Appel à communications : Retourner, circuler, rester : analyse des stratégies familiales des migrants africains

APAD Conference on

MIGRATIONS, DEVELOPMENT AND CITIZENSHIP

Roskilde University, Denmark, 23-25 May 2018

Dr.Marie-Laurence Flahaux (Institut de Recherche pour le Développement, LPED, Aix-Marseille Université &  Oxford Department of International Development, University of Oxford) and Dr.Marie Godin (Oxford Department of International Development, University of Oxford & Department of Social Policy, Sociology and Criminology, University of Birmingham)

marie.godin@qeh.ox.ac.uk

marie-laurence.flahaux@ird.fr

Alors que de plus en plus de recherches ont porté sur les migrations de retour en Afrique (Åkesson and Eriksson-Baaz, 2015; Ammassari, 2004; Boyer, 2016; Bredeloup, 2016; Chappart, 2008; Flahaux, 2013; Hernandez-Carretero, 2017; Kleist, 2017; Sinatti, 2011) et sur les familles transnationales des migrants africains (Beauchemin et al., 2014; Baizan et al., 2014; Mazzucato et al., 2014; Mazzucato and Poeze, 2016; Poeze et al., 2016; Koudougou, 2016), plus rares sont les études empiriques qui se sont intéressées à la fois à la question du retour (ou d’autres types de mobilité) et aux dynamiques familiales. Pendant la migration, les configurations familiales des migrants évoluent, de même que leurs aspirations et leur décision quant au fait de retourner ou non dans le lieu d’origine. En outre, lorsqu’un membre de la famille retourne, de nouvelles mobilités peuvent apparaître pour les autres membres.

Ce panel propose de réunir des chercheurs travaillant sur la famille et les migrations africaines (à la fois à l’intérieur du continent africain ou vers d’autres continents) afin d’étudier la question du retour (ou du non-retour). Nous encourageons la soumission d’articles qui, à partir de méthodologies quantitatives, qualitatives ou mixtes, abordent ce sujet, quel que soit le lieu d’origine des migrants (Afrique centrale, du Nord, de l’Ouest, de l’Est ou du Sud), leur lieu de destination (au sein d’un même pays, dans un autre pays africain, en Europe, en Amérique du Nord ou ailleurs), leur statut (qu’ils aient ou non la citoyenneté du pays de destination), la raison de leur migration et de leur éventuel retour, et leur situation familiale.

Les communications peuvent être rédigées en français ou en anglais et peuvent répondre aux questions suivantes :

  1. a) Les aspirations et les décisions de rester, de retourner ou de circuler

– Comment les migrants considèrent-ils la possibilité de retourner (ou non) dans leur lieu d’origine, en tenant compte de leur situation familiale ? Les intentions de retour évoluent-elles au cours du temps, en fonction du processus de la formation de leur famille ?

– Les ruptures (divorces ou séparations) au sein de la famille conduisent-elles au retour de certains membres de la famille ? Comment le “retour” d’un membre de la famille est-il décidé et négocié au sein de la famille ? Lorsqu’un membre de la famille retourne, la raison de son retour a-t-elle un impact sur la décision de retourner (ou non) des autres ? Y a-t-il des différences entre les hommes et les femmes en termes d’aspiration et de décision de retourner, de rester ou de circuler ?  Qu’en est-il des différences entre première et deuxième générations de migrants ?

  1. b) Les dynamiques de mobilité et d’immobilité au sein des familles après le retour

– Quels sont les changements vécus par les migrants et leur famille entre avant et après le retour de l’un ou de plusieurs de ses membres ? Comment la décision de retour est-elle perçue a posteriori ? Le retour influence-t-il les aspirations et les décisions des autres membres de la famille par rapport au fait de retourner ou non ? Existe-t-il des différences entre les hommes et les femmes ? Et entre les générations ?

– En fonction de leur situation familiale, les migrants de retour souhaitent-ils émigrer à nouveau, circuler ou s’établir de façon définitive dans leur lieu d’origine après le retour ?

– Comment le processus de réinsertion et la vie familiale se passent-ils pour les migrants de retour qui ne voulaient pas rentrer ? Et pour ceux qui ont préparé le retour, les réalités du retour sur le plan familial correspondent-elles à leurs attentes ?

– Comment le lien entre mobilité et immobilité est-il géré au sein des familles transnationales ?

– Comment les nouvelles mobilités liées au retour façonnent-elles la vie transnationale des familles ? Quel est le rôle des technologies et de la nationalité dans l’organisation de la migration de retour ?

