IdéeReçue#8 Le rôle des migrants dans les élections

Par Etienne Smith

1) Le poids électoral de la diaspora : un impact largement surestimé.

Depuis 1992, le Sénégal a acquis une longue expérience du vote de ses ressortissants à l’étranger (dans plus de 42 pays). Acteurs politiques et médias ont tendance à exagérer, sciemment ou non, l’impact électoral de la diaspora. Rapporté aux effectifs de l’ensemble des inscrits au Sénégal, la diaspora représente en réalité une proportion modeste de l’électorat : 3,9 % du corps électoral en 2000, 2,8 % en 2007, 3,6 % en 2012.

De plus, le taux de participation des électeurs Sénégalais à l’étranger est inférieur (de 10% et 20% selon les élections) à la moyenne nationale, même s’il reste remarquablement élevé (entre 40% et 60%) en comparaison du vote externe de nombreux pays (comme la France, le Royaume-Uni ou les Etats-Unis par exemple).

En valeur absolue, la diaspora n’en demeure pas moins une composante de l’électorat à ne pas négliger, l’équivalent d’un département ou d’une ville importante. En 2000, avec ses 106 000 inscrits environ, la diaspora est le 7e département sur 32, juste derrière le département de Thiès (114 000 inscrits). En 2012, la diaspora et ses 200 000 inscrits représente la 8e région sur 15.

 

 

2) L’électorat de l’étranger soutient plutôt l’opposition : ça dépend!

 L’idée répandue selon laquelle la diaspora est nécessairement acquise à l’opposition n’est pas toujours vérifiée dans les faits. En 2000 et 2007, les Sénégalais de l’extérieur ont voté plus massivement pour le candidat sortant que le reste du pays (47% contre 41% en 2000, 69% contre 56% en 2007). En 2012, par contre, la diaspora vote davantage contre le sortant : 30% contre 35% au plan national.

Le paysage électoral diasporique est en réalité très hétérogène : ses nuances s’expliquent avant tout par l’histoire et les trajectoires migratoires des communautés migrantes, ainsi que par  les variables socio-économiques et régionales.

 

 

3) Les migrants comme nouveaux courtiers électoraux? C’est plus compliqué.

 L’ « effet multiplicateur » de la diaspora est souvent invoqué dans les représentations médiatiques : l’idée est que les migrants comptent plus que leur propre vote grâce aux consignes de vote destinées aux membres de leur famille restées au Sénégal. L’envoi de devises ferait ainsi des migrants des prescripteurs de voix : « 1 immigré = 10 voix » pouvait-on lire en 2012.

Peu de données permettent cependant de mesurer l’impact réel d’éventuelles consignes de vote des migrants.  Selon les enquêtes, entre un quart et un tiers des Sénégalais de l’extérieur émettent des consignes de vote. Si chacun influençait effectivement le vote de dix personnes de sa famille, comme postulent les récits idéalisés de l’influence des migrants, la diaspora détiendrait au mieux les clés d’un réservoir théorique de près de 200 000 voix (soit environ 7 % de l’ensemble des votants au maximum).

Il convient de rester prudent face à ces chiffres qui ne peuvent pas rendre compte de la complexité du rapport individuel au vote et de l’écheveau complexe d’interactions entre migrants et proches restés au pays. Une approche qualitative de la question suggère une réalité plus complexe. Une consigne de vote n’est pas un « transfert de norme » comme un autre.

L’idée d’un bloc familial de vote, hypothèse souvent implicite dans l’analyse des consignes de vote, est à nuancer en raison de l’éparpillement géographique des familles et de la personnalisation croissante des loyautés partisanes. L’influence éventuelle des migrants sur le vote doit s’apprécier de façon comparative, en prenant en compte les nombreux autres acteurs prescripteurs de voix au sein du champ local très compétitif de captation des allégeances. La consigne de vote de l’expatrié n’est alors qu’une variable parmi d’autres, et les migrants internationaux ne sont pas toujours nécessairement en position de force, en particulier du fait de leur éloignement. Le capital économique des migrants ne se convertit jamais mécaniquement en capital électoral.

 

 

4) Un électorat néanmoins très courtisé ? Oui et pour cause.

Si les effectifs relativement importants en France, Italie ou Espagne expliquent aisément l’intérêt que cet électorat sénégalais de l’étranger suscite, d’autres facteurs sont à prendre en compte pour expliquer l’importance prêtée à l’électorat expatrié. Les Sénégalais d’Amérique, par exemple, font l’objet d’une attention considérable alors qu’ils représentaient en 2012 seulement 0,17 % de l’électorat total. Les candidats (en particulier de l’opposition) comptent sur les ressources financières des migrants, qui jouent un rôle important dans le financement de la campagne électorale. L’exposition médiatique des campagnes à l’étranger contribue enfin à donner un poids symbolique à certains segments de l’électorat de l’étranger (grandes villes d’Europe et d’Amérique du Nord par exemple).

 

Par Etienne Smith, Chaire d’Etudes Africaines Comparées (Rabat), chercheur associé au CERI – Sciences Po.

 

 Pour aller plus loin, voir le numéro thématique d’Afrique Contemporaine, n°256, sur « Les diasporas africaines aux urnes » (dir. Thibaut Jaulin et Etienne Smith), et Etienne Smith, « Sénégal, la diaspora fait-elle l’élection ? Le vote à distance de 1992 à 2012 », Afrique Contemporaine, n°256, 2015, 51-72.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.