision haute en couleur de la richesse des migrations sur le continent. Page après page, ces carnets viennent déconstruire les idées reçues qui circulent sur la migration africaine, et clôturent joliment ce projet de club scientifique, qui aura occupé les lycéennes pendant près d’un an.

Lien – sous forme de livre à feuilleter – vers le journal de bord de Mariama, Nahil, Amsatou, Marie et Sandra : https://www.calameo.com/books/0019327169b82734cd64a

Merci à tous les participants pour votre investissement et votre enthousiasme !

Nathalie Casteran présente le carnet de voyage au Proviseur adjoint du lycée

Le contenu du sac de migrant

Présentation du contenu du sac par les élèves

Ndèye Coumba Diouf (doctorante MOVIDA) et Fatimata SY (USE)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search