Les propositions de communication, de 500 mots maximum, sont à envoyées avant le 8 janvier 2018 à Marie Godin (marie.godin@qeh.ox.ac.uk) et Marie-Laurence Flahaux (marie-laurence.flahaux@ird.fr). Les propositions devront indiquer le nom, le statut et l’affiliation des auteures. Il est attendu que les résumés présentent la question de recherche, le cadre conceptuel ainsi que la méthodologie de recherche (collecte de données et analyses).

Les versions longues des communications devront être envoyées pour le 1er avril 2018.

Informations pratiques (voir site web de la conférence) :

Ce panel est organisé dans le cadre du colloque international 2018 de l’APAD (Association pour l’anthropologie du changement social et du développement) qui se tiendra à l’Université de Roskilde (Danemark) du 23 au 25 mai 2018, sur le thème « migrations, développement, citoyennetés ». Les langues de travail seront le français et l’anglais.

Inscription :

– Les frais d’inscription sont de 160 €. Ils incluent la documentation, les pauses-café, les repas de midi à la cafétéria de l’Université, le cocktail et l’adhésion à l’APAD pour 2018 et l’envoi d’un numéro d’Anthropologie & développement.

– Les frais d’inscription sont réduits à 120 € pour les membres de l’APAD à jour de leur cotisation.

– Quelques bourses seront disponibles pour les chercheurs africains qui ne pourraient pas financer leur venue. L’APAD organisera un atelier d’écriture à destination des jeunes chercheurs africains en mars 2018, sur la base des communications reçues.

Pour plus d’informations : http://apad-association.org/colloque-2018

Bibliographie

ÅKESSON, L. and ERIKSSON-BAAZ, M., 2015, Africa’s Return Migrants: The New Developers?, London, Zed Books.

AMMASSARI S., 2004, “From nation-building to entrepreneurship: the impact of élite return migrants in Côte d’Ivoire and Ghana”, Population, Space and Place, 10 (2), pp. 133-154.

BOYER F., 2016, « De l’ambivalence des retours de Burkinabè de Côte d’Ivoire à Ouagadougou : une approche générationnelle », S. BREDELOUP et M. ZONGO (Eds.), Repenser les mobilités burkinabè, Editions L’Harmattan, Coll. Études africaines.

BREDELOUP S., 2006, « Réinstallation à Ouagadougou des « rapatriés » burkinabè de Côte d’Ivoire », Afrique contemporaine, 217, pp. 185-201.

CHAPPART P., 2008, « Expériences de retour forcé au Cameroun : récits de franchissement de frontières, communication présente à la conférence », Migrations : nouvelles pratiques, approches plurielles, Université Paris VII, 8-10 octobre, Paris.

FLAHAUX M.-L., 2013, Retourner au Sénégal et en RD Congo. Choix et contraintes au cœur des trajectoires de vie des migrants, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, Presses universitaires de Louvain, , 348 p.

HERNÁNDEZ-CARRETERO M., 2017, “Hope and uncertainty in Senegalese migration to Spain: Taking chances on emigration but not upon return”», N. KLEIST et D. THORSEN (Eds.), Hope and uncertainty in contemporary African migration, Abingdon (Oxfordshire), Routledge, pp. 113-133.

KLEIST N., 2017, “Returning with Nothing but an Empty Bag: Topographies of Social Hope after Deportation to Ghana”», N. KLEIST et D. THORSEN (Eds.), Hope and uncertainty in contemporary African migration, Abingdon (Oxfordshire), Routledge, pp. 173-192.

KOUDOUGOU S., « D’une génération à l’autre : les Burkinabè installés au Ghana », S. BREDELOUP et M. ZONGO (Eds.), Repenser les mobilités burkinabè, Editions L’Harmattan, Coll. Études africaines.

Mazzucato V. and Poeze, M., 2016, “Transnational mothers and the law: Ghanaian women’s pathways to family reunion and consequences for family life”, in M. Kilkey, and E. Palenga-Möllenbeck (Eds.), Family Life in an Age of Migration and Mobility: Global Perspectives through the Life Course) (Migration, Diasporas and Citizenship). London: Palgrave Macmillan, pp. 187-211

POEZE M., DANKYI E., and MAZZUCATO V., 2016, “Navigating transnational childcare relationships: Migrant parents and their children’s caregivers in the origin country”, Global Networks:a Journal of Transnational Affairs. DOI: 10.1111/glob.12135.

SINATTI G., 2011, “ ‘Mobile transmigrants’ or ‘unsettled returnees’? Myth of return and permanent resettlement among Senegalese migrants”, Population, Space and Place, 17 (2), pp. 153-166.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. belhocine dit :

    J’ai fait une enquête auprès de mes étudiants sur les études à l’étranger, Est-ce que je peux vous envoyer en retard ma proposition de communication? Pour communiquer les résultats de mon enquête. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search