Sommet Union Européenne – Union Africaine : Pour une gouvernance des migrations (par Aly Tandian)

Tribune initialement publiée sur Dakar Midi

le 30 novembre 2017

“La capacité de la migration à générer de la richesse. Longtemps considérés comme peu productifs, les transferts de fonds, de biens, d’expériences et d’innovations sont devenus un facteur essentiel du développement des pays d’origine. Au Sénégal et dans bien d’autres pays africains, ces transferts permettent à de nombreuses populations d’avoir accès à l’eau, à l’électricité, à l’éducation et d’acquérir les biens de consommation vitaux.

Dans le même temps, les migrants contribuent au progrès et au bien-être des pays développés. Ils font souvent preuve d’esprit d’entreprise et sont à l’origine de la création de nombreuses entreprises. Les moins qualifiés jouent aussi un rôle crucial, en remplaçant des populations vieillissantes et en pourvoyant aux emplois créés par ce vieillissement. Ce faisant, les migrations peuvent être à la fois le signe et le vecteur d’un dynamisme économique.

Excellences, Messieurs les Chefs d’Etat d’Afrique,

La migration est partie de la mondialisation du savoir. Elle tisse des réseaux internationaux assurant la circulation des idées et des connaissances d’un pays à l’autre. Elle alimente une trame humaine, dense et dynamique, reliant les cultures, les sociétés et les économies. Hautement qualifiés, ces entrepreneurs sont à la pointe de la recherche au service de l’innovation. Faut-il rappeler ici combien d’excellents lauréats de distinctions internationales dans leurs nouvelles patries comme immigrés ou réfugiés ?

Le nouveau dispositif de gouvernance devra répondre aux incohérences et limites du système actuel en poursuivant au moins trois (3) objectifs. Premièrement, l’articulation entre les niveaux de gouvernance existants devra prendre en compte les organisations existantes dont les capacités institutionnelles restent fortement dispersées. Deuxièmement, la réunion de toutes les parties prenantes des politiques migratoires, à chacun des niveaux d’intervention concernés et quel que soit le statut des acteurs (collectivités locales, ONGs locales, entreprises, syndicats, associations des droits de l’Hommes, universitaires, pouvoirs publics nationaux ou internationaux, etc.). Enfin, la promotion d’un dispositif pluraliste et original de concertation et de délibération, qui tirerait profit de l’essor récent d’un multilatéralisme souple et ouvert, mieux adapté au traitement des enjeux mondiaux.”

Lire la tribune en entier sur : https://dakarmidi.net/sommet-union-europeenne-union-africaine-gouvernance-migrations-aly-tandian/

Par Prof. Aly Tandian

Université Gaston Berger de Saint-Louis

Directeur du GERM; Co-porteur de MOVIDA


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.