Forum académique « Les migrations internationales, une question de gouvernance mondiale ? » Rabat, nov. 2017

Compte-rendu réalisé par Delphine Perrin

Dans le contexte de la « nouvelle politique migratoire marocaine », Mehdi Alioua a organisé les 23 et 24 novembre 2017 à l’Université Internationale de Rabat,  avec le soutien financier de la Konrad Adenauer Stiftung, un Forum académique intitulé : « Les migrations internationales, une question de gouvernance mondiale ? ».

Ouverte au public, cette rencontre réunissait des chercheurs marocains et étrangers, y compris des membres de Movida (Aly Tandian, Harouna Mounkaïla, Zoubir Chattou et Delphine Perrin). La conférence inaugurale d’Hervé Le Bras, titulaire de la Chaire Territoires et Populations du Collège d’Etudes Mondiales, a présenté des clés d’analyse démographique des migrations et de leur évolution dans le monde, mettant en lumière des vérités peu documentées telles que le désir de migrer des Européens, les principaux canaux migratoires entre quelques pays dans le monde, et la progressivité des évolutions démographiques et migratoires, en dépit des apparences. Il a par ailleurs montré les variations des projections démographiques d’une époque à l’autre et confronté quelques projections antérieures à la réalité (notamment les erreurs de prévision de l’évolution de la population iranienne, du fait d’une baisse importante mais inattendue du taux de natalité). Il a aussi pu comparer la présence d’immigrés en France et le score électoral du Front National dans certaines régions et villes du territoire.

La majorité des présentations suivantes était centrée sur le Maroc, mettant l’accent sur les apports, les enjeux et les contraintes de la politique d’immigration et d’asile entreprise depuis 2013. Jean-Noël Ferrié et Mehdi Alioua ont présenté les résultats publiés d’une étude menée sur « Les migrants subsahariens au Maroc – Enjeux d’une migration de résidence » (voir https://movida.hypotheses.org/117). Cette « migration de résidence » est rendue possible par les campagnes de régularisation inédites que le pays a lancées en 2014 et fin 2016 – cette dernière étant encore en cours. Zoubir Chattou a pour sa part présenté les résultats d’une autre enquête sur les effets de la régularisation des migrants subsahariens (http://amerm.ma/wp-content/uploads/2014/03/Fatima-Ait-Ben-Lmadani-Regularisation-des-migrants-subsahariens-au-Maroc1.pdf).

De ces deux études de terrain en équipe, ainsi que des interventions subséquentes de Yousra Abourabi et Sara Benjelloun, il ressort en tout premier lieu la difficulté d’assortir les régularisations d’un accès effectif aux droits les plus évidents (logement, travail, etc) et d’unifier le droit des étrangers (entre migrants réguliers et migrants régularisés par exemple). La seconde problématique étudiée de manière centrale par les intervenants repose sur la dimension diplomatique de cette nouvelle politique migratoire, rendue possible par la volonté du Roi et souhaitable par sa nouvelle stratégie en Afrique. La politique d’accueil et d’intégration des étrangers africains effectivement souhaitée et mise en avant par le Maroc participe d’une (re)conquête diplomatique de la sous-région et du continent dans son ensemble, le Maroc ayant d’ailleurs été chargé de la coordination des affaires liées à la migration au sein de l’Union africaine. Parallèlement, Rabat maintient son engagement vis-à-vis de l’UE, et de l’Espagne en particulier, à contrôler la frontière méditerranéenne, ce qui le place dans une situation inconfortable et difficilement gérable face à des injonctions contradictoires.

Elargissant le débat à l’échelle de l’Afrique méditerranéenne et sahélienne où se fabrique de manière inédite un droit nouveau autour des migrations depuis une quinzaine d’années, Delphine Perrin s’est interrogée sur ce qui pouvaient constituer les inspirations de ces dynamiques juridiques soumises à des influences multiples, et dans quelle mesure le Maroc, isolé dans sa politique actuelle, serait susceptible de se faire modèle. En convoquant les « politiques migratoires euro-africaines », Nora El-Qadim a questionné la nature même de cette dialectique, pouvant exprimer aussi bien une convergence de vues à renforcer qu’une opposition de valeurs à faire dialoguer. Au fond se pose la question de ce que sont / seraient d’éventuelles normes endogènes à l’Afrique, quelle pourrait être la « gouvernance » alternative que l’Afrique aurait à proposer.

Harouna Mounkaïla a d’ailleurs montré à quel point le Niger était désormais sous les feux multiples de divers acteurs internationaux cherchant à y bloquer les migrants, en particulier l’Union européenne, cette pression le menant à une politique répressive des migrations très dommageable pour l’économie et la jeunesse locales en dépit des promesses du fonds fiduciaire d’urgence. Une politique également dommageable sur le plan diplomatique, le Niger étant critiqué au sein de la CEDEAO, sans être cependant soutenu par ses Etats membres pour proposer une politique différente, plus appropriée à la région. L’impact dramatique sur les droits des personnes, et en particulier des migrants, apparaît en filigrane de ces interventions, et spécifiquement de celle de Mehdi Rais, qui questionne la conformité au droit international des accords de réadmission négociés par l’Union européenne afin d’obtenir le renvoi rapide des étrangers en situation irrégulière dans leur pays d’origine, mais aussi dans les pays qu’ils ont traversés. Ces accords d’essence asymétrique, que le Maroc s’astreint encore à refuser, trouvent encore une illustration au travers des accords de migration circulaire conclus entre l’Espagne et le Sénégal. Aly Tandian en présente la perversité, et explique la déception pour une jeunesse sénégalaise dont les rêves de migration s’attachent moins à des nécessités économiques qu’à des ambitions de développement personnel et une culture valorisant le voyage et l’expérience.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search