Compte-rendu de la 10ème séance des Ateliers de MOVIDA : Migrants burkinabè dans l’espace public ghanéen

Compte-rendu de la 10ème séance des Ateliers de MOVIDA :

par Marie-Dominique AGUILLON (LPED-IRD/AMU)

Saydou Koudougou est doctorant en Sociologie à l’Université Ouaga I – Pr. Joseph Ki-Zerba. Ses recherches portent sur les migrants burkinabè et leurs descendants au Ghana. Ses travaux sont menés sous la direction de Sylvie Bredeloup (LPED-IRD/AMU) et Mahamadou Zongo (Université Ouaga I). Saydou Koudougou est membre du laboratoire Société, Mobilité, Environnement et du laboratoire mixte international Movida qui l’accueille durant un mois à Dakar pour une retraite d’écriture.

« Migrants burkinabè dans l’espace public ghanéen : une construction des citoyennetés »

Saydou Koudougou Ouaga I / LSME

Saydou Koudougou analyse les trajectoires migratoires de la population d’origine burkinabè installée au Ghana. Il s’intéresse aux liens établis avec le Burkina Faso et aux enjeux identitaires qu’impliquent la longue durée de l’installation ou le statut de « natif » au Ghana d’une frange importante de cette population.

Le Ghana a longtemps été une destination privilégiée des migrants burkinabè. Cependant, la mise en œuvre de politiques migratoires nationalistes en 1969 et les expulsions des étrangers qui ont suivies (environ 600 000 étrangers ont été expulsés) ainsi que les crises politiques et économiques des années 1960 à 80, conjuguées au développement économique et à la stabilité politique en Côte d’Ivoire à la même période, ont détourné les migrants burkinabè de la destination ghanéenne au profit de la Côte d’Ivoire, principalement. Par la suite, la crise socio-politique en Côte d’Ivoire du début des années 2000 et les crises dans les universités du Burkina Faso ont entrainé de nouvelles migrations, dont celles d’étudiants vers le Ghana.

Il y a un grand décalage entre les chiffres officiels au Ghana qui révèlent un faible effectif de Burkinabè dans le pays : environ 30 367 personnes, et les estimations couramment diffusées (qui oscillent entre 1,5 et 4 millions) tant par les migrants et leurs enfants au Ghana, que dans l’administration publique (Conseil des Burkinabè de l’étranger, Consulats) et l’opinion au Burkina Faso.

Saydou Koudougou souligne que la population d’origine burkinabè au Ghana se structure en deux grands groupes : les « anciens immigrés » et leurs descendants d’une part et les « nouveaux immigrés » d’autre part. Les « anciens immigrés » (aussi appelés les « vieux ») sont les Burkinabè installés au Ghana avant les années 1990. Les « nouveaux immigrés » sont arrivés après les années 1990.

Son analyse porte sur le groupe des « anciens immigrés » et leurs descendants vivant à Accra et s’articule autour de trois points (1) les trajectoires historiques de cette migration burkinabè au Ghana, (2) les formes d’identification de soi et les rapports avec « la terre du père ou du grand-père » ou le « father’s land » et (3) les stratégies de reconstruction identitaire chez les descendants d’immigrés.
Les stratégies d’insertion urbaine des Burkinabè et leurs descendants consistaient à occuper des emplois urbains de bas revenus (manœuvres dans les chemins de fer, emplois dans les sociétés de gardiennage ou comme domestiques, etc.) associés souvent à la pratique d’une petite agriculture urbaine ou l’élevage. Et par ailleurs à se convertir à la religion musulmane, à adopter un patronyme haoussa et se procurer des documents d’identité ghanéens.

Les anciens immigrés burkinabè au Ghana revendiquent une appartenance aux deux pays. Ils s’identifient comme « Ghanéens Burkinabè » en jouant sur plusieurs registres. Ils demeurent – du point de vue de la loi de l’Etat burkinabè – citoyens burkinabè par naissance (tout comme leurs descendants) et l’Etat du Ghana leur reconnaît également la citoyenneté ghanéenne (qui implique entre autres le droit de vote et la protection sociale).

Pour les enfants d’immigrés burkinabè au Ghana – ceux que l’on nomme les « enfants du Zongo » ou Dankassa (qui signifie natifs ou « enfants du terroir » en haoussa) – les éléments constitutifs de l’appartenance et le point d’enracinement de leur appartenance diffèrent. Ils sont reconnus Ghanéens par la Constitution de 1992 qui stipule que « toute personne née au Ghana ou à l’extérieur […], est un citoyen du Ghana à la date de sa naissance si l’un de ses parents ou grands-parents a été ou est un citoyen du Ghana ». Cette disposition juridique s’applique aux Dankassa d’origine burkinabè dont beaucoup sont nés de mère ghanéenne. Les Dankassa ne parlent pas ou peu la langue de leur père, ignorent pour la majorité les patronymes d’origine du père et sa région de provenance au Burkina Faso. Le père étant souvent la seule attache avec le Burkina Faso, sa mort scelle la rupture avec ce pays d’origine. Le sentiment d’appartenance à la société ghanéenne s’explique aussi par le sentiment de rejet, de non-reconnaissance ou de méfiance que suscitent certains sobriquets utilisés au Burkina Faso pour désigner les descendants d’immigrés burkinabè au Ghana et ces migrants eux-mêmes quand ils y reviennent. Cette prescription coexiste avec une non reconnaissance de droits politiques aux Burkinabè de l’extérieur, notamment le droit de vote qui leur a été reconnu en mai 2009 (votes référendaires et présidentiels) mais qui n’a, à ce jour, pas été mis en œuvre. Ce délitement des liens au « father’s land » se traduit par ailleurs dans les rapports que la diaspora et ses descendants entretiennent avec l’Ambassade du Burkina au Ghana. De plus, les anciens immigrés burkinabés au Ghana ou leurs enfants retournent rarement au Burkina (un séjour en moyenne tous les dix ans) et leurs investissements y sont faibles. Les raisons les plus couramment évoquées sont les tracasseries douanières qui découragent le convoyage des matériaux. A ces tracasseries s’ajoute la faible ou non connaissance du marché burkinabè.

On assiste à une « mise à distance de soi » par rapport au pays d’origine du père ou du grand père qui s’explique en partie par le décalage entre prescription du code de nationalité du Burkina Faso et sa mise en pratique qui dissocie dans une certaine mesure « nationalité » et « citoyenneté » à l’égard des Burkinabè de l’étranger.
 

L’entrée des voltaïques dans la politique au Ghana

Les migrants burkinabè sont présents dans les arènes politiques, nationales et locales ghanéennes bien avant l’indépendance en mars 1957 (Rouch 1956, Skinner 1965, Bertrand 2010). Ils ont activement pris part aux luttes politiques, avant et pour l’indépendance du pays et ensuite, entre les différentes factions politiques après l’indépendance. L’importance numérique des migrants voltaïques (environ 19 5000 en 1960) et leur système d’organisation autour de chefferies ethniques en faisaient des alliés importants dans les mouvements politiques. Des leaders voltaïques ont été expulsés du Ghana au début des années 1960 pour activités politiques partisanes, tandis que d’autres, proches du régime du Président Nkrumah occupaient des postes importants comme ceux de conseillers.

Aujourd’hui, la prise de contrôle des chefferies et leur investissement dans la politique passent aussi par le contrôle des associations. Dans le jeu démocratique actuel, les associations servent de ressort dans le champ social pour ensuite être capitalisées dans le champ politique ou directement dans celui-ci. Une multitude d’associations essentiellement ethniques structurent la diaspora burkinabè et ses descendants au Ghana auxquelles s’ajoutent depuis 2006 « l’Association de la communauté burkinabè au Ghana ».

Plus instruits, et jouant sur un entreprenariat social dont les associations sont les leviers et sur les chefferies ethniques dans les zongo, les descendants de migrants burkinabè sont aujourd’hui leaders de partis politiques. Ils occupent des fonctions politiques de premier plan : ministres et députés au plan national et conseillers dans les conseils municipaux (District Assembly).
Se sentant rejetés par la société d’origine au Burkina Faso, les migrants burkinabè et leurs descendants au Ghana construisent et exercent activement leur citoyenneté ghanéenne dans les espaces publics politiques tant au niveau national que local.

Eléments de discussion

Vous retracez dans vous travaux les différentes trajectoires historiques de la migration burkinabè au Ghana, vous nous expliquez ces liens socio-historiques qui éclairent notamment ce statut particulier de « neveux » historique en référence à des liens anciens tissés avec les peuples du nord du Ghana. Vous analysez également les rapports entretenus par les descendants de migrants burkinabè – ceux que l’on nomme les Dankassa (enfants du terroir) – avec la terre du père ou du grand père et les stratégies de reconstruction identitaire qui s’opèrent chez ces descendants d’immigrés et enfin et c’était votre propos aujourd’hui vous analysez cette fabrique des citoyennetés ghanéennes des migrants burkinabè et leurs enfants.

Vous montrez comment nationalité est loin d’être synonyme de citoyenneté. Comment ces Burkinabè ont longtemps été des « non-citoyens burkinabè » ; une marginalisation exacerbée que les tracasseries policières et les suspicions à l’égard des Dankassa. Vous expliquez ce décalage entre le code de nationalité du Burkina Faso et sa mise en pratique qui dissocie dans une certaine mesure, encore une fois « nationalité » et « citoyenneté » à l’égard des Burkinabè de l’étranger. Cette citoyenneté, finalement c’est au Ghana qu’elle se construit. Donc, on ne peut pas parler d’une double implication politique à travers le droit de vote au Burkina et au Ghana ?

Même si ce n’est pas votre principale focale, ce point rappelle les travaux d’Etienne Smith sur « Les diasporas africaines aux urnes », sur ce droit de prendre part à l’élection dans son pays d’origine. Vous nous expliquez que le droit de vote a été reconnu en mai 2009 par le Burkina puis il a été suspendu (tout comme au Ghana et en Angola, ces trois pays l’on adopté mais ne l’on pas appliqué). Or, qu’en est t-il aujourd’hui ? Pourquoi ce droit de vote a t-il été adopté au Burkina et au Ghana ? Est-ce le fruit de processus de démocratisation ? Est-ce que les associations de migrants burkinabè aux Ghana ont eu un impact sur cette décision, ou est-ce que – comme en Angola, comme le montre Etienne Smith dans ses travaux – les nouveaux régimes ont donné le droit de vote car la diaspora a soutenu le régime en le finançant ? Qu’est ce qui explique selon vous, ce recul à la fois du Burkina et du Ghana ?

Finalement, est-ce que la diaspora burkinabè compte vraiment dans les élections ? Même si le nombre de Burkinabè au Ghana oscille entre 1,5 million et 3 millions et représente potentiellement le deuxième électorat à l’étranger après la diaspora burkinabè en Côte d’Ivoire. Même le maire de la Commune de Ouagadougou, fait « escale pour saluer la communauté burkinabè vivant à Accra », vous nous expliquez que les chiffres sur l’enregistrement des burkinabè dans les consulats burkinabè au Ghana sont très faibles et révélateurs du désintérêt des migrants au Ghana pour les documents d’identification comme burkinabè.

Eléments de réponse :

La pression pour le droit de vote au Burkinabè vivant à l’extérieur n’est pas venue du Ghana mais davantage de l’intérieur du Burkina Faso et à travers les diasporas burkinabè des autres pays comme la Côte d’Ivoire. Pour le Ghana de la grande majorité des migrants burkinabè (notamment ceux installé avant les années 1980 et 90) et leurs descendants, on ne peut plus parler de « diaspora ». Cela implique un sentiment d’appartenance qui n’existe plus vraiment dans cette catégorie des populations d’origine burkinabè au Ghana. Ils ne trouvaient aucun intérêt particulier à se battre pour qu’un droit de vote soit accordé à la diaspora burkinabè pour les raisons que nous avons évoqué : sentiment de rejet, pleine reconnaissance comme ghanéens, restriction dans le code double nationalité au Ghana (interdiction d’accès aux postes stratégiques et nominatifs), etc. S’ils se sont impliqués, c’est au Ghana pour une reconnaissance du droit de vote aux diasporas ghanéennes dont se réclament leurs enfants et parents émigrés du Ghana. Au niveau national les immigrés et leurs descendants font partie de ceux qui se sont battus pour que le droit de vote soit reconnu aux Ghanéens de l’extérieur.

Au Ghana comme au Burkina Faso, l’existence d’une telle loi peut être reconnue comme signe d’un processus de démocratisation. Mais c’est un processus galvaudé et inachevé. La loi ne connaît pas d’application dans le cas du Burkina Faso car les conditions minimales d’application – comme l’établissement d’un fichier électoral pour la diaspora – n’étaient pas réunies.

Il y avait un intérêt majeur pour la « diaspora » burkinabè au Ghana tant qu’on pensait qu’elle comptait des millions de personnes, donc « une masse électorale ». Je ne suis pas sûr que l’engouement soit encore le même quand les acteurs politiques découvrent la réalité. Dans tous les cas, pour avoir une réelle mesure du poids que représente la diaspora dans les élections, il faudra qu’il y ait eu participation de cette diaspora à une élection. Ce qui n’est pas encore le cas.

Pour aller plus loin :

Koudougou, Saydou, « La diaspora burkinabè au Ghana et sa descendance : insertion dans la société d’accueil et liens avec le « father’s land » », pp. 77-112 in Zongo Mahamadou, Les enjeux de la diaspora burkinabè : Burkinabè à l’étranger, étranger au Burkina Faso, l’Harmattan, 2010, 296p.

Koudougou, Saydou, « D’une génération à l’autre : les migrants burkinabè installés au Ghana », Bredeloup Sylvie et Zongo Mahamadou (sous la dir.), Repenser les mobilités burkinabè, L’Harmattan, 2016, pp 67-95.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.